Pourquoi les assistantes maternelles se syndiquent-elles ?

Jusqu'au 13 janvier 2017 (1), les salariés à domicile et des très petites entreprises (TPE) sont appelés à voter dans le cadre des élections syndicales. Un suffrage qui motive certaines assistantes maternelles à franchir le pas de la syndicalisation. Quelles sont leurs motivations ? Décryptage.
Ademas
assistantes-maternelles
Se syndiquer pour sortir de son isolement
On imagine souvent les "camarades syndiqués" déployant leurs banderoles lors des défilés du 1er mai... Chez les assistantes maternelles, la réalité de la syndicalisation est tout autre. Loin d'être une démarche contestataire, elle semble avant tout d'utilité personnelle. "J'ai décidé d'adhérer à un syndicat quand j'ai commencé à accumuler les petits problèmes avec mes employeurs. Il y a d'abord eu les heures supplémentaires non payées, puis le calcul des congés payés sur lesquels nous n'arrivions pas à nous mettre d'accord," explique Hélène (*), assistante maternelle en région parisienne. "J'ai senti que je n'arriverais pas à faire valoir mes droits toute seule..." Et le cas d'Hélène est loin d'être isolé. "Comme tous les salariés des TPE, les assistantes maternelles sont très isolées, mais elles sont, en plus, liées par un statut très complexe, à cheval entre plusieurs codes (2)," rappelle Liliane Delton, secrétaire générale de L'UNSA-ASSMAT. "Elles recherchent donc des conseils et des informations juridiques fiables que les RAM ne sont pas à même de leur apporter," continue-t-elle. Il est vrai que, sur le terrain, il est souvent complexe de connaître ses droits, sans parler de les faire valoir ! Chez les assistantes maternelles, il n'y a pas de tableau d'affichage ou de réunions des représentants du personnel. Par contre, il y a des employeurs... particuliers ! "Bien des parents ne se considèrent pas comme employeurs et sont peu au fait de leurs obligations," rappelle Nathalie Dioré, secrétaire générale de la CSAFAM.(  Résultat : "il revient souvent à l'assistante maternelle de prendre en charge tout ce qui relève habituellement des employeurs". Et d'avouer que de nombreuses professionnelles se syndiquent "pour l'administratif !".

Le syndicat : un soutien juridique non négligeable
Si la syndicalisation n'ouvre pas de droits particuliers aux assistantes maternelles vis-à-vis des parents, elle serait, en cas de difficultés, un réel avantage. "L'adhésion au syndicat permet à l'assistante maternelle d'avoir accès à une aide en cas de litiges avec les parents-employeurs. Le  syndicat va, par exemple, intervenir directement en cas de défaut de paiement," explique Lydia Loisel, secrétaire générale du SPAMAF, syndicat majoritaire chez les assistantes maternelles. Ce fut le cas pour Hélène : "Il a suffi d'une simple lettre de rappel à la loi de la part de mon syndicat et la situation a été réglée," se souvient-elle.
Autre avantage de taille : "l'adhérente bénéficie des conseils d'un juriste, voire, quand c'est nécessaire, de l'accompagnement d'un avocat dont les frais sont en partie pris en charge par le syndicat," continue Lydia Loisel. De la même façon , en cas de convocation chez la puéricultrice, la PMI ou même devant la Commission Consultative Paritaire Départementale (CCPD) pour un retrait, un refus de renouvellement ou la modification de l'agrément, l'assistante maternelle syndiquée a toujours la garantie d'être officiellement accompagnée (si elle le souhaite)... Contrairement aux professionnelles non adhérentes. "Nous soutenons évidemment tout le monde oralement dans leurs démarches et leurs problèmes. Mais nous ne pouvons engager le nom du SPAMAF que pour les adhérentes," continue-t-elle.

Se syndiquer pour défendre la profession d'assistante maternelle ?
Enfin, la syndicalisation est parfois motivée par une réelle envie de défendre la profession auprès des instances nationales. Mais "la fibre syndicale est rare chez les ass' mat'" et les professionnelles déjà engagées rappellent d'une même voix le caractère essentiel de cette mission. "Notre convention collective est au ras des pâquerettes, elle n'a pas évolué depuis 2004 alors que le Code du Travail confère plus de droits aux salariés depuis 2008," rappelle Liliane Delton. Sans compter que les assistantes maternelles ne bénéficient toujours pas d'une médecine du travail, de la même indemnité légale de licenciement que les autres employés ou d'une mutuelle, désormais obligatoire... D'où l'appel des syndicats à l'occasion de ces élections. "C'est grâce au vote que l'on est reconnu comme un syndicat représentatif et que l'on peut participer aux négociations nationales," conclut Nathalie Dioré soulignant par la même occasion que toutes les voix sont importantes !

Comment la syndicalisation est-elle perçue par les employeurs ?
Selon Hélène, de manière plutôt positive : "même si les parents avec qui j'étais en conflit ont décidé de rompre le contrat rapidement après la résolution de la situation, le fait que je sois syndiquée a, depuis, été assez bien perçu par mes employeurs." Une tendance que confirme le SPAMAF : "la syndicalisation a plutôt tendance à rassurer les parents : le cadre juridique les sécurise, ils savent qu'il y a une structure sur lesquelles, eux aussi, peuvent s'appuyer," souligne Lydia Loisel.


Pour en savoir plus :
Le site du Ministère du travail consacré aux élections TPE 
Le site du SPAMAF (Syndicat professionnel des Assistants Maternels et des Assistants Familiaux)
Le site de l'UNSA-AssMat (Union Nationale des Syndicats Autonomes - Assistants Maternels et familiaux)
Le site du CSAFAM (Confédération des syndicats d'Assistants Familiaux et d'Assistants Maternels)

(1) Les électeurs des départements d'Outre-Mer peuvent voter jusqu'au 20 janvier. À noter : les élections des représentants professionnels en CCPD  se déroulent, dans certains départements, aux mêmes dates. N'hésitez pas à vous renseigner auprès de vos élus ou de votre Conseil départemental.
(2) le Code de l'action sociale et des familles et le Code du travail



 

La syndicalisation des ass' mat' en quelques chiffres


Ce n'est que la 2ème fois que les assistantes maternelles votent pour leurs syndicats. Lors du 1er scrutin, en 2012, le SPAMAF est arrivé en tête avec 48 % des suffrages (environ 30 000 voix). -  3 : le nombre de syndicats professionnels d'assistantes maternelles (le SPAMAF, l'UNSA-AssMat et le CSAFAM). Il est aussi possible d'adhérer à une centrale syndicale (FO, CGT, CFDT,etc.) - Plusieurs milliers, soit le nombre d'ass' mat' aujourd'hui syndiquées. Difficile à évaluer, il représenterait une partie infime des 450 000 professionnelles agréées.

 

Article rédigé par : Véronque Deiller
Publié le 09 janvier 2017
Mis à jour le 19 novembre 2018

5 commentaires sur cet article

je suis adhérente à CFTC, et j'en suis ravis !!!
je suis adhérente à CFTC, et j'en suis ravis !!!
je suis adhérente au SPAMAF et j'en suis super contente, entraide soutien et réponse aux questions particulières car chaque contrat est particulier. des aides avec des outils de calculs ça nous enlève vraiment une épine du pied
Bonjour Bonjour je souhaiterais avoir des renseignements sur les adhésions a la SPAMAF Et CFTC si vous pouviez m'expliquer les avantages ect je vous remercie par avance
Bonjour Bonjour je souhaiterais avoir des renseignements sur les adhésions a la SPAMAF Et CFTC si vous pouviez m'expliquer les avantages ect je vous remercie par avance