Dehors aussi, il faut des jouets !

Pour les jeunes enfants, rien de plus naturel que de jouer dehors, en toute saison et surtout l’été. Pour autant, un terrain de jeu à ciel ouvert n’est pas destiné uniquement aux jeux moteurs. Pour  Fabienne-Agnès Levine, afin de répondre aux besoins différenciés des enfants lorsqu’ils sont en plein air, l’offre à jouer déjà existante dans les espaces intérieurs y a aussi sa place. Le point de vue et les conseils de la psychopédagogue.
Un certain nombre de crèches, malheureusement pas toutes, possèdent un jardin, une cour ou une terrasse. Les assistantes maternelles n’ont pas forcément un espace extérieur privé mais la plupart fréquentent assidûment un parc public à proximité de chez elles. Les jeunes enfants, c’est chaque jour qu’ils ont besoin de sentir le soleil, le vent, l’air sur leur peau et d’évoluer dans un espace dans lequel leur regard peut se porter haut et loin, avec la lumière du jour. En plus des ressources de l’environnement naturel, la présence de jouets bien choisis contribue à la qualité des temps passés à l’extérieur. Lesquels ? Pourquoi ? Comment ?

Des jouets moteurs, bien sûr !
Les espaces extérieurs sont propices à la grande motricité, ce que les professionnels de santé appellent le jeu actif. En plus des équipements en aires de jeux homologués (structures à grimper, balançoires, toboggan, etc.), les jeux incontournables sont les ballons et les engins roulants (porteur, draisienne, tricycle, patinette, etc.). L’idéal est une réserve fermée dans laquelle tout le matériel lourd et encombrant est stocké et facile à sortir dès que la météo le permet. En cas de budget restreint ou de place limitée, une série de cerceaux et de plots que vous installez avec les enfants, sur le sol souple ou de préférence sur l’herbe, sont une invitation à bouger simple et stimulante.

Des jouets qui ne craignent pas le sable et l’eau
Si pour certains enfants, jouer dehors rime d’emblée avec courir, bouger, escalader, pour d’autres, la nature leur donne surtout envie de découvrir avec tous leurs sens. Les jeux de transvasement sont indémodables et n’ont de limites que les conditions de sécurité à assurer : piscines, coquilles, bacs, sur le sol ou sur pieds, à vous de trouver l’installation qui convient le mieux à vos contraintes. En plus des seaux, gobelets, moulins, passoires et autres jouets de plage, pensez à proposer, pas forcément en même temps, une série de jouets pour installer des petits univers, avec bateaux, voitures, avions et hélicoptères en plastique. Vous pouvez aussi préparer des grands bacs sensoriels, soit avec de l’eau et des animaux marins, soit avec du sable et des animaux de la savane, soit avec de l’herbe et des animaux de la forêt. Dans une allée pleine de terre et de cailloux, les engins de chantier, de taille moyenne, sont très prisés par les enfants qui ont eu l’occasion d’observer des scènes de travaux et aiment les imiter.

Au grand air, l’imagination a besoin de supports concrets
Pour les enfants qui ont une imagination débordante, l’envie de raconter une histoire ne s’arrête pas à la porte du jardin et ne cesse pas avec l'absence de jouets. Ils trouvent dehors, au moins autant que dans une salle de jeu, de quoi donner vie à des personnages et inventer un scénario. Mais pour les autres, ce sont surtout les jouets et ce qu’ils représentent qui fournissent une source d’inspiration : jouets d'imitation pour jouer à la cuisine, mallette de docteur pour jouer à soigner, outils pour jouer à bricoler, etc. Avec la dînette, évitez d’ajouter les aliments en plastique alors que dans un jardin, les joueurs trouveront par eux-mêmes de quoi remplir les plats ! Un jeu symbolique, à forte composante sensorielle, apprécié de tous, et procurant un peu de rafraichissement : bassines avec de l’eau, du savon et des gants à la taille des enfants, pour une séance de toilette des poupées (excepté celles qui ont le corps mou).

Sélectionnez des jouets à réserver aux jeux d’extérieur du fait de leur résistance aux intempéries et au contact avec les matériaux naturels. Ainsi, vous pourrez préparer plusieurs malles à thème, prêtes à l’emploi, que vous sortirez au cas par cas. Quelques exemples : une malle de déguisements, une malle de figurines, une malle de marionnettes, une malle de livres, une malle de voitures de pompiers, etc. Si vous avez un espace à l’ombre où installer un tapis ou un grand drap en période de canicule, quand une activité calme s’impose : installez-vous avec des poupons et leurs vêtements, des figurines et des accessoires, des animaux magnétiques à reconstituer. Sur votre demande ou spontanément, les enfants vous rejoindront.

Des jouets à sortir avec modération
Offrir une palette de jeu satisfaisante ne signifie pas déménager le maximum de jouets dans le jardin ou sur la terrasse. Il s’agit plutôt de ne rien s’interdire et de savoir organiser un espace dédié à certains jeux, en très petite quantité, qui ne peuvent pas être déplacés d’un bout du jardin à l’autre comme les puzzles et d’autres jeux d’assemblage. Chaque catégorie de jouets est à analyser sous plusieurs angles : sécurité, hygiène, encombrement, fragilité, temps de rangement, etc. Certains jouets peuvent être réservés aux temps passés à l’extérieur tandis que d’autres peuvent faire l’aller-retour entre le dedans et le dehors. Il ne s’agit pas tant de saturer le terrain de jeu en objets inutiles que d’élargir la palette à d’autres sollicitations que strictement motrices. Il n’est pas nécessaire non plus d’aller au parc avec un grand sac surchargé car il suffit parfois de deux ou trois jouets pour donner un élan à la créativité des joueurs.
Article rédigé par : Fabienne Agnès Levine
Publié le 22 juillet 2019
Mis à jour le 19 août 2019