Allergies : vivre avec des animaux dès le plus jeune âge peut réduire les risques

Selon une nouvelle recherche scientifique, permettre aux tout-petits de vivre au contact d’animaux de compagnie réduit leurs risques de développer des allergies ou d’autres maladies plus tard.
Une équipe de chercheurs de l’Université de Gothenburg en Suède a étudié les données de deux précédentes études portant sur le suivi de santé d’enfants, qui donnaient notamment des informations sur leurs animaux domestiques (essentiellement des chats et des chiens).

La première, menée en 2007 auprès de 1029 enfants âgés de 7 à 8 ans, révèle que l’exposition des enfants à des animaux de compagnie avait notablement réduit leurs risques de développer des allergies - type asthme, eczéma, rhume des foins, rhino-conjonctivite allergique… En effet alors que le taux d’allergies était de 49% pour les enfants qui n’avaient pas grandi à leur contact, ce chiffre tombait à 43% pour ceux qui avaient vécu avec un animal et 24% pour ceux qui avaient vécu avec trois animaux.

Le deuxième ensemble de données, collectées entre 1998 et 2007 auprès de 249 enfants, montre des résultats assez similaires. Le taux d’allergies chez les enfants qui avaient grandi sans animal de compagnie était de 48%, contre seulement 35% chez ceux qui avaient vécu avec un seul animal et 21% chez ceux qui avaient vécu avec plusieurs animaux.

Ainsi selon les chercheurs, ces deux études mises ensemble montrent que plus les nourrissons sont mis en présence d’animaux domestiques, moins ils ont de risques de développer plus tard des allergies. Mais ils soulignent également que d’autres facteurs peuvent limiter ces risques. Tels que le fait de naître par voie basse, de vivre dans une ferme ou encore de grandir avec des frères et sœurs.

Ces observations rappellent, en toute logique, les recommandations relatives à la nutrition des jeunes enfants : plus les aliments à risque allergique sont introduits tôt dans leur alimentation (dans le respect de la diversification alimentaire et des contre-indications médicales), moins ils ont de chance de développer des allergies alimentaires.

Source : Plos One


Lire aussi : Comment réagir face à une réaction allergique
Article rédigé par : A.B.B.
Publié le 04 janvier 2019
Mis à jour le 04 janvier 2019