Le croup, une affection respiratoire très contagieuse

Le croup - qui signifie « hennir » en anglais - désigne la laryngite aigue sous glottique de l’enfant. C’est la cause la plus fréquente de dyspnée laryngée (gêne respiratoire) entre 1 et 3 ans. Le croup affecte plus les garçons que les filles et survient avec un pic en automne et en hiver.
Quels sont les symptômes  du croup ?
Quand le croup se déclenche il est marqué  par des signes respiratoires s’installant de manière progressive, la nuit : une toux rauque, aboyante,  associée à un stridor (bruit inspiratoire aigu). La voix change  et devient rauque ou éteinte. L’enfant peut être gêné pour respirer, être agité ou anxieux. Cette difficulté à respirer peut se traduire par  un tirage au niveau du thorax, c’est-à-dire des rétractions de sa paroi.

A quoi est du le croup ?
Le croup est dû à un virus et dans 75 % des cas au virus para-influenzae. Ce virus très contagieux circule très fréquemment  dans les lieux d’accueil des jeunes enfants. Le virus para-influenzae  se transmet soit par inhalation de particules  virales d’un sujet malade qui tousse ou éternue soit par contact via les mains en touchant un objet contaminé. Il attaque  les cellules du larynx  près des cordes vocales et s’y multiplie. Au niveau de la région sous glottique, partie la plus étroite de la voie aérienne supérieure de l'enfant, l’atteinte virale provoque un gonflement  et un rétrécissement des voies respiratoires.  Il faut noter que chez un enfant un œdème de 1 mm au niveau sous glottique diminue le calibre de la voie respiratoire de près de 50% (contre 15% chez l'adulte) ! Dans la grande majorité  des cas la laryngite aigue sous glottique est  légère.

Quel est le traitement ?
Dans les formes légères, les plus fréquentes (voix rauque, toux aboyante occasionnelle,) un traitement par corticoïdes (sous forme de gouttes pour les plus petits) prescrit par le médecin suffit à faire régresser rapidement les symptômes.
En cas d’aggravation ou dans les formes plus sévères, il faut consulter en urgence. Un traitement par nébulisation(s) de corticoïdes et/ou d’adrénaline est généralement instauré pour décongestionner la muqueuse respiratoire avec une surveillance de l’enfant durant plusieurs heures avant le retour à la maison. Si malgré le traitement l’état de l’enfant ne s’améliore pas il est hospitalisé pour répéter  les inhalations d’adrénaline. Si ça ne suffit pas, les médecins peuvent décider de l’hospitaliser en réanimation afin qu’il reçoive  une assistance respiratoire  le temps que l’infection diminue.
Une fois rentré à la maison, la toux peut persister encore quelques jours. L’enfant reste contagieux 3 semaines après la disparition des symptômes. En général l’enfant ne récidivera pas de la saison.

Est-ce un motif d’éviction de la crèche ?
Non, le croup ne fait  donc pas partie des maladies infectieuses justifiant de l’exclusion de l’enfant.

Comment éviter le croup ?
On peut réduire le risque que l’enfant l’attrape en le faisant se laver régulièrement les mains et en évitant les interactions avec un enfant malade.  

Peut-on le confondre avec une crise d’asthme ?
Non dans l’asthme la toux n’est pas aboyante elle est sèche et  la respiration est sifflante. Le croup ne « touche » pas les poumons  mais l’étage supérieur à la différence de l’asthme.

Merci au Dr Brigitte Blond médecin généraliste, auteure de « décoder bébé un jeu d’enfant « aux éditions Leduc Pratique et du blog http://avotreavisdocteur.tumblr.com"
 
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 11 décembre 2020
Mis à jour le 13 décembre 2020