Poussées dentaires : savoir les reconnaître

Les poussées dentaires s’accompagnent souvent d’autres maux : érythème fessier et fièvre notamment, mais les défenses immunitaires du petit étant affaiblies, des maladies plus sérieuses peuvent apparaître. D’où la nécessité de bien observer les réactions de l’enfant et de ne pas tout mettre sur le compte des dents !
Avant même que la petite pointe blanche n’apparaisse, un bébé qui « fait ses dents » pleure, bave, suce et mordille tout ce qui se trouve à sa portée. Il est grognon, a les joues rouges, s’agite et mange mal. Les poussées dentaires sont une étape obligée dans le développement de l’enfant mais elles ne sont pas toujours faciles à vivre, pour lui bien sûr, mais aussi pour les personnes qui doivent veiller sur lui. Les premières dents, souvent les 2 incisives inférieures, apparaissent vers 5-7 mois. Mais c’est parfois plus tôt, ou plus tard. Pour cela aussi, à chaque bébé son rythme.

Les poussées dentaires s’accompagnent parfois de fièvre (pas plus de 38°), de selles molles, d’un érythème fessier. 

Mais, lorsqu’il fait ses dents en effet, l’organisme de l’enfant est souvent fragilisé. De plus, le système immunitaire des tout-petits - c’est-à-dire les défenses de son organisme- est encore immature. Le résultat ? Les infections comme les otites, les bronchites, diarrhées notamment sont fréquentes. Voici les signes qui doivent vous alerter : 
  • Il a plus de 38 / 38,5 de fièvre  
  • Il souffre de diarrhées liquides et abondantes, plusieurs fois par jour
  • Il vomit
  • Il a le nez qui coule et l’écoulement est coloré, il a mal aux oreilles
Tous ces symptômes ne doivent pas être négligés car les poussées dentaires ne peuvent, à elles seules, en être responsables. Le réflexe à avoir ? Faire appel au pédiatre, à l’infirmière, prévenir les parents.
Article rédigé par : Pascale Pommier de Santi
Publié le 15 février 2016
Mis à jour le 12 juin 2017