Covid-19 : des crèches parisiennes en grève

Dès aujourd’hui, les personnels des crèches parisiennes ont été invités à l’appel de trois syndicats (CGT Petite Enfance, Supap-FSU et UCP) à cesser le travail. Un préavis de grève a été déposé jusqu’au 1er décembre prochain.

Des professionnels de crèche à bout de souffle
"Nous n'avions pas forcément prévu ce mouvement mais nous avons reçu tellement d'appels et de mails de nos collègues sur le terrain que cette journée de mobilisation s'est imposée", a expliqué Christine Derval, secrétaire générale de la CGT Petite Enfance à Paris, à France Bleu
Des professionnelles de la petite enfance épuisées à cause du manque d’effectifs, inquiètes pour leur santé et qui dénoncent un protocole sanitaire difficilement applicable, voilà ce qui ressort des nombreux témoignages reçus par la CGT, le Supap-FSU et l’UCP, les trois syndicats qui appellaient à la grève dès ce jeudi. Certains ont d’ailleurs été publiés sur le site internet du Supap-FSU, notamment celui d’une éducatrice de jeunes enfants qu’elle conclut par : "Quel est le but poursuivi ? Est-ce d'accueillir les enfants et leurs familles dans ces conditions dégradées et risquer d'être contaminé.e.s ou est-ce d'assurer une continuité de service public, comme nous le souhaitons toutes et tous, en adaptant au mieux les modalités d'accueil ?" Une auxiliaire de puériculture confie pour sa part : "Je suis séparée de ma fille depuis la rentrée des vacances pour la protéger, pour pouvoir être à mon poste tous les jours (...)" Des pros à bout de souffle…

La mise en place de mesures préventives supplémentaires par la Ville de Paris 
De son côté, la Ville de Paris, que nous avons contactée, explique que si son rôle n’est pas de définir les règles de santé, elle a toutefois mis en place dès le premier confinement des mesures préventives supplémentaires : « la Ville a fait le choix depuis le début d’aller plus loin que le cadre national, en fournissant depuis mars les équipements de protection individuelle aux agents ; en maintenant l’étanchéité des groupes d’enfants alors que le guide ministériel ne la recommandait plus ; en nettoyant systématiquement et de manière approfondie les EAPE tous les jours ; et en recommandant fortement le port du masque chez les agents alors que le précédent protocole ne le rendait plus obligatoire. » Par ailleurs, concernant le reconfinement, elle souligne avoir « également fait le choix de ne pas facturer les parents qui ne déposeraient pas leur enfant à la crèche, ce qui a pour effet de diminuer le nombre d’enfants accueillis - et de rendre les conditions d’exercice des agents un peu plus favorables. » Elle ajoute que « des aménagements de l’accueil sont aussi opérés dès que des difficultés se présentent, à travers des réductions des horaires d’ouverture des EAPE, par exemple. »

10% de grévistes et 44 crèches fermées
Sur un total de 400 établissements municipaux de la Ville de Paris, le taux de grévistes atteint à peine les 10%, ce qui correspond à 44 structures fermées et 46 en fermeture partielle (au moins une section concernée), selon les chiffres communiqués par la Ville de Paris.
Article rédigé par : C.F.
Publié le 19 novembre 2020
Mis à jour le 30 novembre 2020