Spécial collectivités

Le goûter, un repas pour recharger les batteries des enfants

Les enfants de moins 3 ans ne connaissent pas l’inactivité, leurs dépenses énergétiques sont importantes tout au long de la journée, même si quelques siestes coupent cette intense activité. Il faut donc recharger les batteries des tout- petits entre les deux repas principaux pour éviter le grignotage de fin de journée à l’origine de surpoids chez les enfants. Le chargeur de batterie s’appelle le goûter. Et, cette pause rythme aussi la journée des enfants car papa ou maman vient les chercher après le goûter, c’est un repère dans leur vie d’enfant.
enfant qui prend son goûter
Le goûter idéal comporte trois catégories d’aliments : céréales, laitages et fruits
Les céréales sont apportées par le pain, des biscottes, des biscuits de préférence peu sucrés et simples mais pas par les biscuits fourrés au chocolat. Ils fournissent les glucides et donc l’énergie indispensable au bon fonctionnement des muscles et du cerveau.
  • Les laitages : lait, yaourts, fromages, petits suisses, de préférence natures ou peu sucrés apportent le calcium indispensable au développement du squelette. La portion sera de 100g environ pour les yaourts et 15-20g pour le fromage.
  • Les fruits sont une source indispensable de vitamines (vitamine C notamment) et de minéraux. Ils seront donnés en morceaux pour les plus grands et sous forme de compote « monofruits » pour les plus petits, à raison d’une portion de 80 à 100g.
  • Une boisson non sucrée, lait ou eau, permet de réhydrater l’organisme après la sieste.
Des aliments simples et variés
Une bonne tartine de 30-40g, accompagnée d’un peu de confiture ou de beurre, vaut tous les gâteaux au chocolat que proposent les industriels du point de vue nutritionnel…et sur le plan financier, il n’y a pas photo, faites les calculs!
Un morceau de baguette (0,20€), un verre de lait UHT(0,10€), une barre chocolatée (0,45€), un pain au chocolat (0,90€). Le prix du goûter peut donc varier facilement du simple au triple !
Un gâteau de semoule ou de riz fait « maison » accompagné d’une compote constituent un goûter équilibré et peu coûteux !
Les enfants peuvent aussi préparer un gâteau au yaourt pour le goûter.
La proposition sucrée n’est pas l’absolue, les gouters salés comme le gâteau de carottes, les muffins à la courgette en été sont à essayer.
Variez les plaisirs du pain, baguette, pain aux raisins, aux 6 céréales, brioché, de campagne frais ou grillé…comme du fromage et des confitures, les petits sont curieux, surtout entre 12 et 24 mois, alors faites leur découvrir le maximum de saveur, c’est une garantie à long terme d’un bon équilibre alimentaire.

La collation du matin, c’est fini !
Encore trop d’établissements d’accueil de jeunes enfants proposent une collation vers 9h30 sous prétexte que certains enfants se sont levés tôt. Bien souvent, ce sont les habitudes des adultes qui amènent ce grignotage, ils calquent les besoins des enfants sur leur envie en mettant en place cette pause sucrée d’avant activité. Les équipes qui ont mis en place un verre d’eau dans le temps de regroupement n’ont pas remarqué que les enfants étaient affamés à l’heure du repas. Supprimer la collation, c’est aussi les préparer à l’entrée à l’école, ou elle est interdite afin de prévenir l’obésité infantile.

Pour en savoir plus : Le GEMRCN donne des lignes directrices intéressantes, il faut le lire, il est téléchargeable ici.
 
Article rédigé par : Par Sylvie Guillou, docteur en chimie, www.secali.com
Modifié le 29 août 2016