Message d'erreur

La conjonctivite allergique

Des yeux régulièrement rouges, gonflés et larmoyants peuvent faire penser à une conjonctive allergique. Si le diagnostic est confirmé par un ophtalmologue, il faudra chercher à identifier et à éviter l’allergène en cause.
Les symptômes : les yeux piquent et larmoient
Une conjonctivite  allergique se caractérise par des yeux rouges, gonflés, larmoyants. L’enfant se frotte les yeux, comme s’il y avait du sable dedans. Ce type de conjonctivite s’accompagne le plus souvent d’autres troubles d’origine allergique : rhinite, asthme, eczéma. 
Lors d’un premier épisode isolé, le médecin peut soupçonner à tort une origine virale ou bactérienne, les symptômes étant très proches. Les parents ont donc tout intérêt, en cas de récidive, à consulter un ophtalmologue afin d’établir un diagnostic précis.

Le traitement : sérum physiologique et gouttes anti-histaminiques
Si l’origine allergique est confirmée, seule l’instillation de gouttes antihistaminiques pendant une dizaine de jours peut soulager l’enfant. Si besoin, vous pouvez administrer ce traitement à partir du moment où les parents vous présentent une ordonnance. Le mieux, pour cela, est d’allonger l’enfant et d’abaisser tout doucement sa paupière inférieure après vous être soigneusement lavé les mains. Attention, les collyres se périment très rapidement. Une fois ouverts, ils ne doivent pas être conservés en vue du prochain traitement. Pour limiter l’inconfort, ne pas hésiter parallèlement à nettoyer plusieurs fois par jour ses yeux avec du sérum physiologique en uni-doses. Cela permet de diluer les substances allergisantes. Si la sphère ORL est aussi touchée, le médecin ajoutera certainement un antihistaminique par voie orale.
Pour prévenir l’apparition de nouvelles crises, la priorité est de fuir l’allergène responsable. Poils d’animaux, acariens, pollens ? Les coupables ne sont pas toujours faciles à identifier. Néanmoins, si les symptômes se manifestent au printemps, surtout quand il y a du vent, vous et ses parents pouvez d’ores et déjà en rentrant d’activités en extérieur nettoyer les yeux de l’enfant avec du sérum physiologique. Vous éviterez ainsi l’accumulation des allergènes dans ses yeux et l’irritation conjonctivale qui s’ensuit quand il dort.
Il est possible de pratiquer des tests épicutanés  (prick tests) dès l’âge d’un an, même si les résultats ne sont pas toujours aussi parlants que chez les plus grands. De la même façon, en cas de gêne très importante, les médecins n’attendent plus forcément l’âge de 6 ans, comme par le passé, pour proposer une désensibilisation.

Ne pas confondre avec…
Une conjonctivite (virale ou microbienne)
Article rédigé par : Aurélia Dubuc
Publié le 06 mars 2017
Mis à jour le 13 juillet 2017