Une mini-série pour les parents et pour les pros

Elle ne sera diffusée que début 2017, mais c’est en ce moment qu’elle se tourne. Unemini série de 50 épisodes consacrée à la petite enfance, l’éducation, à la parentalité. Un projet orignal, innovant, et d’utilité publique, s’ancrant dans les dernières découvertes des neurosciences affectives.  Nous avons assisté au tournage du « pilote » qui sera diffusé pour la première fois au congrès « Petite enfance, un enjeu d’avenir »organisé les  6 et 7 juin à Paris  sous l‘égide de l’ OCDE.
Tournage série à la micro-crèche Les malicieux de Daunay
Il fait doux en cet après-midi d’Avril. Le pilote de la série « Qu’est-ce qui se passe dans ta tête? » est en train de se tourner à la micro crèche « Les malicieux de Daunay »*dans le 11 ème arrondissement de Paris. La situation de cette première vidéo ; la morsure. « Parce que c’est une situation anxiogène pour les parents et pour les pros » remarque Nathalie Vicarini, présidente- fondatrice d’Ensemble pour l’Education à l’origine du projet. 

L’apport des neurosciences affectives et sociales
Le projet ? Une idée qui lui tient vraiment à cœur, elle, qui a fait toute sa carrière dans le monde la petite enfance. D’abord comme éducatrice de jeunes enfants, puis comme directrice de structure et aujourd’hui,  comme enseignante en sciences de l’éducation et conseil en pédagogie en France et à l’étranger. 
Le projet est ambitieux  et éminemment pertinent. « Il s’agit explique t- elle, de montrer l’impact sur le développement du cerveau des postures éducatives quotidiennes des parents comme des professionnels. » Sa rencontre avec avec la pédiatre Catherine Gueguen (caution scientifique de la série) et son travail  sur les apports des neurosciences affectives et sociales dans l’éducation ont été déterminantes dans son cheminement. Des recherches fondamentales selon elle qui viennent compléter, renouveler et parfois contredire ce que la psychanalyse a pu apporter par le passé.

Cinq grands thèmes, et 10 vidéos par thèmes 
Pour construire ce programme,  cinq thèmes ont été définis : l’attachement, les émotions, l’environnement et le bien être, la prévention de la violence éducative, le jeu. « Cela correspond à tout ce qui nourrit le cerveau de l’enfant »précise Nathalie Vicarini.  Ces vidéos (1, 5 minute chacune) ne seront ni culpabilisantes ni moralisatrices. Elles sont là pour donner confiance aux parents comme aux professionnels en étant positives  dans les postures éducatives proposées. Pour une fois il ne s’agit pas de montrer de façon didactique ce qu’il ne faut pas faire ou faire. « Ni leçons, ni recettes dans nos vidéos souligne encore Nathalie Vicarini. Nous montrons juste des postures empathiques, bienveillantes à la portée de tous ».
Envie de prendre le contre-pied de toutes les campagnes de sensibilisation  habituelles qui jouent sur l’horreur, la peur, le dégoût  accidents de la route, maltraitance, femmes battues …). Cette mini série, tout en portant un vrai message, sera gaie et légère … On pourra rire et sourire tout en apprenant beaucoup. 

« Qu’est ce qui se passe dans ta tête ? »
Chaque vidéo commence par une situation de la vie quotidienne, filmée avec de vrais enfants (aujourd’hui Maxime, Alexandre, Mila et Julie). La situation est réelle. Aujourd’hui par exemple pour filmer la morsure … il a suffit de mettre ensemble quelques bambins et quelques jouets. Il y a toujours un moment où deux enfants veulent le même ou l’un celui de l’autre ! Une fois la scène campée, une petite voix dit : « mais qu’est ce qui se passe dans ta tête ». Et là avec des images de synthèse et la 3D,  on voyage dans le cerveau de l’enfant pour montrer la zone qui s est activée dans la situation filmée. Avec en voix off, un texte explicatif  signé Catherine Gueguen. Enfin la vidéo se termine par une recommandation de postures éducatives qui pourraient désamorcer le conflit, ou en tout cas résoudre la situation de façon positive pour tous ; Il s’agit de montrer comment l’adulte peut intervenir pour apporter des solutions. Ces textes là étant écrits par Nathalie Vicarini, caution pédagogique de la série. Des explications « simples  précise Nathalie, qui seront accessibles et imagées grâce à des astuces graphiques. »

Le soutien de la CNAF 
Ce programme se veut universel (d’ailleurs il est en passe d’être exporté vers des pays d’Afrique francophones et au Québec). Les vidéos seront tournées dans des familles, chez des assistants maternels et dans des structures collectives partout en France et dans toutes sortes de milieux.  Il se veut représentatif de la société. Coûteux parce ambitieux et très professionnel, il est soutenu par des institutionnels et des fondations Il devrait être diffusé à la télévision car reconnu d’intérêt général et à but non lucratif.  Il sera aussi en ligne sur les sites des partenaires d’Eduensemble  comme mon-enfant.fr pour la CNAF, par exemple. 
Cette mini-série n’est pas un coup d’épée dans l’eau, un joli projet anecdotique qui restera isolé. Il constitue plutôt le début d’une longue aventure, d’un long combat pourrait-t-on dire pour une éducation bienveillante et empathique. Partout où il y des enfants au cerveau fragile et malléable. Dans les familles, dans les crèches, les écoles maternelles. 
La diffusion des premières vidéos donnera lieu à une campagne de sensibilisation, et à la mobilisation des organismes de formation dans les régions des trois CAF pilotes qui seront choisies pour s’investir plus particulièrement auprès d’Eduensemble. Des formations accessibles aux pros comme aux parents seront alors organisées pour aller plus loin. Et au delà de 2018, Nathalie Vicarini se plaît à imaginer des MOOC, des serious game pour  tout ce qui est connu aujourd’hui de l’impact des attitudes éducatives sur le cerveau des petits, le soit de tous. Toujours avec l’aide de la CNAF dont un des rôles ne l’oublions pas, est l’aide et le soutien à la parentalité.


*Du réseau  LPCR
**Eduensemble, un fonds dédié de la Fondation pour l’Enfance www.eduensemble.org

Pour en savoir plus

Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 10 mai 2016
Mis à jour le 02 septembre 2016