Assistants maternels : la mesure d’indemnisation activité partielle de nouveau prolongée !

Contre toutes attentes, ce dispositif qui devait s’achever à la fin juin, sera maintenu au moins jusqu’en juillet 2020 dans la France entière.  Il sera aussi sûrement reconduit en Guyane et à Mayotte jusqu'en août, à la demande des pouvoirs publics, du fait de la situation sanitaire.
 
La mobilisation des assistants maternels de Guyane aurait-elle porté ses fruits ? L’une de leurs demandes, en tous cas, vient d’être exaucée : l’indemnisation exceptionnelle activité partielle sera finalement reconduite au mois de juillet . Et le dispositif sera accessible à tous « les particuliers-employeurs et les salariés toujours confrontés aux conséquences de la crise sanitaire » de France, pas uniquement ceux des départements de Guyane et de Mayotte. « La date d'ouverture du formulaire devrait être connue sous peu et les utilisateurs concernés en seront informés la semaine prochaine ( à partir du 20 juillet, Ndlr.) », précise le service de presse de l'Acoss, la caisse nationale du réseau des Urssaf.
 
Guyane et Mayotte assurées du maintien du dispositif jusqu'en août
Une avancée dont se réjouit Ronan l’Hourre, le vice-président d’Assmat973 qui regrette néanmoins que ses nombreux courriers auprès de Pajemploi soient jusqu’à présent restés lettre morte. « On n’a pas daigné nous répondre directement, mais je suppose que nous avons été entendus. » Il semble que cela soit le cas, puisque l'Acoss annonce que dans le cas de Mayotte et de la Guyane, les pouvoirs publics ont déjà demandé que la mesure d'indemnisation activité partielle soit maintenue en août, du fait de la situation épidémique partculièrement préocuppante outre-mer.

Les pros de la petite enfance guyanais espèrent plus
Assmat973, ainsi que la Fédération départementale des structures d’accueil de la petite enfance de Guyane (fdsapeg), ont également transmis un courrier commun au Premier Ministre (lors de sa visite dimanche dernier, 12 juillet) sollicitant d’autres mesures de soutien économique du secteur de la petite enfance. Celui-ci souligne, notamment, le problème posé par les achats de masques, de visières, de gels hydroalcooliques, de produits virucides et les temps quotidiens de nettoyage et de désinfection à la charge des EAJE et des assistants maternels. Pour l’heure, des réponses des pouvoirs publics sont encore attendues. Mais déjà, la reconduction de l’indemnisation exceptionnelle plus longuement ravive les espoirs.
 
Article rédigé par : Marie-Sophie Bazin
Publié le 16 juillet 2020
Mis à jour le 16 juillet 2020