Hygiène / Soins
NIVEA BABY

Comment protéger la peau des bébés l’été

Le soleil est bénéfique mais il est aussi dangereux. Outre les coups de chaleur, il est important de prévenir les effets potentiellement néfastes des UV. Ces rayons du soleil, qui ne chauffent pas, constituent un réel piège et un danger potentiel pour les tout petits, si on ne prend pas quelques précautions simples.
Istock
bébé-protection-solaire-été
La protection solaire des enfants est primordiale, car leur peau, plus fragile que celle des adultes, est sans défense devant les UV. Et, on le sait, la surexposition solaire entraîne à long terme des risques de cancer de la peau et de cataracte. Attention toutefois de ne pas tomber dans l’extrême, en s’empêchant par exemple de sortir dès qu’il fait beau. Il suffit de respecter certaines règles et de prendre en compte différents paramètres pour que les tout-petits profitent eux aussi des beaux jours en toute sécurité.

Les types de peaux à protéger
Certains bébés sont naturellement protégés. C’est le cas de ceux nés de deux parents noirs. La mélanine, pigment de couleur foncée, est en effet présente en très grande quantité chez les personnes noires. Or, sa fonction est de protéger la peau contre les rayons du soleil. Les bébés noirs aux yeux foncés n’auront donc pas besoin de protection spécifique. On ne les laissera pas pour autant en plein soleil pendant des heures. En revanche, pour tous les autres types de peaux (métissée, mate, blanche, avec taches de rousseur…), il faut faire très attention. Les mélanocytes, les cellules qui produisent la mélanine, sont chez les bébés, en petit nombre et pas tout à fait  fonctionnels. De plus, la peau des bébés est fine ce qui la rend d’autant plus fragile. D’où la double nécessité de la protéger.

La protection des yeux des bébés
Il faut également prendre soin des yeux des tout-petits. La cornée, plus fine, et le cristallin, encore très transparent, rendent leurs yeux bien plus sensibles aux rayons du soleil que ceux des adultes.

L’index UV, un indicateur clé
En pratique, c’est l’index UV qui détermine la nécessité et le degré de protection. Plus l’index est élevé, plus les UV sont intenses et plus il faut se protéger.
UV 9 - + Extrême
UV 7 - 8 Très fort
UV 5 – 6 Elevé
UV 3 – 4 Modéré
UV 1 – 2 Faible

L’index UV varie essentiellement en fonction de la hauteur du soleil dans le ciel, c’est-à-dire :
  • du moment  de la journée : il y a 3 fois plus d’UV à 14 h qu’à 10 h (heure légale d’été).
  • de la saison : en France, il y a 10 fois plus d’UV en juin qu’en décembre
  • de l’endroit où on se trouve : il y a 2 à 6 fois plus d’UV en Guadeloupe qu’en France métropolitaine.
Aussi, en métropole, de novembre à février/mars, il n’y a pas de réelles précautions à prendre, sauf si on se trouve en montage car le niveau d’UV est faible voire nul (Index UV inférieur à 1-2). Bien évidemment, cela ne veut pas dire que l’on peut positionner un bébé dans une poussette face au soleil pendant des heures. Tout est question de bon sens.

En été, le niveau d’UV est maximal dans les 2-3 heures qui précédent et suivent le midi solaire. En métropole, on évite donc de sortir entre  12h-16h. Aussi, nul besoin de protection avant 9 heures du matin et après 18h-19h. Lorsque le soleil est rasant, il n’y a pas d’UV.

Pour connaître l’index UV de votre région, vous pouvez vous rendre sur le site www.soleil.info.

Toutefois, pour savoir facilement si l’indice UV est élevé, il suffit de regarder la taille de l’ombre. Lorsque l’ombre est plus courte que la taille, l’indice UV dépasse 5. Une protection solaire est donc nécessaire.

La panoplie solaire pour protéger les enfants
Quand l’Index UV est supérieur à 4, la meilleure protection pour les bébés est de rester à l’intérieur, ou du moins de les garder à l’ombre.
Lorsque vous sortez, il faut leur faire porter des vêtements couvrants, clairs et amples. S’il reste des zones de peau exposées, il convient d’appliquer de la crème solaire (indice de protection 30) et de renouveler toutes les 1-2 heures. On adopte plutôt les produits spécialement conçus pour les bébés qui sont réputés moins allergènes mais, si on n’a rien d’autre, on met une crème pour adulte. Et on n’oublie pas de couvrir leur tête d’un chapeau (bob ou casquette). Le port de lunettes de soleil est également conseillé. Demandez aux parents d’en acheter une paire et de ne pas oublier de la glisser dans le sac à langer. Inutile toutefois d’opter pour des lunettes de catégorie 4. En dehors de certaines pathologies rares, ces verres, qui ne laissent passer que quelques pourcents de lumière, ne se justifient qu’en cas de luminosité solaire extrême : à la montagne lorsqu’il y a de la neige notamment. Le système oculaire des bébés a besoin de lumière pour se développer. La catégorie 3, qui laisse passer une quinzaine de pourcents de lumière, est suffisante pour les bébés mais aussi les adultes dans la plupart des cas.
Enfin, pour les tout-petits en poussette, on essaie, le plus possible de les positionner dos au soleil et on n’oublie pas d’ouvrir la capote.

 
Article rédigé par : Caroline Feufeu avec Pierre Cesarini, Directeur Association Sécurité Solaire, centre collaborateur de l'OMS pour l'éducation solaire
Modifié le 14 juillet 2017