Il ne faut pas habiller les animaux

Judi et Ron Barrett
Il ne faut pas habiller les animaux
Drôle, irrévérencieux, ingénieux… Cet album paru en France en 1971 n'a pas pris une ride et plaît toujours aux tout-petits d'aujourd'hui.
 
Est-ce un imagier animalier et vestimentaire ? Un jeu loufoque ? Une critique de Donald le canard ? Cet album est les trois à la fois. L'histoire raconte que Ron Barrett a eu l'idée de cet album parce qu'il en avait marre de voir Donald le canard en costume marin… D'où l'injonction du titre « il ne faut pas » et l'illustration explicite et désastreuse du porc-épic sur la couverture.
 
La démonstration ne fait que commencer. La suite nécessite concentration et observation pour apprécier à sa juste valeur l'articulation entre le texte (qui répond à chaque fois au titre avec un « parce que ») et le dessin (très naturaliste). Ce qui n'est pas écrit est dessiné, ce qui oblige à marquer un temps d'arrêt à chaque double page.
 
Pour l'enfant, il y a d'abord un animal à découvrir (pas forcément les plus ordinaires, en témoignent les opossums) et des habits (un tantinet désuets) à nommer. En termes de vocabulaire, la lecture se révèle riche : pull-over, bonnet et écharpe pour le mouton ; veste, chemise, cravates pour la girafe ; marcel, ceinture et pantalon pour la poule.
 
Et le jeu loufoque ? Chaque image est une petite histoire drôle qu'il faut décrypter pour comprendre, chacun à son rythme : évidemment, un pantalon pour une poule, c'est très embarrassant pour pondre ! Quant à la chute, elle est aussi gênante qu'hilarante.
 
En France, l'album s'est vendu à 350 000 exemplaires et depuis deux ans, un tome II est paru. Il reprend le même principe mais les animaux ne sont pas les mêmes : moufette, araignée et pingouin sont au programme. Autre petite nuance, un adverbe dans le titre : Il ne faut vraiment pas habiller les animaux.
 
À partir de 2-3 ans.
 
10,20
Publié le 14 janvier 2022
Mis à jour le 14 janvier 2022