Des glaces pour les petits, une bonne idée ?

L’été, quand le mercure grimpe, on est tenté de se rafraichir en dégustant une glace. Un  moment plaisir. Mais quid des glaces pour les tout-petits ? Est-il raisonnable de leur proposer de goûter une crème glacée ou un sorbet ? On fait le point avec Adeline Gorse diététicienne nutritionniste spécialisée en nutrition infantile.
Les desserts glacés à la loupe
À première vue, peu de différences entre un sorbet, une glace à l’eau, une crème glacée ou une glace mais dans le détail ces produits glacés n’ont pas la même composition.
• Le sorbet est composé d’eau, de sucre et d’au moins 25% de fruits. Exception faite des sorbets aux agrumes ou à certains fruits exotiques (ananas, kiwi, mangue) pour lesquels le pourcentage minimal de fruit est réduit à 15%. Il ne contient pas de matière grasse. Le sorbet est dit « plein fruit » quand il contient 45% de fruit (20% pour les fruits acides). Les sorbets contiennent en moyenne 25g de sucre pour 100g
• La glace à l’eau est faite de fruits sous forme de sirop, purée, jus, au taux minimal de 15% (taux réduit à 10 % pour certains fruits notamment les agrumes). Son taux de sucre avoisine les 20g/100g
• La crème glacée contient au moins 5% de matières grasses laitières principalement des acides gras saturés – ceux sont eux qui apportent l’onctuosité –  des sources de protéines (œufs, protéines de lait...) et du sucre.
• La glace ne contient que 2.5% de matières grasses (animale ou végétale) et du sucre.
Tous les desserts glacés sont caloriques.  Deux boules de sorbet totalisent entre 95 et 100 kcal. La crème glacée pour la même quantité en contient quasiment le double. Les « glaces » du commerce contiennent en plus des épaississants, des gélifiants et autres colorants, aromes ou additifs.

Peut-on donner une glace à un  tout-petit et quelle sorte ?
« Les recommandations officielles concernant la diversification alimentaire pour les enfants entre 6 mois et 3 ans, sont de limiter les produits sucrés et de les introduire le plus tardivement possible » explique Adeline Gorse, spécialiste de la nutrition infantile. Elle rappelle, d’ailleurs, qu’in utéro les fœtus ont déjà une appétence pour le sucre car il baigne dans le liquide amniotique qui est sucré.  
Si les adultes, parents, assistantes maternelles ou pros  de crèche,  souhaitent faire découvrir ce moment de gourmandise  et de fraîcheur  aux jeunes enfants, voici quelques pistes :

• A partir de 6 mois quand l’enfant tient assis, lui faire gouter une glace maison peut être l’occasion pour l’éveiller à une nouvelle température, l’hydrater – et en été c’est appréciable ! – et lui offrir une découverte gustative supplémentaire. On lui prépare une glace élaborée avec des fruits mixés, sans sucre ajouté, et congelés. Madame Gorse précise qu’il existe de nombreux moules à glace destinés aux tout-petits que l’enfant peut attraper lui-même. Les parents peuvent aussi faire une glace maison au lait maternel avec ajout ou pas de fruits mixés.
• Plus tard vers 1 ou 2  ans, les enfants cherchent à imiter leurs parents . Si ceux-ci mangent une glace les enfants auront envie d’y gouter. « A cet âge on privilégiera plutôt les sorbets ou les glaces à l’eau, exempts de matière grasse et moins caloriques »
précise Adeline Gorse.
• A partir de 3 ans, une fois les bases de l’alimentation bien installées on pourra occasionnellement faire gouter à l’enfant une crème glacée ou une glace en optant pour un format mini.

Comment choisir la « bonne » glace ?
Il faut scruter la composition explique Adeline Gorse, notamment regarder dans la liste des ingrédients ceux qui apparaissent en premier (c’est-à-dire les plus présents) et opter pour la composition la plus simple et naturelle possible en évitant les additifs et les édulcorants. En effet on ne connait pas toutes leurs répercussions sur la santé des enfants. Coté sucre on choisit ceux qui en contiennent le moins pour ne pas renforcer l’appétence des petits pour le sucré ce qui pourrait leur faire délaisser d’autres aliments.

Attention au risque d’allergies
 Il existe plusieurs points de vigilance souligne madame Gorse. A savoir :
• Les allergies aux protéines du lait de vache. Dans ce cas on optera pour un sorbet
• Les allergies aux œufs qu’on peut trouver dans la composition des glaces et crème glacées.
• Les intolérances au gluten de blé ou malt de blé et dans ce cas on sera vigilant sur les cornets.
• Les allergies aux fruits à coques qui peuvent se retrouver dans une crème glacée ou en couverture d’un esquimau.
S’il y a des allergies familiales, mieux vaut demander l’avis d’un médecin. Si l’enfant ne présente pas de risque particulier d’allergie les recommandations sont d’introduire les allergènes rapidement entre 4 et 7 mois.

A quel moment donner une glace ?
La glace doit être donnée de façon occasionnelle. On évite le grignotage ou la glace avant d’aller au lit à cause du risque de caries. On évite aussi le goûter, repas grand pourvoyeur de sucre ajouté. On privilégie la glace en fin de repas car les fibres de l’alimentation retardent l’absorption du sucre et évitent le risque d’hypoglycémie.

 
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 20 juillet 2022
Mis à jour le 31 août 2022