Vitamine D et calcium : les nouvelles recommandations pour les enfants

Les Sociétés de pédiatrie ont souhaité simplifier et s’aligner sur l’Europe pour formuler leurs recommandations concernant la supplémentation en vitamine D et le calcium. Et préconisent entre autre une supplémentation quotidienne. On fait le point.
Une supplémentation en vitamine D quotidienne privilégiée
•    Elles conseillent de compléter les enfants en bonne santé de 0 à 18 ans avec un apport de 400 UI à 800 UI de vitD par jour.    
•    Elles recommandent une supplémentation quotidienne chez les enfants de 0 à 2 ans de vitD 2 ou D 3 même chez les bébés allaités car le lait maternel contient très peu de vitD et les nourrissons exclusivement allaités, en particulier ceux nés de mères déficientes en vitD, sont plus à risque de rachitisme.
•    Elles suggèrent de privilégier une supplémentation quotidienne chez les enfants de 2 à 18 ans. 
•    En cas de non-observance chez les enfants de 2 à 18 ans elles suggèrent une supplémentation intermittente de 50 000 UI de vitD 3 par trimestre ou 80 000 à 100 000 UI deux fois en automne et en hiver.    
Elles recommandent d'utiliser uniquement des suppléments vitD pharmaceutiques sous licence. 

Augmenter les apports en cas de facteurs de risque
•    Elles conseillent de 800 à 1 600 pour les 2-18 ans à risque accru de développer un rachitisme et une carence en vitD. Il s’agit d’enfants présentant : une malabsorption, une maldigestion, une insuffisance rénale chronique, un syndrome néphrotique, une cholestase, une insuffisance hépatique, de mucoviscidose, de fragilité osseuse secondaire, d’une pathologie inflammatoire chronique, d’anorexie mentale, d’une pathologie cutanée, de la prise de traitements contre l’épilepsie ou de corticoïdes au long cours.
•    Elles recommandent un minimum de 800 UI et un maximum de 1600 UI de vitD par jour chez les enfants de 2 à 18 ans en cas de diminution de la disponibilité de vitD (obésité, ethnie noire, absence d'exposition cutanée au soleil) ou de diminution de l'apport (un régime végétalien excluant les sources de vit D alimentaires provenant de poissons gras et de produits laitiers enrichis, est à risque élevé de carence en calcium/vitD et de rachitisme nutritionnel)

Des intoxications à la vitamine D possibles
Un surdosage en vitamine D entraîne un risque d’hypercalcémie aiguë (se manifestant par une polyurie, une hypertension ou une lésion rénale aiguë) et/ou une hypercalciurie chronique, une néphrocalcinose et une néphrolithiase. Cela peut survenir dans certaines situations comme un apport excessif iatrogène de vitD native, et/ou l'utilisation de préparations sans ordonnance à forte dose, achetées ou non sur Internet. De même une intoxication peut être endogène par surproduction ou absence de dégradation de la vitD bioactive : syndrome paranéoplasique, maladies systémiques, syndromes lymphoprolifératifs, maladies génétiques rares. 

Une attention particulière doit être portée aux compléments alimentaires contenant de la vitD à des concentrations parfois sept à dix fois supérieures à celles des formulations pharmaceutiques autorisées, augmentant significativement le risque de surdosage.
Ainsi les sociétés savantes recommandent de mesurer les niveaux de 25(OH)D pour ajuster la supplémentation en vitD en cas d’antécédents familiaux d'intoxication au vitD, d’hypercalcémie, d’hypercalciurie, de calculs rénaux et/ou néphrocalcinose.

Des recommandations pour répondre aux besoins en calcium 
•    De 1 à 18 ans, les recommandations sont de trois ou quatre produits laitiers par jour. 
•    La consommation d'eaux minérales riches en calcium doit être encouragée, surtout lorsque l'apport quotidien en produits laitiers est insuffisant. 
•    Remplacer un ou plusieurs produits laitiers par des végétaux riches en calcium semble déraisonnable car les quantités nécessaires pour apporter suffisamment de calcium seraient trop élevées, particulièrement à ces âges ou avec des végétaux riches en composants affectant l'absorption du calcium.
•    Une supplémentation de 500 à 1 000 mg/jour doit être prescrite chez ceux consommant moins de 300 mg/jour en particulier chez ceux qui suivent un régime végétalien.
•    Les sociétés pédiatriques recommandent d'évaluer les apports alimentaires en calcium chez les enfants souffrant de fractures et de douleurs osseuses.

Des recommandations diététiques pour le calcium 
•    Chez les nourrissons de 7 à 11 mois
390 mL de lait de suite, un volume facilement atteignable par au moins deux biberons par jour
•    Chez les 1-3 ans
250 ml (un biberon habituel) de lait de croissance+1 yaourt(125g) +10g de pâte pressée cuite

Source : www.sciencedirect.com

 

Quelques équivalences pour la teneur en calcium

150 mg de calcium ingéré (et non absorbé) correspondant à :

  • 450 ml de lait maternel
  • 250 ml de préparation pour nourrissons
  • 210 mL de préparation de suite
  • 200 ml de lait de croissance
  • 130 ml de lait de vache
  • 16 g de fromage à pâte pressée cuite, 29 g de fromage à pâte molle, 125 g de fromage blanc, 125 g de yaourt
  • 95 g de roquette , 170 g de cresson, 210 g de chou frisé, 215 g de chou vert, 350 g de brocoli, 100 g de rhubarbe, 110 g d'épinards, 125 g de haricots blancs, 50 g de sardines avec arêtes, 300 mL d'eau minérale avec 500 mg/L de Ca (c'est-à-dire Contrex), 600 mL d'eau minérale à 250 mg/L de Ca (c'est-à-dire Vittel), 1,5 L d'eau minérale à 100 mg/L de Ca (ex : Evian), 2,1 L d'eau du robinet française

Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 12 avril 2022
Mis à jour le 12 avril 2022