Il y a un alligator sous mon lit

Mercer Mayer
Livre il y a un alligator sous mon lit
Cet album, particulièrement comique, intrigue et amuse beaucoup les enfants. Il les rend témoins des aventures imaginaires d’un petit garçon avec une telle véracité qu’il en devient difficile de distinguer le réel de la fiction. 
Il est composé d’illustrations pleine page qui fourmillent de détails réalistes et cocasses et d’un texte très court d’une à deux lignes en bas de page, qui les commente.

Chaque soir, le petit garçon qui raconte son histoire invente une stratégie pour éviter de se retrouver nez à nez avec l’alligator qui, il en est sûr, est installé sous son lit. 
Lorsqu’il appelle ses parents à l’aide, ceux-ci « viennent dans sa chambre, mais ils ne voient rien du tout ». L’enfant en déduit qu’il doit donc « résoudre tout seul ce problème d’alligator ». 
Il se rend dans la cuisine où il se procure les aliments qui vont servir d’appâts pour attirer l’alligator jusqu’au garage. Nous assistons à toute la mise en place du stratagème : l’enfant sème les provisions du garage jusqu’au pied du lit, puis se cache. Avec lui, nous suivons sans être vus l’alligator qui suit le chemin prévu, s’arrêtant à chaque étape pour manger la nourriture qui lui est destinée. Lorsque l’animal pénètre enfin dans le garage, le petit garçon claque la porte derrière lui et l’enferme à double tour. Ouf ! L’enfant est soulagé et retourne se coucher.

L’histoire pourrait s’arrêter sur cette note positive. L’enfant s’est débrouillé seul et il s’en est bien sorti. Sauf que…  Sauf que quand on est un inquiet, un vrai inquiet, on trouve vite un nouveau motif pour s’inquiéter ! Et c’est ce que ne manque pas de faire notre héros.
« Mais maintenant il y a un alligator dans le garage. » se dit il, une fois réinstallé dans son lit. Et il continue : « Je me demande ce qui va se passer quand Papa voudra prendre la voiture demain matin ».
L’histoire se termine sur le message que le héros laisse sur la porte du garage pour prévenir son père de la présence de la bête!

Ce livre aborde avec sérieux et avec beaucoup d’humour le problème des peurs qui peuvent assaillir les enfants pendant la nuit. Il nous fait participer au courageux combat d’un petit garçon contre un monstre (pas trop terrifiant) qu’il est seul à voir.
L’objectif de cet ouvrage est clairement défini sur sa quatrième de couverture. On y lit : « Pour rire de toutes les petites angoisses nocturnes des petits et des plus grands. Si le mal persiste, lire dans la même collection : Il y a un cauchemar dans mon placard ».
Et, franchement, l’objectif fixé est atteint. On rit ! Les adultes comme les petits !
4,90
EditeurL'école des Loisirs
Collection Pastel
Article rédigé par : Nicole Amram
Publié le 16 février 2016
Mis à jour le 10 mars 2016