Crise sanitaire : les assistantes maternelles se senties isolées

En décembre l’Ufnafaam a lancé un petit questionnaire en ligne pour interroger ses adhérents (des assistants maternels et familiaux) sur la façon dont ils ont traversé la crise sanitaire en 2020. Résultat : avant même les difficultés financières, c’est l’isolement qui leur a été le plus pénible à supporter.


Le 30 décembre, l’Ufnafaam a mis en ligne un questionnaire destiné aux assistantes maternelles pour recueillir leurs témoignages et sentiments sur la crise sanitaire et la façon dont elles l’avaient vécue. Quelles répercussions sur leur travail ? Leurs finances ? Leur quotidien. Leur moral ?
Le questionnaire en peu de temps a obtenu 1012 réponses. Et l’analyse des résultats met en évidence les impacts de la pandémie sur la vie des assistantes maternelles.

L’isolement, les consignes sanitaires et els difficultés financières
Voilà ce qui ressort de l’impact de la période sur leur vie. Et dans cet ordre-là.
 On le sait la profession d’assistante maternelle à domicile n’est pas favorable aux contacts. Mais ce sentiment s’isolement a été très largement amplifié durant la crise sanitaire (la faute au confinement bien- sûr mais pas que …). Ensuite elles ont trouvé difficile de transmettre aux familles les différentes consignes sanitaires dispensées au fil des mises à jour du guide ministériel sur le COVID-19 et l’accueil du jeune enfant. Enfin la moitié des assistantes maternelles ayant répondu au questionnaire disent avoir, malgré le dispositif d’activité partielle, subi des difficultés financières.
En revanche, la majorité d’entre elles ont le sentiment que les enfants ont plutôt bien traversé cette période.

Besoin d’un accompagnement régulier
Selon l’Ufnafaam, ce qui ressort de cette enquête express c’est aussi que les assistantes maternelles pour rompre leur isolement ont besoin d’un accompagnement (et non d’un contrôle) régulier : pour échanger sur leurs pratiques et  se sentir soutenues lors d'éventuelles difficultés Enfin crise sanitaire oblige, elles ont modifié deux choses dans leur pratique : le nombre de jouets mis à disposition des enfants  afin finalement de favoriser leurs jeux et le renforcement des mesures d'hygiène avant et après l'accueil.

Voir le détail des résultats




 
Article rédigé par : C.L
Publié le 08 janvier 2021
Mis à jour le 09 janvier 2021