Propreté : 3 questions à Lise Hoenn, assistante maternelle

Lise Hoenn a travaillé six années dans une crèche familiale. Elle est aujourd’hui assistante maternelle à Lyon où elle fréquente le RAM, le Jardin des Gones. Pour elle, pas de règle ni de recette toute faite, c’est l’enfant qui donne le top départ de son apprentissage de la propreté. Tout juste peut-elle l’aider - avec de petites astuces - à passer le cap.
Lise Hoenn
Les Pros de la Petite Enfance : A partir de quel âge encouragez-vous l’apprentissage de la propreté ?Lise Hoenn : Avec la pression de l’entrée à l’école, on pousse généralement un enfant à devenir propre autour de l’âge de deux ans. Pourtant, on oublie que la propreté est avant tout une question affective. Un enfant peut devenir propre pour faire plaisir, mais au fond de lui, ne pas être prêt. J’ai par exemple observé le cas d’une petite fille qui a fait une occlusion intestinale tant elle se retenait ! Etre propre doit s’inscrire dans une démarche de plaisir de grandir, et non pas de plaire aux autres. Pour ma part donc, je n’exerce aucune pression, je propose simplement. En tout cas, je ne fais rien sans l’accord des parents car c’est un vrai projet pédagogique.  Certains enfants vont être propres à deux ans, d’autres ne le seront pas à trois ans .De toutes façons c’est lui qui décide. 

Quelles sont vos astuces pour accompagner cet apprentissage ? Je mets à disposition de l’enfant un pot. Chaque petit en a un d’une couleur différente, ou avec sa petite étiquette rigolote. Dans la journée, je lui propose de l’utiliser, mais je ne l’impose pas. Parfois il dira oui, d’autres fois non. Puis un jour il ira seul sur le pot. C’est souvent en voyant son petit copain qu’il va vouloir l’imiter. D’ailleurs, les petits ne comprennent pas au début que c’est une chose à faire dans l’intimité.
J’utilise aussi des petites histoires sur la propreté, propose des jeux manuels type pâte à modeler qui s’avère être une première initiation à la matière fécale. C’est important car « faire caca » peut être très angoissant pour un enfant au début. Il peut avoir l’impression que c’est un bout de lui-même qui s’échappe. C’est d’ailleurs pour cela que certains petits jouent avec leur matière fécale au début. Ce qui nous semble dégoutant est en fait pour les bébés une façon de toucher leur corps. Je peux aussi commencer par les faire jouer en mettant leur pot (vide bien sûr…) sur la tête !

Comment gérez-vous les petits accidents de parcours?En dédramatisant. En faisant comprendre à l’enfant que ce n’est pas grave et que cela arrivera certainement à nouveau. Il s’agit juste de passer à autre chose. N’oublions pas qu’avant 3 ans, ce sont des bébés !

Non pas le pot !

Une histoire de mauvaise odeur, de piscine et de pot. Avec Simon le Superlapin et Gaspard son petit frère qui a du mal quitté ses couches …La morale de l’ histoire : il faut être motivé, avoir envie de grandir pour passer le cap de la propreté. Les enfants adorent et surtout ont très envie d’aller sur le pot après l’avoir écoutée !
 

Article rédigé par : Paulina Jonquières d'Oriola
Publié le 21 mars 2017
Mis à jour le 05 mai 2017