Colloque sur le numérique des tout-petits : pour des repères éducatifs clairs

La Fondation pour l’Enfance organisait aujourd’hui à Paris un colloque national sur « Le numérique des tout-petits ». Placée sous le Haut Patronage du Premier Ministre, Edouard Philippe, et d’Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, cette journée d’informations et de repères avait pour objectifs la sensibilisation et la prise de conscience des professionnels de l’enfance sur les enjeux de cette thématique. Et d’inciter les pouvoirs publics à définir des recommandations claires et accessibles destinées aux parents d’enfants de 0 à 6 ans.
En effet malgré l’essor des nouveaux outils numériques nomades, peu d’études ont été réalisées pour mesurer précisément leurs impacts sur le développement du jeune enfant. Et en l’absence d’une position officielle, les parents comme les professionnels manquent de repères éducatifs.

C’est face à ces constats que la Fondation pour l’Enfance s’est intéressée à la problématique : après une réflexion stratégique en 2016 et le lancement de la campagne #DigitalBaby en 2017, elle a mené une étude approfondie sur les usages et attitudes des familles en France - dont elle a dévoilé les résultats à l’occasion du colloque. Dans une pré-enquête qualitative, 6 entretiens d’une heure et demi ont été réalisés avec des parents d’enfants âgés de 3 à 5 ans (la moitié ayant un ou des enfants âgés de 6 à 10 ans), équipés en écrans numériques mobiles et issus de catégories socio-professionnelles variées. Puis une phase quantitative lors de laquelle 500 foyers ont été interviewés via un questionnaire en ligne : un échantillon représentatif de parents d’enfants âgés de moins de 6 ans, équipés en écrans mobiles. Voici les grandes tendances qui s’en dégagent.

Une consommation importante dès le plus jeune âge
Plus de la moitié des enfants de moins de 6 ans utilisent une tablette ou un smartphone.
4 enfants sur 10 utilisent leurs écrans une fois par semaine et plus. 70% des parents déclarent que leurs enfants ont envie d’utiliser les écrans ; 87% chez les parents âgés entre 19 et 24 ans. 20% des parents affirment que leurs enfants ont commencé à utiliser un écran numérique à l’âge d’1 ou 2 ans. 68% des enfants sont accompagnés par un adulte pendant leur utilisation d’un écran (et plus l’enfant est jeune, plus il est accompagné).
Pour les parents, l’utilisation des écrans est d’abord associée à l’éveil - l’apprentissage des enfants, la préparation des études et la vie future, la capacité de concentration. 57% des parents citent la détente et le plaisir de l’enfant comme avantages à leur utilisation. Mais pour 1 parent sur 5, c’est un moyen d’occuper son enfant et un gain de tranquillité.

Des messages de prévention pas toujours bien reçus
96% des parents savent que les risques ne sont pas inexistants, mais seulement un tiers d’entre eux les considèrent comme majeurs. 60% des parents se sont renseignés ou pensent se renseigner quant aux risques liés à l’usage des écrans dans la petite enfance pour décider des règles d’utilisation, mais seulement moins d’un quart des parents interrogés effectuent une recherche approfondie. Concernant leur attitude face à ces risques, ils redoublent d’attention, et dans un moindre mesure, favorisent les activités physiques, manuelles, interdisent les écrans avant le coucher…  
Les messages de prévention sont jugés sévèrement par les parents : insuffisamment démontrés, trop généraux, pas assez nuancés, éloignés de la réalité du quotidien des familles…
La Fondation pour l’Enfance a d’ailleurs comparé la perception des parents sur 3 grands types de messages. Celui auquel les parents adhèrent le plus (à 51%) est celui des psychiatres Serge Tisseron et Boris Cyrulnik qui « alertent sur le risque d’utilisation de tablettes et smartphones concernant les relations de l’enfant avec son entourage et son développement physique ». Puis celui de l’Education Nationale (à 33%) qui « voit en la tablette numérique une belle opportunité d’accompagner l’éveil des enfants et encourage un programme de maternelle incluant l’usage de la tablette numérique ». Et en dernier (à 16% seulement), celui du Dr Anne-Lise Ducanda qui « établit un lien entre l’utilisation des tablettes et l’autisme infantile, et recommande l’interdiction des écrans aux tout-petits ».

Parmi les experts présents au colloque, Emmanuel Devouche, enseignant-chercheur spécialiste de la communication parents-bébé, a rappelé un point important : chaque enfant est unique dans son développement, mais tous préfèrent naturellement le contact humain et ont besoin d’être accompagnés pour se développer. Et les écrans ne communiquent pas avec l’enfant, ne l’enveloppent pas, ne s’ajustent pas en temps réel, ne lui répondent pas. L’idée est donc de dire que si les écrans peuvent être utiliser très modérément et sous surveillance de l’adulte, ils ne doivent jamais remplacer l’humain et leur usage n’est pas une fatalité. Et chaque famille doit être accompagnée en fonction de sa situation particulière sur ces usages. Et pourquoi pas l'élaboration d'une charte prochainement ? C'est en tout cas ce que les organisateurs du colloque espèrent.


Pour aller plus loin :
Les tout-petits et les écrans : la prévention vue par une psychomotricienne
Les grandes étapes du développement psychomoteur de l'enfant
Publié le 05 novembre 2018
Mis à jour le 05 novembre 2018