Les différentes étapes dans le développement du langage

L’apprentissage du langage chez les enfants se fait très progressivement. Des vocalises aux premiers mots, il y a plusieurs étapes à franchir. Voici quelques repères  (ce ne sont que des repères et vous le savez chaque enfant a son propre rythme) qui vous aideront à identifier ces différents stades et à accompagner au mieux les enfants que vous accueillez chez vous ou dans votre structure, dans leur découverte.
petite fille qui parle à un bébé
Entre 3 et 6 mois : il gazouille
A cette période, le bébé a déjà compris qu’il peut converser avec les personnes qui l’entourent. Il entre véritablement en communication avec l’autre grâce à ses sourires, ses pleurs et ses vocalises. Il repère des phonèmes, répond aux phrases en émettant plusieurs sons et en scrutant le visage. Il exprime ses émotions via des gazouillis différents. Il réagit aussi aux mimiques, aux intonations. Il peut sursauter, s’arrêter de jouer avec son hochet s’il entend un bruit inconnu.
C’est le moment pour vous de :
• répondre à ses gazouillis ;
• lui raconter ce qu’il va faire avec ses camarades dans la journée ;
• lui expliquer les bruits qu’il entend ;
• nommer les personnes de son entourage ;
• imiter ses productions sonores.

Entre 7 et 10 mois : il babille
C’est une période importante pendant laquelle l’enfant comprend que les mots parlent de sa relation avec les objets. Il intègre les termes utilisés dans son quotidien : « C’est l’heure du repas ! », « C’est le moment de changer la couche ! ». Toutes les petites étapes de sa journée à la crèche ou chez l’assistante maternelle sont intégrées. Il entend et vit des situations répétitives, ce qui lui permet de mémoriser et d’extraire les mots signifiants pour un jour les réutiliser.  
Sa compréhension s’enrichit de jour en jour. Il appréhende non seulement les mots mais aussi les intonations de voix et va même jusqu’à les imiter pour se les approprier. Il joue à produire des sons, des bruits et module l’intensité de sa voix. Quand on lui parle, il répond même par des vocalisations. C’est aussi le moment où il prononce ses premières syllabes « papapapapapa » « mamamamama » : il babille !
C’est le moment pour vous de :
• commenter tout ce que fait l’enfant pour qu’il puisse mettre des mots sur ses réalisations, ses jeux ;
• imiter ses productions sonores ;
• créer des situations dans lesquelles le plaisir va déclencher les prises de parole.

Vers 12 mois : il prononce des mots
Il commence à prononcer quelques mots, souvent uniquement identifiables par les parents mais les assistantes maternelles et autres professionnels de la petite enfance qui l’entourent commencent aussi à le décrypter. A cet âge, les enfants aiment souvent dire des mots comme « encore », « coucou », « papa », « maman ». Et ils font l’expérience de deux termes qu’ils vont beaucoup utiliser « Oui » et « Non ». Ils utilisent leur propre jargon en mettant une intonation pour imiter les adultes. Mais ils communiquent encore la majeure partie du temps par des gestes.
Ils comprennent cependant très bien des demandes simples : « Peux-tu me donner le livre ? », « Va t’asseoir sur la chaise »…
C’est le moment pour vous de :
• lui parler en faisant des phrases courtes pour en favoriser la compréhension ;
• lui lire des histoires pour enrichir son vocabulaire.

Vers 16 - 19 mois : il associe deux mots
Peu à peu, l’enfant va non seulement intégrer de nouveaux mots mais surtout les associer. Il commence à discuter : « Maman partie ? » « Poupée dodo ? ». C’est ce que l’on appelle des « mots-phrases ». Il dit ce qu’il ressent, ce qu’il préfère, il s’exprime via des expressions telles que « a pu » pour « il n’y en a plus » ou encore « veux pas » pour « je ne veux pas ». 
Même s’il ne possède qu’entre 7 et 20 mots de vocabulaire, il en comprend bien plus. Il fait d’ailleurs même la différence entre des termes phonétiquement proches. Il sait aussi répondre à des questions simples comme « Où est ton doudou ? » par exemple.
C’est le moment pour vous de :
• nommer tout ce qu’il vous montre dans la crèche ou chez vous. Vous lui donnez ainsi de plus en plus de modèles langagiers ;
• reformuler ce qu’il dit : « a pu » => « ah oui, il n’y en a plus, tu as raison »
• lui raconter des histoires ;
• jouer à la dînette, au garage, à la poupée pour enrichir son vocabulaire  et solliciter une attention conjointe, qui permet de parler ensemble à propos d’un même sujet ;
• jouer au ballon, c’est comme une conversation : tour de rôle, regard, anticipation… 

Vers 24 mois : il commence à parler 
C’est l’explosion du langage ! Il comprend de plus en plus de mots (environ 300) et en possède une cinquantaine. Il compose toujours des « mots-phrases » de deux ou trois termes désormais. Il prononce son prénom à sa manière et formule des demandes explicites. Quand il n’est pas d’accord, il sait s’opposer et utilise avec grand plaisir le « non ».
Il est aussi très curieux et va poser des questions sur tout ce qu’il voit : « Qu’est ce que c’est ? », « C’est qui ? », « C’est quoi ? ». Il enrichit alors son vocabulaire chaque jour ! Il découvre ainsi que tout s’organise en catégorie : les animaux, les jeux, les objets ...
C’est le moment pour vous de :
nommer encore et encore les objets, les animaux, les moments de la journée…
• reprendre ses « mots-phrases » et de les reformuler pour qu’il apprenne la structure des phrases ;
• discuter avec lui autour d’une situation de jeux.

Vers 30 mois : il parle 
L’enfant de cet âge parle. Il utilise la structure « sujet + verbe + complément » et construit des phrases de 3 ou 4 mots. Ce qu’il préfère ? Imiter les expressions de son entourage. Il se peut d’ailleurs que des parents vous demandent si vous utilisez tels mots ou expressions qu’ils ont entendus dans la bouche de leurs enfants et dont ils cherchent l’origine.
C’est aussi la période où les petits adorent lire et relire inlassablement les mêmes histoires. Ils peuvent ainsi s’imprégner des mots et des tournures de phrases pour mieux les réutiliser. 
C’est le moment pour vous de :
• lire des contes, d’instaurer des moments de lecture
• commencer à jouer au loto, mémory, à réaliser des petits puzzles 
• chanter les comptines pour favoriser la mémorisation, le rythme, la découverte de la langue
• de faire des efforts pour essayer de le comprendre en reformulant ou en demandant qu’il vous montre ce qu’il veut en validant et en enrichissant ce qu’il dit
• poser des questions ouvertes 
• solliciter l’enfant dans les tâches journalières pour accroitre ses expériences, son lexique et sa compréhension.
Article rédigé par : Laure Marchal avec Magali Dussourd, orthophoniste
Publié le 01 mars 2016
Mis à jour le 13 mai 2017