En 2017, la majorité des familles accèdent aux modes d’accueil souhaités

Selon la dernière publication de l’E-ssentiel, revue de la Caisse d’Allocations Familiales qui valorise les principales données et les travaux d’études de la branche Famille de la Sécurité sociale, en moyenne en 2017 les parents ont pu faire appel au mode d’accueil qu’ils souhaitaient pour leur enfant. Des résultats observés lors de l’enquête bisannuelle menée par la Cnaf sur l’évolution de la qualité de service rendu aux familles en matière d’accueil du jeune enfant, intitulée « Baromètre d’accueil du jeune enfant ». Effectuée auprès des familles ayant des enfants âgés de 6 mois à 1 an, elle s’intéresse à leur mode d’accueil, leurs pratiques, leurs attentes et leur niveau de satisfaction.

Des familles assez satisfaites
Concernant les attentes des parents sur leur mode d’accueil privilégié, les résultats sont plutôt concluants. Sur les 1 200 familles interrogées entre le 13 et le 22 septembre 2017, près de 8 familles sur 10 ont eu recours au mode d’accueil souhaité à la naissance de leur enfant. Nuance tout de même, seules 4 familles sur 10 qui préféraient avoir recours à un établissement d’accueil collectif ont pu voir y accéder.
Par ailleurs, plus de 90% des familles se disent satisfaites de leur mode d’accueil. Et l’étude note qu’elles mettent en moyenne moins de 10 minutes pour accomplir le trajet de la maison au mode d’accueil.
A noter que 31% des familles veulent confier leur enfant à un établissement d’accueil collectif contre 22% souhaitant le faire accueillir par une assistante maternelle. Les autres parents n’ont pas de préférence particulière (24%) ou préfèrent s’en occuper eux-mêmes (25%).

Des modes d’accueil plébiscités pour des journées entières
Les résultats de l’enquête montrent également que la plupart des familles ont recours au mode d’accueil de leur enfant 4 jour par semaine. Les enfants sont accueillis entre 8h et 18h sur pour 60% des familles, et au-delà de cette plage horaire pour les autres.

Le temps parental encore mal partagé entre les conjoints
L’enquête s’est également intéressée à l’utilisation de la Prestation partagée d’éducation de l’enfant (PrEpare). Près des 3 quarts des familles interrogées n’en font pas la demande, seule 23% en bénéficient. Mais parmi elles, 77% n’ont pas l’intention de la partager entre conjoints, « traduisant ainsi un déséquilibre persistant dans la répartition du temps parental entre les pères et les mères », note l’étude.

Ces observations sont également présentes dans le Rapport 2017 de l'Observatoire national de la petite enfance (ONPE), présenté le 23 janvier dernier dans un Relais Assistants Maternels de Boulogne-Billancourt. Il notait par ailleurs que 50% des parents souhaitaient un mode de garde formel pour leur enfant et que l'offre globale de places d'accueil est relativement stable (56,6 places pour 100 enfants). Rappelant que l’accueil individuel reste majoritaire.

Source : l’E-ssentiel


Lire aussi notre dossier : Parents : comment les professionnels peuvent-ils mieux les accompagner ?
Article rédigé par : A.B.B.
Publié le 23 juillet 2018
Mis à jour le 23 juillet 2018