Les fiches premiers secours

Comment réagir face à une brûlure chez l’enfant

Les brûlures sont les accidents les plus « évitables » car elles sont souvent le fait d’une casserole d’eau chaude renversée et d’un fer à repasser chaud, tous deux laissés à la portée de l’enfant. Vigilance et prudence aussi avec tout ce qui touche à l’électricité : appareils mais aussi prises de courants, susceptibles aussi de provoquer des brûlures qui peuvent passer inaperçues mais qui n’en sont pas moins dangereuses.
Deux règles d’or à appliquer face à une brûlure thermique

  1. Toute brûlure thermique (provoquée par la chaleur) doit être refroidie sans délai.
  2. Toute brûlure, quelle qu’elle soit, nécessite un avis médical, en urgence ou dans les heures suivant l’accident.

  3.  
Quels gestes faire juste après une brûlure thermique ?

  • Oter les vêtements de l’enfant : ils sont imprégnés du liquide brulant et continuent  donc à bruler !
  • Refroidir la brulure par rinçage de la zone brulée à l’eau (25°C) pendant environ 10 minutes
  • Après le refroidissement, appliquer une crème grasse : DEXERYL ou BIAFINE en couche épaisse.
  • Apaiser les douleurs avec du PARACETAMOL SUPPOSITOIRE (nourrisson 125mg, enfant de 3 ans : 300 mg)
  • Les brulures situées sur le visage, les mains, le périnée ou touchant une surface importante du corps (après un bain trop chaud par exemple), sont des brûlures potentiellement graves : appeler le SAMU est indispensable.
  • Refroidir le corps entier amène souvent une complication autre : l’hypothermie. Il faut donc se limiter au refroidissement de la zone brûlée.

Trois autres types de brûlures thermiques  très fréquentes chez le petit enfant

  1. Une brûlure par ingestion d’un biberon trop chaud impose de refroidir les voies digestives par un biberon d’eau fraiche sans délai, de calmer les douleurs par le PARACETAMOL suppositoire, et d’amener ensuite l’enfant à l’hôpital afin d’effectuer un bilan précis des lésions.
  2. Une brulure par « bain trop chaud » impose un refroidissement immédiat et une prise en charge par le SAMU. La surface de brulure est souvent importante, ce qui est un signe de gravité et provoque des douleurs intenses.
  3. Un coup de soleil est une brûlure au premier ou second degré superficiel « rougeur de la peau sans phlyctènes) : refroidir, enduire la zone de DEXERYL, suppositoire de PARACETAMOL et boissons fraîches et sucrées suffiront…sans oublier l’abstention d’exposition solaire tant que la cicatrisation n’est pas atteinte.

Trois règles d’or face à une brûlure électrique chez l’enfant.

  1. « Les volts brulent, les ampères tuent » : dans une habitation, l’ampérage est faible.
  2. La porte d’entrée du courant est toujours visible : rougeur, plaie, douleur…La porte de sortie est à rechercher… Le long du trajet du courant (muscles, vaisseaux, nerfs), des lésions sont créées mais ne sont pas visibles (membres, poumons, cœur, foie…). Ne jamais se fier à la seule lésion d’entrée du courant. 
  3. Toute brûlure électrique est potentiellement grave (brûlures internes à évolution péjorative). Même si l’enfant est conscient, un bilan hospitalier s’impose toujours sans délais.  

Quels gestes exécuter devant une brûlure électrique chez le petit enfant

  • Ne pas toucher l’enfant s’il est encore en contact avec « le courant » : d’abord disjoncter le compteur électrique !
  • Examiner l’enfant : celui-ci peut souffrir, crier, ou être en « fibrillation ventriculaire », inconscient, en état d’arrêt cardiaque 
  • Désinfecter le point d’entrée du courant chez l’enfant conscient, appliquer une crème grasse DEXERYL/BIAFINE, et adresser l’enfant dans un service d’urgences pédiatriques, avec régulation par le SAMU.
  • Calmer la douleur : PARACETAMOL SUPPOSITOIRE…
  • Apaiser et rassurer l’enfant.
Par
Dr Pierre-Emmanuel Lebas, médecin-urgentiste
Modifié le 01 août 2017