Etude : l’accueil extra-familial rendrait-il les enfants et les ados plus agressifs ?

Des scientifiques du Jacobs Center de l’Université de Zurich se sont penchés sur les effets à long terme de l’accueil extra-familial. Les résultats de leur étude publiée fin mars concluent que plus les enfants ont passé de temps en accueil hors famille, plus ils ont tendance à avoir des comportements agressifs et présentent des symptômes de trouble du déficit de l’attention (TDHA). Mais que l’on se rassure, l’étude est à relativiser.

1300 enfants et ado Zurichois passés au crible

Les scientifiques se sont penchés sur le comportement social, la délinquance et la consommation de drogue de près de 1300 enfants et adolescents de Zurich, âgés de 7 à 20 ans. Ils ont étudié le comportement social, la délinquance et la consommation de drogue de ces jeunes puis ont interrogé les parents, les enseignants et les jeunes à plusieurs reprises et mis en relation ces données avec le mode de garde dans la petite enfance (familial, extra familial ou collectif). 

Un lien entre accueil extra-familial et comportement agressif
Les résultats sont surprenants : plus les enfants avaient passé de temps en accueil extra-familial, plus ils avaient tendance à avoir des comportements agressifs et plus les symptômes du TDAH (trouble du déficit de l’attention avec/ou sans hyperactivité) apparaissaient. L’anxiété et la dépression étaient aussi augmentées.
Coté scolaire, les enseignants ont eux aussi observé plus d’agressivité, des problèmes d’attention et de l’anxiété chez les élèves qui avaient passé plus de trois jours par semaine en crèche.

Des troubles qui disparaissent à 13 ans 
Ce qui est rassurant, c’est que ces effets négatifs s’estompaient au fur et à mesure que l’enfant grandissait et disparaissaient vers l’âge de 13 ans. Seuls les signes de TDHA perduraient chez les adolescents plus âgés qui avaient passé beaucoup de temps dans des crèches.

Plusieurs hypothèses pour expliquer ces résultats 
-    Les enfants qui fréquentent les crèches imiteraient les comportements à problèmes de leurs camarades pour attirer l’attention de la personne qui s’occupe d’eux. 
-    Autre piste : le comportement des enfants accueillis en crèche pourrait également être dû à un lien affectif plus faible avec les parents.

Des biais qui relativisent l’étude
Il faut toutefois relativiser les résultats. En effet, la qualité des structures d’accueil des jeunes enfants n’a pas été prise en compte. Seule la quantité, c’est-à-dire, le nombre de jours d’accueil l’a été.  Et puis les enfants étudiés étaient gardés en crèche il y a plus de 20 ans, ce qui n’est pas transposable aux établissements d’aujourd’hui. 

Source : journals.plos.org
 
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 28 avril 2022
Mis à jour le 08 juillet 2022