Piscines à balles : quels intérêts pour les enfants ?

Nombre de crèches, et parfois même des assistantes maternelles quand elles ont suffisamment de place, ont des piscines à balles (plus ou moins grandes). Les enfants s’y amusent, c’est certain. Mais ont-elles d’autres intérêts pour eux et notamment leur développement ? Les réponses de Monique Busquet, psychomotricienne.
Le plein de sensations
Regardez jouer des enfants dans une piscine à balles et percevez le plaisir qu’ils y prennent. Les piscines à balles sont en effet des espaces de jeux qui apportent aux enfants autant de joie que de nombreuses expérimentations sensorimotrices très intéressantes pour leur développement.
Les enfants y expérimentent des sensations variées, perçoivent leur corps dans de nombreuses positions, y trouvent des équilibrations différentes. Ils peuvent y bouger librement dans toutes les dimensions de l’espace, se laisser tomber, s’allonger, se retourner, tomber, sauter, sentir leur corps en mouvement. Ils y éprouvent des sensations particulières d’enveloppement et de contenance, de conscience des limites de leur peau et de leur corps.
Ces espaces remplis de balles ont été appelées piscines, sans doute parce que les sensations et les mouvements qu’ils permettent, peuvent s’apparenter à ce qui est éprouvé dans l’eau : la fluidité, la mobilité, la flottaison, l’enveloppement. L’enfant peut y ressentir des sensations analogues, il peut jouer à plonger, à s’enfouir ou se laisser porter sur un tapis de balles mobile. Il y éprouve différentes sensations de poids, il y joue avec ses équilibres. Il existe peu de matériau qui permet d’avoir ce genre de sensations et cette variabilité de mouvements sans risque.

L’expérimentation de toutes sortes de mouvements en toute sécurité
• Le jeune enfant y joue à entrer et sortir. Cette notion de dedans et dehors est vraiment une notion fondamentale dans le développement psychoaffectif, psychomoteur et intellectuel de l’enfant. Donner la possibilité à l’enfant de jouer avec cette sensation, de l’éprouver avec son corps, donc d’entrer et sortir est essentiel. Cela lui permet de se construire une meilleure connaissance de son corps, de lui-même, de l’espace et plus tard de la pensée et la logique.

Le jeune enfant y trouve également le plaisir de lancer. Lancer, c’est faire un mouvement de soi vers l’extérieur, c’est propulser hors de soi, c’est projeter sa force, c’est être capable d’atteindre un plus grand espace. D’où un certain plaisir, même jouissance dans ce geste. Lui permettre de lancer des balles dans des espaces appropriés lui est donc profitable.
Proposer des bassines pour y lancer ou mettre les balles, c’est aussi donner l’occasion à l’enfant de regarder où la balle va, de viser, d’avoir un objectif et d’y adapter son geste (une bassine assez grande et assez proche pour qu’il puisse réussir bien entendu).
C’est accompagner l’enfant dans un jeu et une expérimentation libre des coordinations qu’il peut mettre en place entre ce qu’il voit et ce qu’il fait : les coordinations oculomotrices, là encore essentielles pour les apprentissages ultérieurs.

Enfin, l’enfant peut aussi y sauter. L’enfant de 2/3 ans peut y sauter, sans risque. La réception y est douce, sans danger (avec une vigilance de la part des adultes quant à la profondeur de balles).
Il peut, selon les installations proposées, expérimenter différentes hauteurs. Il peut aussi expérimenter différents modes d’entrée : glisser sur un matelas en pente par exemple, y courir ou encore y rouler, faire des galipettes. Il y a peu d’endroits autre que les piscines où ces expérimentations sont possibles.  
Là encore, il peut être intéressant de proposer aux plus grands de regarder et de dire où ils vont sauter. C’est ainsi un moyen de ralentir, de penser son geste avant d’agir, d’associer le langage, de freiner l’impulsivité. Ce n’est alors qu’une proposition faite à l’enfant. Il n’y a pas de notion de réussite, de résultat à atteindre.

Principal inconvénient : les piscines à balles peuvent être sources de surexcitation
Ces piscines sont parfois source d’excitation et d’énervements. Il peut être parfois difficile de contenir ces excitations motrices, ce trop de plaisir, cette intensité de sensations. Cette motricité sans limites, des appuis trop fuyants, un peu comme des sables mouvants, peuvent générer de l’angoisse chez certains enfants qui les amèneraient alors dans du débordement. Devant ces risques, certaines équipes décident alors de les supprimer.
J’ai vu d’autres équipes avoir installé des piscines à balles en permanence dans les salles de vie (pouvant être ponctuellement fermées par une enveloppe en tissu). Les enfants y avaient accès alors quasiment à volonté. Le nombre et l’utilisation se régulait alors facilement. Les enfants y étaient détendus. Les adultes avaient pu y mettre des règles de fonctionnement souples et bienveillantes.

Quelques points de vigilance dans leur utilisation
Certaines conditions doivent être respectées pour que les enfants tirent profit et  puissent jouer sereinement dans ces piscines :

• Une taille de la piscine et un nombre de balles adaptés à la taille et l’âge des enfants
- Ainsi des bébés qui se déplacent à quatre pattes peuvent apprécier entrer dans une piscine, avec juste une épaisseur ou hauteur de balles (et en sortir à volonté).
- Quand ils ont acquis une marche bien assurée, ils apprécient y jouer à la seule condition de pouvoir sentir le sol sous leurs pieds, pouvoir y tenir debout, sans trop déséquilibre, donc dans deux ou trois couches de balles approximativement jusqu’à leur genoux, ou leurs cuisses pour les plus grands.

• La possibilité pour les enfants d’y entrer et en sortir eux-mêmes facilement
Des marches, des blocs en mousse installés à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la piscine permettent aux enfants d’en sortir facilement dès qu’ils le souhaitent, sinon ils risquent de s’y sentir comme pris au piège. C’est l’enfant qui choisit d’y entrer et d’en sortir.

• Une mise à disposition suffisamment fréquente
Plus les enfants peuvent y accéder à volonté, plus ils y régulent leur activité et leur nombre, et peuvent ainsi en profiter pleinement.

• Des adultes présents et disponibles
- Comme pour tout temps de jeu libre, les enfants ont besoin de sentir le regard et l’attention bienveillante des adultes. Ils ont besoin sentir cette relation et ce lien.
- Des adultes qui comprennent les immenses besoins des enfants  de bouger, courir, sauter, lancer, qui les accompagnent et peuvent les aider à se contenir.

C’est, bien sûr à chaque professionnel individuel ou travaillant en équipe, de réfléchir et de choisir les conditions de proposition et d’accès à ce type d’installations ludiques. Les piscines à balles, malgré peut être leurs difficultés d’utilisation, permettent aux enfants une grande richesse d’expérimentations psychomotrices. Vous pouvez nous part de vos expériences !
Article rédigé par : Monique Busquet
Publié le 02 janvier 2019
Mis à jour le 03 janvier 2019