Faut-il ajouter du sel dans l’alimentation des petits ?

Comme le sucre, le sel fait débat. Faut-il en rajouter aux plats proposés aux jeunes enfants ? Doit-on le proscrire ou l’utiliser avec modération ? Est-il utile ou pas à l’équilibre nutritionnel des jeunes enfants ? Le point avec Christine Zalejski (Dr, PhD), consultante et formatrice en alimentation infantile, fondatrice du site Cubes & Petits pois.
iStock
Enfant qui mange
A quoi sert le sel ?
Le sel alimentaire ou chlorure de sodium se compose de 40% de sodium et 60% de chlorure. Le sodium permet la régulation des flux d’eau, la transmission de l’information entre le cerveau et le reste du corps et il permet aussi la contraction des muscles notamment. Le chlore est un constituant du liquide céphalo-rachidien et du suc gastrique et, comme pour le sodium, il est indispensable au fonctionnement cellulaire.

Le sel présent dans tous les aliments
Lorsqu’on parle de sel, on pense tout de suite au sel de cuisine et à tous les aliments salés comme les viandes (surtout les charcuteries), les poissons, les fromages, le pain ; mais il est aussi présent dans les légumes verts, les produits laitiers et la plupart des aliments ultra-transformés issus de l’industrie. Les petits pots pour bébé industriels peuvent contenir du sel mais ils respectent la réglementation limitant au maximum le sodium à 200mg pour 100g d’aliments.

Les tout-petits éliminent moins bien le sel
Le sodium et le chlore sont importants pour l’organisme. Alors quel est le problème avec le sel ? Tout est une question de quantité ! Si l’organisme manque de sel, son fonctionnement ne sera pas efficient et inversement, une surconsommation favoriserait sur le long terme l’hypertension artérielle et engendrerait des problèmes cardiovasculaires. De plus, les reins des bébés filtrent trois fois moins de sel que ceux des adultes car ils sont encore immatures et ne peuvent pas éliminer le surplus de chlorure de sodium.

Des quantités définies par l’OMS
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les apports en sodium ne devraient pas dépasser les 25mg/kg/jour soit 200mg/jour pour un bébé de 8kg et autour de 50mg/kg/jour entre 1 et 3 ans soit 1 petite cuillère à café de sel par jour. Sachant qu’il y a déjà du sodium dans les aliments de base…

Pas de sel ajouté avant 1 an
Les petits pots infantiles industriels respectent la règlementation, donc il ne faut pas y ajouter de sel même s’ils semblent fades. Les aliments achetés bruts contiennent déjà du sel. En cuisine, il est conseillé de ne pas utiliser la salière jusqu’au 8 mois d’un bébé au moins, 12 mois c’est encore mieux ! A partir de 12 mois vous pouvez commencer à ajouter une pincée dans l’eau de cuisson des légumes. N’hésitez pas à demander aux parents s’ils ont l’habitude de saler ou non les repas de leur enfant. S’ils le font et qu’ils ne souhaitent pas changer leurs habitudes, de votre côté ne salez pas les repas du bébé.

Privilégier le sel marin naturel
Il est préférable de choisir des sels naturels marins non raffinés qui sont riches en oligo-éléments et ne contiennent pas d’anti agglomérants. Plus on donne de sel aux enfants lorsqu’ils sont bébés, plus ils saleront par la suite leurs plats avec tous les inconvénients que cela peut engendrer sur leur santé future. Alors par prévention, mieux vaut respecter les justes doses de sel. N’oubliez pas que les bébés ont plus de papilles que nous et n’ont pas besoin de sel pour apprécier un plat qui a du goût !

Herbes et épices, c’est mieux !
Pour donner du goût à vos préparations utilisez des épices, des herbes aromatiques et en fonction de l’âge, de l’échalotte ou de l’oignon qui permettent de donner du goût sans utiliser de sel.
Article rédigé par : Christine Zalejski (Dr, PhD)
Publié le 11 février 2019
Mis à jour le 11 février 2019