Atsem : des cartes postales à Emmanuel Macron pour ne pas être oubliées

Même pendant les grandes vacances, les Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem) poursuivent leur combat pour une revalorisation de leur profession. 250 cartes postales ont ainsi été envoyées au Président de la République !

Pour une continuité des Assises de la Maternelle
Le collectif indépendant ATSEM de France a pris l’habitude de lancer chaque été un défi à tous les professionnels du secteur, tant pour « détendre l’atmosphère pendant les vacances » expliquent ses membres, que pour les mettre en valeur. Cette année, le challenge ne manque pas de pep’s, puisqu’il s’agit d’envoyer au Président de la République lui-même une carte postale de ses vacances, avec comme simple inscription : « je suis un trésor oublié de l’école maternelle ».



Le ton est léger mais le message est loin d’être anodin puisqu’il reprend les termes prononcés par Emmanuel Macron lors des Assises de l’école maternelle qui se sont tenues en mars 2018. Il expliquait alors, en évoquant le rôle des Atsem dans les améliorations à venir au sein de l’école, que « nous aurons besoin de toutes leurs compétences, de tout leur savoir-faire, car leur contact avec les enfants est, dans la perspective que je trace, un trésor dont nous ne saurions nous passer ».

Mettre un terme aux dérives
Or les Atsem constatent que pour l’instant rien n’a changé et continuent de porter haut et fort leurs revendications. A savoir la revalorisation de leur salaire, le recadrage de leurs missions, une harmonisation des pratiques - évoquée dans le cadre d’une Charte nationale des Atsem. « Pour l’instant, chaque territoire agit à sa guise et on a vraiment des Atsem en souffrance, déplore le Collectif. Nous sommes des professionnelles qualifiées, diplômées, qui ont réussi un concours, et pourtant dans certains endroits on est encore traitées comme des femmes de ménage. » Attestant ainsi de nombreux exemples de dérives : outre le ménage de l’école, certaines seraient employées pour le nettoyage des églises ou encore la fermeture des cimetières…

Asseoir le rôle pédagogique des Atsem
Par ailleurs les Atsem militent pour que soit davantage connu et reconnu leur rôle pédagogique au sein des classes de maternelle, qui constituent aujourd’hui selon le Collectif 90% de leur travail. « Nous sommes amenées, non pas seulement à mener des ateliers avec les enseignants, mais également à les préparer et les animer nous-mêmes ! Ce que les parents souvent ne savent pas… » Une autre mesure souhaitée consisterait donc à troquer le patronyme Atsem pour un nom qui définisse précisément leur statut tel qu’ « éducateur scolaire » ou « assistant pédagogique en maternelle ».

En tout cas, l’opération « cartes postales » semble bien partie : environ 250 cartes ont d’ores et déjà été envoyées au Président Emmanuel Macron depuis le début du mois de juillet. Reste à savoir s’il donnera suite à cet original et estival appel au secours.


A lire aussi :
Atsem : une profession encore en quête d'identité
Les dames-pipi de la petite enfance ! Par Arnaud Deroo
 
Article rédigé par : A.B.B.
Publié le 30 juillet 2019
Mis à jour le 30 juillet 2019