Développement des compétences sociales et émotionnelles du jeune enfant. Le point de vue de Catherine Gueguen

Les neurosciences affectives et sociales permettent aujourd’hui de porter un tout autre regard sur le jeune enfant, dont on sait que le cerveau est très immature avant l’âge de 5 ans. Comment les adultes, notamment les professionnels qui l’accueillent au quotidien, peuvent-ils accompagner au mieux son développement au regard de ces connaissances ? Les explications de Catherine Gueguen, pédiatre formée à l’haptonomie et la Communication Non-Violente, et auteur*.
professionnelle avec tout-petit
Nelson Mandela disait « l’Education est l’arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde. » Plus récemment, la jeune militante pakistanaise Malala Yousafzai expliquait que certes avec des armes on peut tuer les terroristes, mais c’est avec l’éducation qu’on peut tuer l’idéologie du terrorisme. En effet, le cerveau du jeune enfant étant très malléable, on peut en faire ce que l’on veut. Tout s’imprime en profondeur dans son cerveau. D’où l’importance capitale du travail des professionnels auprès des jeunes enfants.

Adopter une attitude empathique et bienveillante
En France, on connaît bien les neurosciences cognitives - le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a même créé un comité scientifique avec des experts sur le sujet. Nées dans les années 70, elles s’intéressent aux mécanismes cérébraux de ce qui est intellectuel : écrire, lire, compter, penser, mémoriser, etc. Mais ce n’est que depuis la fin du XXe siècle qu’existe les neurosciences affectives et sociales, qui étudient les mécanismes cérébraux des émotions, des sentiments et des capacités relationnelles.

Elles nous disent que la relation idéale - empathique, soutenante, aimante - est la condition fondamentale pour que le cerveau puisse se développer au maximum de ses capacités. L’idée est donc d’être à la fois écouté et à l’écoute. C’est-à-dire être soi-même entendu et compris dans nos émotions et pensées, et laisser l’autre s’exprimer dans tout ce qu’il a à dire dans une attitude empathique où l’on sent et comprend ce qu’il vit. Si on prend l’habitude d’avoir cette attitude au sein d’une équipe, on gagnera l’adhésion de chacun de ses membres - une fois qu’on se comprend, la solidarité se crée et c’est une très grande force. L’idéal au sein des équipes est de se soutenir mutuellement pour pouvoir faire face au travail difficile qu’est l’accueil des jeunes enfants.

L’empathie c’est donc sentir et comprendre  ses propres émotions (auto-empathie) et les émotions d’autrui puis vouloir apporter du bien-être à celui qui est en détresse, c’est la sollicitude empathique. Quand on est professionnel, il s’agit de ne pas confondre les émotions des enfants avec ses propres émotions : la colère de l’enfant par exemple, c’est la sienne, pas la nôtre. Si l’on porte la souffrance des enfants, il sera difficile de l’aider et on peut alors se retrouver soi-même en difficulté - voire même en burn out. Bien sûr, chez les parents, c’est quelque chose de très compliqué à faire puisqu’ils souffrent de la détresse de leurs enfants.

Aider l’enfant à exprimer ses émotions
Quand un enfant tape, griffe ou mord, c’est généralement parce qu’un de ses besoins profonds n’est pas satisfait (besoin d’attention, d’affection, de calme, de jouer, etc.)et que son cerveau émotionnel et archaïque l’a alors poussé à agir de la sorte. Non parce qu’il est méchant ! Il faut arrêter de lui dire « Tu n’es pas gentil », considéré par la communauté scientifique comme une humiliation verbale, nocive pour son cerveau extrêmement fragile et malléable à cet âge. Quand l’enfant tape, mord, il vit une vraie tempête émotionnelle. Il ne le fait pas exprès ! Il s’agit donc d’abord de l’apaiser au lieu de le punir, qui n’aurait d’autre effet qu’intensifier son niveau de stress.

Il ne s’agit pas de le laisser tout faire sans rien dire ! On lui dira : « On ne mord pas. » Puis on l’aidera à mette des mots sur ses émotions : « Tu étais en colère ? Tu t’ennuyais ? Tu avais besoin qu’on s’occupe plus de toi ? »… L’enfant ne saura pas forcément exprimer son émotion, mais il pourra au moins se connecter au panel d’émotions qui lui est présenté. Puis un encouragement : « Je te fais confiance, tu vas apprendre à ne plus taper. »
Toutes les recherches sur le cerveau de l’enfant disent que : apaiser, aider à exprimer ses émotions et encourager font maturer le cerveau et en particulier les circuits et les structures cérébrales qui permettent de faire face à ses émotions et impulsions.

Evidemment il faut aussi s’occuper de celui qui a été victime, là aussi en l’aidant à exprimer ses émotions : « Cela t’as mis en colère ? es-tu Surpris ? Inquiet ? »… Un accompagnement qui demande de prendre le temps.

Créer un cercle vertueux en montrant l’exemple
Les professionnels ont parfois l’impression de ne pas avoir le temps… Mais ce n’est jamais une perte de temps de s’occuper d’un enfant qui mord ou qui pleure ! Car les autres enfants sont spectateurs et observent comment on prend en charge une personne en détresse - avec sollicitude. Si les professionnels qui les accueillent montrent le comportement adapté, ils les imiteront. Cela se passe au niveau des « neurones miroirs ». Et progressivement, ce sont eux qui iront consoler l’enfant avant même l’intervention des adultes.

