Ensemble pour l'Education de la Petite Enfance

Quels sont les avantages à se mettre à hauteur d’enfant ?

Au quotidien, les professionnels doivent faire attention à l'attitude qu'ils adoptent avec les jeunes enfants... Et se mettre à leur hauteur change tout : l'enfant se sent écouté, reconnu, et le lien affectif se tisse plus facilement avec l'adulte.
professionnelle près de deux petits garçons

Placé l’un en face de l’autre, Amina et Jackson jouent avec une poupée et explorent les différents sons qu’elle produit. Plus tard, Amina n’hésite pas à enfiler d’énormes lunettes et à se mettre à genou pour se joindre aux jeux des enfants. Lorsqu’on se baisse au niveau de l’enfant, on démontre un réel intérêt pour ce qu’il fait, ce qu’il dit et ce qu’il vit. On jette également les bases d’une relation qui respecte le point de vue de l’enfant que ce soit au moment des jeux, du repas ou du coucher. L’enfant se sent reconnu et apprécié quand l’adulte se met à son niveau car il est considéré comme un individu à part entière. Cette attitude de l’adulte envers l’enfant contribue à tisser un lien affectif sécurisant ; ce qui aura une influence positive sur ses relations avec les autres. En prenant le temps de se mettre à la hauteur de Bastien, Amina lui fait sentir combien il est important. Il profite pleinement de cette proximité et de cette attitude bienveillante.

Comment accompagner l’enfant

Prendre le temps de s’approcher de l’enfant, de s’accroupir à sa hauteur pour s’adresser directement à l’enfant ou transmettre des consignes.
Quand on rentre dans le champ émotionnel (joie, colère…), bien penser à se mettre à la hauteur de l’enfant, ce que les anglo-saxons appellent le « eye to eye » (en vis à vis) pour mieux se voir et entrer en empathie
Utiliser le « je » plutôt que le « tu » : l’enfant ne se sentira pas critiqué et cela fournit un modèle de communication reproductible.

(Source : Ensemble pour l’Education de la Petite Enfance)


Pour aller plus loin :
Education bienveillante : de quoi parle-t-on ?
Théorie de l’attachement : qu'en sait-on aujourd'hui ?
Publié le 08 juin 2018
Mis à jour le 26 juillet 2018