Imagiers : notre sélection

Les imagiers constituent une des « premières lectures « des tout-petits. Ils leur permettent de développer leur langage et d’accroître leur vocabulaire en leur présentant des objets ou animaux du réel. Voici la sélection de Fabienne Agnès Levine psychopédagogue. Non exhaustive bien sûr !
L’imagier du Père Castor, Flammarion Jeunesse
Depuis plus de soixante ans, les imagiers de cette collection se suivent et ne se ressemblent pas, au gré des objets qui disparaissent ou changent d’aspect à chaque époque : l’aspirateur des années 2000 n’est pas celui de 1957, les vêtements d’enfants non plus. Restent inchangés le format, la couverture molletonnée et la répartition de deux visuels par page. Les 470 images en dessins, en photos, en version bilingue… sont mises en page avec soin en vue d’aider le jeune enfant à reconnaître, nommer, mémoriser tous les éléments de son univers proche ou plus lointain.

Bébé Balthazar, Mon tout premier imagier Montessori, Hatier Jeunesse L’imagier de Balthazar, Hatier Jeunesse
Dans Mon tout premier imagier Montessori, les objets du quotidien sont présentés avec des questions courtes à propos du joyeux personnage bleu, Balthazar, présent à chaque page.
Dans l’introduction de L’imagier Montessori qui en comporte 190, les deux auteurs souhaitent à l’enfant « Belle et bonne aventure dans le monde merveilleux du langage avec Balthazar ». La référence à la pédagogie Montessori se reconnaît dans la sobriété de la mise en page, le goût de la précision et le mode de classement des images.
            

 

Les petites bêtes du jardin (cartes-imagiers pour bébé), Gallimard Jeunesse,
Tous les enfants n’ont pas la chance d’avoir vu de près un lézard, un escargot, une sauterelle ou une des 16 petites bêtes de jardin joliment dessinées sur cette série de cartes. Tous auront plaisir à découvrir leur existence et leur nom à force de manipuler 8 cartes en mousse, illustrées recto et verso. Sous forme de devinettes, il est facile d’entamer un dialogue adapté à l’âge de l’enfant : « Où est l’abeille ? Comment vole le papillon ? Que fait la mésange ? »D’autres titres sont disponibles dans la même collection : Les fruits et légumes ; Les animaux familiers ; La maison ; Bon appétit ! Les véhicules.

Imagier mouvementé, éditions Thierry Magnier
Tout en respectant le principe de l’imagier, cet album présente des animaux en plein mouvement. Sont déclinés des verbes connus ou recherchés : le chat s’étire, la fourmi porte une feuille, le paon déploie ses ailes, etc. L’entrée dans l’imagier peut se faire, soit par la reconnaissance de l’animal, soit par l’explication et le mime de l’action. Sur chaque double page de ce livre en carton épais, des verbes s’opposent ou se complètent : ramper et courir, se tapir et se dresser, grimper et dévaler, etc.
Deux autres titres de Véronique Joffre, tout aussi originaux et ludiques : Imagier caché ; Imagier mouillé.

 

Au bord de la mer, mon premier imagier photo, La Martinière Jeunesse
Cet imagier est à la fois thématique et personnel, grâce au regard d’une photographe confirmée. L’identification de chaque élément est facilitée par une prise de vue efficace et encourage l’enfant à faire le lien entre ce qu’il voit et ce qu’il sait de ce même univers. La qualité des photographies s’adresse au sens esthétique des adultes autant qu’à celui des enfants.
Trois autres titres de Nathalie Seroux, tout aussi créatifs : Fruits et légumes ; ABCdaire ; Autour de moi.

Mon premier imagier du Louvre, Gründ
Dans cet imagier d’art, l’association entre un mot et une image se fait grâce à un tableau, une sculpture ou un objet d’art décoratif, évoquant une des cinq catégories : les couleurs, les formes, les animaux, les chiffres et les verbes. Une invitation au vocabulaire et une introduction à l’art à partir de 60 œuvres issues des collections du Louvre.

 

Article rédigé par : Fabienne Agnès Levine
Publié le 16 avril 2020
Mis à jour le 17 avril 2020