Maisons d'assistantes maternelles (MAM)

MAM : comment réaliser un projet d'accueil partagé ?

En seulement 7 années d'existence, le nombre de Maisons d'Assistants Maternels a été multiplié par plus de 10 ! Si les MAM ont le vent en poupe, leur succès leur impose aujourd'hui de se structurer. Le premier pas dans ce sens : la réalisation systématique par les professionnels d'un projet d'accueil partagé. Quelle est son utilité ? Quelles questions se poser pour réaliser ce projet pédagogique "façon MAM" ? Quelques éléments d'explication.
MAM Les p'tites Bulles
Enfant gardé en MAM jardinant
Projet d'accueil partagé : un cadre juridique souple, un document essentiel
Si on connaît généralement le projet pédagogique des EAJE, son équivalent en MAM, le projet d'accueil partagé ne bénéficie pas de la même notoriété. Et pour cause : ce dossier écrit, réalisé par les assistantes maternelles elles-mêmes afin d'orienter leurs pratiques professionnelles au quotidien, n'a été reconnu officiellement qu'en 2016 avec la publication du guide ministériel consacré aux Maisons d'Assistants Maternels (1). "Jusque-là nous encouragions vivement les professionnelles à faire un projet d'accueil partagé. Avec le guide ministériel, il devient indispensable pour les assistantes maternelles voulant ouvrir une MAM de mener cette réflexion notamment parce que le projet finalisé est étudié par la PMI. Et face à un document mal pensé ou fait à la hâte, la PMI peut demander aux assistantes maternelles de refaire leur projet d'accueil, voire décliner la création de la structure" met en garde Marie Legendre, présidente de l'ANRAMAM (Association Nationale de Regroupements d'Associations de Maisons d'Assistant(e)s Maternel(le)s).

Le projet d'accueil partagé : un bilan professionnel insoupçonné
S'il y a une certaine "pression" à réaliser un projet d'accueil partagé bien ficelé, c'est parce qu'il sert de véritable fil conducteur aux professionnelles avant même la création de la MAM et jusqu'à l'accueil des enfants. Ainsi, en amont de la création, le projet d'accueil partagé fait presque office de bilan de carrière, comme l'explique Marie Legendre. "Aujourd'hui, créer une MAM prend entre 6 et 9 mois en moyenne. Ce délai peut paraître long, mais il est essentiel, notamment pour les assistantes maternelles qui intègrent une MAM après avoir travaillé seules pendant de longues années. La réflexion autour du projet d'accueil permet alors à chacune de se projeter dans le nouveau lieu d'accueil, les relations de travail, les changements au quotidien, ce que chacune a envie d'apporter et plus largement de réfléchir à sa pratique. Il n'est pas rare qu'à ce stade certaines professionnelles fassent marche arrière, se rendant compte, après réflexion, que travailler en MAM ne leur conviendrait pas". Ensuite, quand la création de la MAM devient plus concrète, le projet d'accueil permet de répondre à une question apparemment simple mais en réalité nébuleuse : pourquoi et comment travaille-t-on ? "On peut, en tant que membre d'une MAM, se dire que l'on aimerait bien orienter sa pratique pour favoriser l'autonomie des enfants accueillis. Or, de cette priorité pédagogique vont naître tout une série de corollaires, notamment dans l'aménagement de la MAM. Comment les enfants vont-ils se coucher ou manger ? Jusqu'où va-t-on les accompagner dans l'habillage ? Où place-t-on les porte-manteaux ? Le projet d'accueil est là pour répondre à toutes ces questions," rappelle Marie Legendre.
Enfin, le projet d'accueil vient bénéficier à tous les usagers de la MAM. Les parents d'abord, qui sont tenus informés du fonctionnement du lieu par ce biais (des heures d'ouvertures aux priorités pédagogiques en passant par les repas), mais aussi aux enfants accueillis qui bénéficient d'une prise en charge harmonieuse et "validée" par toutes les professionnelles présentes.

Comment construire son projet d'accueil partagé ?
C'est à la fois un immense avantage et parfois une grande contrainte pour les professionnelles :"il n'y a pas de forme ou de cadre définit au projet d'accueil car il n'a pas fait l'objet d'une directive nationale", rappelle la présidente de l'ANRAMAM.
Son conseil pour se lancer : "éviter surtout de faire un copié-collé d'un projet tout fait. Il vaut mieux commencer par un projet très simple, comprenant des choses qu'on a vraiment envie de mettre en place afin de créer une dynamique d'équipe. Ensuite, pour se faciliter la tâche, on peut tout simplement partir des besoins de l'enfant (sommeil, repas, etc.)".
Sans oublier de se poser quelques questions clés :
1. Comment allons-nous accueillir l'enfant pour la première fois ?
2. Comment l'accueillerons-nous au quotidien ?
3. Comment allons-nous organiser ses journées ?
4. Quelle sera la place des parents ?
5. Que voulons-nous vivre avec les familles ?
6. Voulons-nous faire intervenir des personnes extérieures à la MAM ou accueillir des stagiaires ?
7. Qu'aimerions-nous privilégier pour les sorties ?
8. À quoi voulons-nous sensibiliser les enfants ?
À noter : à cette liste peuvent s'ajouter tous les points qui semblent importants aux assistantes maternelles de l'équipe.

Un projet d'accueil n'est pas gravé dans le marbre
Un oubli, un principe pédagogique à ajouter ? Pas de panique : le projet d'accueil partagé peut être amendé et surtout nourri, revisité régulièrement ! En effet, "il est important qu'il évolue avec les professionnelles, d'abord à la fin de la première année, car il y a souvent une grande différence entre ce qu'on avait élaboré avant l'ouverture de la MAM et la réalité du terrain. Ensuite, il faut le revoir dès qu'une nouvelle professionnelle intègre la structure. Certes, le projet d'accueil va lui permettre de bien comprendre la MAM et de s'intégrer dans l'équipe, mais il faut aussi écouter ses propositions et savoir faire évoluer ses pratiques en fonction de ce qu'elle a à apporter", conclut Marie Legendre. Sa recommandation : faire un bilan annuel afin de mettre à jour le projet, mais aussi profiter des échanges avec les autres professionnels de la petite enfance (puéricultrice de secteur, coordinateur de la PMI) pour faire avancer le projet toujours dans la même direction : l'épanouissement des enfants et des assistantes maternelles !


Merci à Marie Legendre, présidente de l'ANRAMAM (Association Nationale de Regroupements d'Associations de Maisons d'Assistant(e)s Maternel(le)s)
(1) Maisons d'assistants maternels : Guide Ministériel à l'usage des services de PMI et des assistants maternels 
M

Règlement intérieur de la MAM : pensez-y !

i le règlement intérieur ou la charte de fonctionnement de la MAM est indépendant du projet d'accueil, il est généralement recommandé de le réaliser au même moment... et est malheureusement trop souvent négligé par les professionnelles ! "Comment organiser le prêt du matériel ? Quel préavis donner si l'on souhaite quitter la MAM ? Le règlement intérieur permet de gérer toutes les questions relatives au 'travailler ensemble'. C'est un support important pour régler les différends au sein de l'équipe ou tout simplement aborder les problèmes auxquels on est confronté au quotidien," rappelle Marie Legendre.
 

Article rédigé par : Véronique Deiller
Modifié le 17 novembre 2017
Une assistante maternelle peut prendre une stagiaire? Qui signe la convention? et qui est responsable si problème... accident?