Une poule sur un mur

Stefany Devaux
Livre une poule sur un mur
Les éditions Didier Jeunesse sont à l’initiative depuis vingt ans de la collection « Pirouette » bien connue des parents, des bibliothécaires et des professionnels de la petite enfance.
Chaque comptine traditionnelle y fait l’objet d’un album particulier, ce qui permet une mise en valeur à la fois du texte et des illustrations. Elles renouvellent aujourd’hui cette collection en rééditant les livres en format tout carton avec des coins arrondis et un pelliculage brillant qui fait agréablement ressortir la richesse des images. Chaque livre est pourvu d’un QR-code en quatrième de couverture, ce qui donne la possibilité d’écouter la comptine en flashant le code ou en se rendant sur le site de l’éditeur.
On chante la comptine en tournant les pages du livre, c’est ce qu’on appelle le lire-chanter.

Dans l’album Une poule sur un mur, la comptine « Une poule sur un mur qui picotait du pain dur, picoti, picota lève la queue et puis s'en va » est suivie des sept strophes d’une autre chansonnette célèbre : « L'était une p'tite poule grise qu'allait pondre dans l'église, pondait un p'tit coco que l'enfant mangeait tout chaud ».
La mise en page de la comptine favorise la mise en place de repères pour la lecture.
Le texte décrivant la ponte de la p'tite poule blanche est écrit sur fond blanc, celui décrivant la ponte de la p’tite poule bleue sur fond est écrit sur fond bleu et il en va de même pour la poule rousse, la poule grise, la poule beige…

Le mot poule change de couleur, mais sa typographie très particulière est toujours la même, ce qui le rend reconnaissable entre tous. Le premier « o » du mot coco a la forme d’un œuf présenté dans un coquetier et donc prêt à être gobé.
Les illustrations, très colorées, sont cernées d’un trait noir qui les rend particulièrement accessibles et souvent agrémentées d’un petit détail amusant qui n’existe pas dans le texte : une petite araignée sur l’armoire dans laquelle pond la poule noire, un petit escargot près de la poule bleue qui va pondre quand il pleut… etc…

L’idée de réserver un livre à chaque comptine est une très bonne idée. Cela donne la possibilité aux illustrateurs de s’attacher au sens de chacune d’elles et d’y ajouter, comme avec une histoire complète, les qualités de leur interprétation personnelle.
En mars 2016, paraitra dans la même collection « La famille tortue » illustrée par Marie Mahler. Très réussie aussi sur le plan graphique.
Ces deux ouvrages viendront compléter la réédition commencée avec « J’aime la galette » « Un grand cerf » (Martine Bourre) et « Petit escargot » (Christian Voltz).
9,90
EditeurDidier Jeunesse
Age conseillédès la naissance
Article rédigé par : Nicole Amram
Publié le 11 avril 2016
Mis à jour le 12 avril 2016