Jouer pour grandir

Aménager un espace sensoriel et de manipulation pour les tout-petits

Les compétences du tout petit sont d’abord sensorielles et motrices. Il convient de mettre à disposition un espace à la fois riche d’opportunités de développement et suffisamment épuré pour favoriser les explorations et le bien- être.  L’agencement de l’espace, le choix des jouets et le rôle de l’adulte se révèle déterminants pour offrir du jeu de qualité.  Par Anne-Sophie Casal, psychologue, formatrice et responsable du secteur Jeu et petite enfance à FM2J* 
 
Istock
espace-sensoriel pour bébés
Un espace pour les bébés …et les grands !
L’espace sensoriel et de manipulation fait l’objet de nombreuses appellations : espace calme, tapis d’exercice (en référence à la théorie de Jean Piaget), nido (dans l’approche montessorienne), espace cocooning ou encore espace bébé. Pour ma part, je n’adhère pas à l’appellation espace bébé car cela suggère que seul les bébés y ont droit. Et les grands alors ? Il leur reste le coin lecture, mais dès qu’ils en ont l’occasion, ils foncent dans le coin dit « bébés » pour y retrouver hochets et autres jouets sensoriels et de manipulation. Des objets qu’ils maîtrisent et qu’ils connaissent. L’espace sensoriel et de manipulation est un espace sur lequel l’enfant est invité à découvrir son corps et son environnement proche à travers des explorations sensorielles et motrices. On y retrouve alors des jouets d’éveil sensoriel, des jouets de manipulation et parfois quelques livres. Le regroupement, les temps chansons, lecture ou histoires peut se faire dans ce tapis. C’est également sur cet espace que le tout petit va développer sa motricité globale (se retourner, l’acquisition de la position assise, etc.).

Des jeux essentiels au développement des enfants
Les jeux sensori-moteurs sont indispensables dans la vie de l’individu. Grâce à eux, le jeune enfant s’approprie son corps et son environnement. Ils constituent la base du développement de l’individu et des acquisitions futures. En effet, l’enfant aiguise ses sens et comprend les propriétés matérielles du monde dans lequel il vit. L’émergence du “je”, la séparation et la socialisation sont également favorisées. Ces jeux sont donc déterminants dans le développement cognitif, moteur, affectif et social de l’enfant. Pour les favoriser, il convient de penser l’espace de jeu : où le situer, comment le délimiter ? Quels objets proposer ? Quelle place pour le professionnel sur cet espace ?
Agencement de l’espace : un grand tapis épais et confortable
Choisissez un endroit éloigné ou protégé des déplacements et mouvements. Veillez également à ce que la zone ne soit ni trop chaude ni trop froide. Délimitez l’espace avec un tapis suffisamment dense, épais et confortable. Il est parfois judicieux de renforcer l’effet contenant avec une barrière ou un meuble. Disposez les différents jouets de sorte que l’espace reste « aéré ». L’enfant doit pouvoir bouger dans cet espace. Aussi, l’abondance de jouets freine l’exploration et la concentration. Pensez à définir une place physique pour le professionnel qui pourra ainsi offrir un regard bienveillant et faire des observations.

Choix des objets : diversifiés mais en nombre limité
Les jouets du tapis permettent à l’enfant de jouer avec ses sens, d’explorer et de manipuler. Ils sont adaptés aux petites mains des joueurs, attirants, faciles à attraper et légers. Il convient de ne pas envahir l’espace de jouets mais de faire une sélection en fonction des moteurs ludiques et des différents niveaux de compétence. La sélection de jouets permet à l’enfant de satisfaire ses différents besoins ou intérêts : toucher, regarder, écouter, mettre à la bouche, attraper, secouer, manipuler, agir et observer la causalité, jouer à faire disparaitre et réapparaître, mettre dedans/dehors et la répétition. Les jouets sont laissés à disposition tout au long de la journée et sont les mêmes pendant 3 semaines environ (dans le cadre d’un accueil régulier). Cela permet à chaque joueur d’approfondir son rapport à l’objet en ayant le temps de le découvrir, de l’explorer, de l’expérimenter d’observer d’autres enfants avec l’objet. L’enfant retrouve les mêmes jouets tout au long de la journée et d’une fois sur l’autre. Cette constance offre un repère rassurant mais aussi la possibilité de reproduire les mêmes jeux avec les mêmes objets (inutile de rappeler à quel point les enfants adorent répéter). Progressivement, l’enfant maîtrise l’objet, ce qui est favorable pour sa sécurité affective.

La place du professionnel : primordiale pour permettre le jeu et observer
On peut avoir une belle sélection de jouets et un espace bien agencé, cela risque fortement de ne pas suffire si le professionnel est absent. Sa place sur cet espace est primordiale. Le joueur a besoin de son regard rassurant. Ce qui ne signifie pas que l’adulte doive intervenir dans le jeu de l’enfant. Le professionnel s’installe au plus près des joueurs. Proche du sol, il est à une hauteur intéressante car au niveau du tout petit. Si cela est parfois délicat pour des raisons « physiques et sportives », pensez à un fauteuil (le fauteuil d’allaitement par exemple). Ainsi positionné, le professionnel offre un regard bienveillant et une présence rassurante. Il garantit la sécurité physique et affective des joueurs. Ses observations lui apportent une meilleure connaissance de l’enfant et permettent d’enrichir la transmission faite aux parents. L’observation des jeux des enfants est en effet un outil professionnel riche à différents niveaux.

*Psychologue, formatrice et responsable du secteur Jeu et petite enfance à FM2J : centre national de Formation aux Métiers du Jeu et du Jouet


 

Le centre national de Formation aux Métiers du Jeu et du Jouet

Fm2j accompagne les professionnels de la petite enfance dans leurs pratiques et réflexion autour du jeu à travers des formations en intra, des stages thématiques et des conférences.
Prochaines formations à FM2J- Lyon Caluire:
Le jeu chez l’enfant de moins de 3 ans : du 10 au 12 avril 2017
L’éveil moteur du tout petit : 3 et 4 juillet 2017

 

Article rédigé par : Anne-Sophie Casal
Modifié le 26 janvier 2017

À découvrir