La vie sur le lieu d’accueil c’est aussi apprendre l’entraide, la coopération, l’empathie. Les professionnels sont de puissants modèles ! Mais pas que pour les enfants, il faut proposer aux parents de faire la même chose et adopter le même comportement entre collègues. C’est ainsi que toute la société va progresser. Nous avons en réalité un pouvoir extraordinaire sur les autres car nos actions peuvent impacter le fonctionnement des molécules cérébrales, des circuits neuronaux, et même l’expression de nos gènes…

Le maternage - prendre soin, rassurer, sécuriser, consoler - n’est pas réservé aux petits. A n’importe quel âge on peut en avoir besoin. Les parents maltraitants ont souvent besoin d’être maternés eux-mêmes pour ensuite être capables de prendre soin de leur enfant : c’est un cercle vertueux. En effet le maternage peut modifier certains gènes et permettre aux personnes d’être plus résilientes vis-à-vis du stress, et agir sur l’hippocampe, la partie du cerveau qui régit les capacités d’apprentissage et de mémorisation.

Prévenir les violences éducatives ordinaires : un devoir urgent
Beaucoup de gens ont encore recours à la violence physique en croyant bien faire : ils reproduisent généralement ce qu’ils ont eux-mêmes subi et ne savent pas faire autrement. Les professionnels ont un rôle de soutien à jouer auprès d’eux (et de tous les autres) pour les aider à trouver d’autres solutions - un rôle de co-éducation. Mais on sait qu’ils ne sont pas toujours assez nombreux, car il faut du monde pour être vraiment présent auprès des enfants comme des parents.

La recherche scientifique, notamment les travaux de Rebecca Waller qui a examiné 30 études sur le sujet, démontre aujourd’hui les conséquences des éducations punitives et sévères sur le développement des enfants. Elles peuvent rendre les enfants et adolescents agressifs, anxieux, dépressifs, durs, insensibles et parfois les conduire à de nombreuses difficultés psychologiques voire psychiatriques avec addictions aux drogues, à l’alcool, et même entraîner des suicides... Il est donc vital d’arrêter d’humilier et de punir les enfants !

Dans le monde entier, les enfants subissent quotidiennement des punitions corporelles et humiliations au sein de leur famille, des institutions ou à l’école. Ainsi 53 pays dans le monde, dont 32 en Europe, ont adopté une loi pour interdire et dénoncer ces pratiques. En Suède, le premier pays à l’avoir fait il y a déjà une quarantaine d’années, c’est toute la société qui a changé. Cela nous montre le chemin d’une vraie humanité. Mais on a encore un droit de correction en France, alors même que c’est le pays des Droits de l’Homme. D’où les efforts d’associations telles que Stop VEO et de certains députés qui militent pour que la Loi abolisse enfin les violences envers les enfants.


*A l’occasion de son intervention sur « Le développement des compétences sociales et émotionnelles chez le jeune enfant » lors des Girafes Awards qui se sont tenues le 25 juin 2018.

Les études pour aller plus loin

Rebecca Waller, Oxford (2013), Clinical Psychology Review, 33 : 593-608
Allan Schore, directeur département de psychiatrie, Los Angeles
Michael Meaney, Montréal
Leblanc E and al., Frontiers in Psychology, 8, 2147, 1-13
Commodari E, Early Childhood Research Quaterly, 28 (2013) 123-13
Anne Rifkin-Graboi, Singapour, Translational Psychiatry 5 (2015), 1–12
Rianne Kok, Hollande (2015) Journal of the American  Academy  of Child and Adolescent psychiatry 10, 824–831
Haroon Cheik, Canada (2014) Neuroimage : Clinical 6, 77-85 Antoni Damasio, Directeur de l’institut neurologique de l’émotion et de la créativité à Los Angeles, « L’erreur de Descartes » 1995
Thimoty Cubry, USA, Infant Child Development, 24 : 549-570
Joseph Durlak, Chicago, Child Development, 82, 1, 405–432
Karen Bierman, Pensylvanie, Journal of Child Psychology and Psychiatry, 58:2,129–137
Bruce Mac Ewen, New York. (2008 / 2016) 2016, Annals of the New York Academy of Sciences, 1373, 56–64
Joan Luby, Saint Louis (2016) PNAS, 113, 20, 5742-5747
Martin Teicher, Harvard (2006) The American Journal of Psychiatry, 163, 993-1000 / (2016)
 Nature Neuroscience, 17, 652-666
Akemi Tomoda, Harvard, 2012
Jaimie hanson, Wisconsin, 2010
Anne-Laure Van Harmelenn, Hollande, (2010) Biol Psychiatry, 68 : 832-838 (2014b), Soc Cogn Affect Neurosc, 9, 2026-2033

Article rédigé par : Propos de Catherine Gueguen recueillis par Armelle Bérard Bergery
Publié le 24 août 2018
Mis à jour le 12 septembre 2018