Décret sur le statut des ATSEM : une nouvelle déception pour les professionnelles

Un nouveau décret a été publié le 3 mars dernier portant « diverses dispositions statutaires relatives aux agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles » (ATSEM). Le décret n° 2018-152 du 1er mars 2018 concerne les fonctionnaires des cadres d'emplois des agents de maîtrise territoriaux, des animateurs territoriaux et des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles. Il fait suite aux recommandations du rapport conjoint de de l’Inspection Générale de l’Education Nationale (IGEN) et de l’Inspection Générale de l’Administration (IGAS) publié en octobre 2017. Il modifie notamment le statut des ATSEM  en le définissant comme tel :

« Art. 2.-Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles sont chargés de l'assistance au personnel enseignant pour l'accueil et l'hygiène des enfants des classes maternelles ou enfantines ainsi que de la préparation et la mise en état de propreté des locaux et du matériel servant directement à ces enfants.
« Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles appartiennent à la communauté éducative. Ils peuvent participer à la mise en œuvre des activités pédagogiques prévues par les enseignants et sous la responsabilité de ces derniers. Ils peuvent également assister les enseignants dans les classes ou établissements accueillant des enfants à besoins éducatifs particuliers.
« En outre, ils peuvent être chargés de la surveillance des enfants des classes maternelles ou enfantines dans les lieux de restauration scolaire. Ils peuvent également être chargés, en journée, des missions prévues au premier alinéa et de l'animation dans le temps périscolaire ou lors des accueils de loisirs en dehors du domicile parental de ces enfants.
»

Sur son compte Twitter, le ministre de l'Action et des Comptes Publics Gérald Darmanin présente le décret comme devant « ouvrir des perspectives et revaloriser les carrières des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles ». Mais les ATSEM, non satisfaites, ont pointé du doigt l’absence de dispositions relatives à la pénibilité de leur travail et au peu de perspectives de carrière. Elles déplorent surtout que la première de leurs revendications - une ATSEM par classe -ne soit pas incluse dans les textes, que leur mission de ménage n’ait pas été supprimée et qu’elles soient considérées comme des animatrices.

 
Consulter l’intégralité du décret
Article rédigé par : A.B.B.



Et surtout la rémunération n'augmente pas et nous sommes toujours en catégorie C alors qu'il est précisé que nous avons un rôle également pédagogique