Nutrition
BLÉDINA

Les matières grasses, indispensables au bon développement de l’enfant

Les matières grasses ne doivent pas faire peur, elles ne rendront pas l’enfant obèse. Elles sont indispensables au bon développement de son cerveau, de sa peau, des phanères et de ses yeux. Elles permettent aussi la bonne absorption des vitamines liposolubles.
Dóri O'connell
Les matières grasses, indispensables au bon développement de l’enfant
Avant 6 mois
Si l’enfant est allaité par sa mère, c’est à elle que revient la charge de surveiller son alimentation pour répondre aux besoins de son enfant. C’est son lait qui apportera à l’enfant les matières grasses nécessaires à son bon développement.
Si l’enfant dont vous avez la charge boit du lait infantile (préparation pour nourrissons = PPN), la réglementation officielle recommande d’utiliser des PPN enrichies en ARA (= acide arachidonique) et DHA (acide gras de la famille des omégas 3) car elles apportent les acides gras nécessaires. Autre information à connaître, il est recommandé d’utiliser des PPN dont la teneur en AL (acide linoléique de la famille des omégas 6)  se rapproche le plus possible de la limite inférieure fixée par la règlementation (300 mg/100 kcal).

De 6 mois et 3 ans : entre 35% et 40% des apports énergétiques 
Les matières grasses doivent représenter une partie importante de la ration énergétique de l’enfant : 40 % des apports énergétiques entre 6 et 12 mois
Et 35 à 40 % entre 1 et 3 ans. 
Avant l’âge d’un an, le lait reste la base de l’alimentation de l’enfant. Il ne faut pas utiliser de laits autres que les laits de suite car  ils sont trop pauvres en matières grasses (mais aussi en fer, etc.) et trop riches en protéines.
Après l’âge d’un an, la consommation d’au moins 500 ml de lait dit « de croissance » doit être encouragée, car il permet de couvrir la quasi-totalité des besoins nutritionnels de l’enfant de 1 à 3 ans.
Les sources de matières grasses doivent être variées : huiles végétales riches en ALA (acide alpha-linolénique) comme les huiles de colza et de noix, beurre et crème, aliments riches en AGPI-LC (acide gras polyinsaturés à longue chaîne)

A savoir

Les matières grasses doivent être utilisées crues et pas cuites pour conserver toutes leurs qualités. L’introduction de ces matières grasses se fait au cours de la diversification : • une ou deux cuillerées à café d’huile végétale crue ou une noisette de beurre crue ou un peu de crème fraîche pour diversifier les goûts dans les légumes • poisson gras une fois par semaine. Les fritures sont à éviter. 

Article rédigé par : Céline Gerbier
Modifié le 22 janvier 2017