COVID-19 : le débat sur la contagiosité des enfants relancé

C’est une question qui revient en boucle depuis le début de la pandémie : les enfants sont-ils de grands vecteurs du nouveau coronavirus ? Ou pas. Les études continuent de se suivre, d'observer, de dire et parfois se contredire entre elles. Une récente publication de scientifiques américains vient encore jeter un pavé dans la mare en considérant que les plus petits pourraient finalement être très contagieux...

Parue le 30 juillet, dans la revue médicale JAMA Pediatrics, une étude américaine indique avoir détecté dans le nez de petits de moins de cinq ans un taux de matériel génétique du coronavirus 10 à 100 fois plus élevé que celui trouvé chez des enfants plus âgés et des adultes. Or, selon les auteurs de la recherche, plus ce taux est important, plus les risques de contagiosité le sont aussi.

Les enfants « importants facteurs de contagion »
Les scientifiques expliquent avoir obtenu ces résultats après avoir menés, à Chicago, des tests de dépistages avec prélèvements nasaux, entre le 23 mars au 27 avril derniers, sur 145 patients atteints d’une forme légère à modérée par la Covid-19, une semaine après l’apparition de leurs premiers symptômes. La cohorte était répartie en 3 groupes : 46 enfants de moins de cinq ans, 51 enfants âgés de 5 à 17 ans et 48 adultes entre 18 et 65 ans. « Nos analyses suggèrent que les enfants de moins de 5 ans atteints de COVID-19 léger à modéré ont des quantités élevées d'ARN viral du SRAS-CoV-2 dans leur nasopharynx par rapport aux enfants plus âgés et aux adultes (…) », écrivent-ils. Des données les amènant à penser que « les jeunes enfants peuvent potentiellement être d’importants facteurs de contagion du SARS-CoV-2 dans la population ». Et de conclure : « les comportements habituels des jeunes enfants et la proximité dans les écoles et les garderies soulèvent des inquiétudes d’une augmentation de la propagation du SARS-CoV-2 au sein de cette population à mesure que les restrictions de santé publique sont assouplies. » Affaire, plus que jamais, à suivre...
Article rédigé par : Marie-Sophie Bazin
Publié le 31 juillet 2020
Mis à jour le 31 juillet 2020