La diversification alimentaire
BLÉDINA

La diversification alimentaire : de 6 à 12 mois

Entre 6 et 12 mois, l’enfant va découvrir de nouveaux aliments (le poisson et la viande), commencer à manger des petits morceaux et surtout il va développer sa capacité à se nourrir seul. Votre présence à ses côtés lors de cette étape clé de son développement est essentielle.
enfant qui mange à la cuillère
Dès 6 mois : les protéines animales
C’est la grande nouveauté à laquelle l’enfant est confronté. Le biberon de lait du midi disparaît au profit de la viande, du poisson ou de l’oeuf qui font leur apparition dans les menus que vous allez lui préparer. Les pédiatres recommandent 2 cuillères à café de viande, poisson ou oeuf mixé avec la purée de légumes. 
L’enfant peut manger toutes les viandes exception faite des abats et de la charcuterie (le jambon blanc dégraissé et découéné est la seule charcuterie que l’enfant peut consommer).
Côté poisson, l’idéal est de lui en donner deux fois par semaine en alternant les poissons maigres (cabillaud, merlan, sole, etc..) et les poissons gras (saumon, maquereau, sardine, etc..). Pensez à communiquer vos menus aux parents afin qu’ils puissent, le week-end, équilibrer les repas de leur enfant en fonction de ce que vous lui aurez donné la semaine.
L’enfant a aussi besoin de matières grasses mais elles ne doivent surtout pas être cuites. Les pédiatres conseillent de verser une cuillère à café d’huile végétale sur le repas du midi de l’enfant, de préférence de l’huile de colza ou une noisette de beurre. Vous pouvez terminer son repas par une compote, ou des fruits écrasés à la fourchette ou mixés.
Au goûter, vous pourrez commencer à remplacer de temps en temps le biberon par des laitages spécifiques bébés (yaourts ou petits suisses adaptés à ses besoins), ils sont plus riches en fer, acides gras essentiels et vitamines (dont l’enfant a besoin en grande quantité) et contiennent moins de protéines. C’est aussi le début des petits gâteaux type boudoir, ou encore croûte de pain, que l’enfant adore. Il peut gérer seul ce qu’il mange. Il touche avec ses doigts, porte à sa bouche. Cette façon d’appréhender la nourriture est très importante pour l’enfant de cet âge. Il est en pleine découverte gustative et sensorielle. La compote, ou le fruit cru viennent s’ajouter au goûter. Si l’enfant a un peu de mal avec les fruits, vous pouvez lui proposer sous forme de jus fraîchement pressé par vos soins. Les jus de fruits du commerce sont à proscrire.

Dès 8 mois : plus de choix et des morceaux
Vous pouvez donner à l’enfant de 8 mois tous les légumes existants, en privilégiant toujours des légumes de saison. Qu’ils soient riches en fibres ou qu’ils aient un goût très prononcé, vous pouvez y aller ! Chou, navet, poireau, celeri, tomate, fenouil, betterave, etc… 
Comme tout ce qui est nouveau, l’enfant peut le refuser mais cela ne veut pas dire qu’il n’aime pas, il faut parfois proposer 8 fois un aliment à un enfant avant qu’il ne l’accepte. Pensez à toujours mettre une à deux cuillères à café d’huile végétale (vous pouvez alterner : huile de colza, huile de noix et huile d’olive), ou une noisette de beurre, ou encore une cuillère à café de crème fraîche dans son repas. 
Du côté des desserts et du goûter, pas de changement si ce n’est que dorénavant vous pouvez donner des petits morceaux à l’enfant, qu’il aura beaucoup de plaisir à manger avec les doigts. Surtout ne vous inquiétez pas si au début il ne fait que jouer avec la nourriture, c’est normal. Ses doigts découvrent les morceaux et même si pour l’instant il ne les mange pas, lorsqu’il lèche ses doigts, l’enfant profite du goût. C’est déjà une première approche, et petit à petit, il mangera soyez en sûr.

Dès 1 an : lait de croissance et quelques nouveaux aliments
L’enfant grandit, mais il a toujours besoin d’au moins 500 ml de lait par jour. Il est très important que vous échangiez avec ses parents sur ce sujet. Vous devez absolument savoir combien de lait l’enfant a bu avec ses parents au petit-déjeuner afin d’adapter ce que vous lui donnerez au cours de la journée. Et le soir, quand ses parents viendront le chercher il faudra à votre tour signifier aux parents la quantité de lait bu par l’enfant. Cet échange entre vous et les parents est essentiel pour permettre à l’enfant de recevoir les 500 ml de lait dont il a besoin quotidiennement pour bien grandir. A 1 an, l’enfant passe au lait de croissance, il peut être liquide ou en poudre. Le lait de croissance contient plus de fer, d’acides gras essentiels, de vitamines et moins de protéines et de sels minéraux que le lait de vache (même si vous achetez du lait entier).
Il reste des saveurs à découvrir pour l’enfant. Il peut commencer à goûter les abats, les fruits de mer et les fromages, même ceux avec un goût un peu fort. 
Pour aider l’enfant a développé sa palette gustative, vous pouvez commencer à cuisiner avec des herbes aromatiques et des épices, même dans les desserts (un peu de vanille ou de cannelle dans une compote c’est un vrai regal).
Par contre, les fritures ne sont toujours pas autorisées ! Eviter aussi l’excès de sel ou de sucre dans les menus des enfants qui vous sont confiés. Autre règle importante à respecter ; on ne donne rien à grignoter aux enfants en dehors des repas, les bonnes habitudes se prennent très tôt.
Article rédigé par : Céline Gerbier
Modifié le 09 juin 2016