La Rentrée de la Petite Enfance : les temps forts et tous les podcasts

La Rentrée de la Petite Enfance que nous organisions le jeudi 23 septembre, salle Laroque, au ministère des Solidarités et de la Santé fut un succès. Un évènement qui a pu réunir tous les acteurs de la petite enfance : gestionnaires privés lucratifs, non lucratifs et gestionnaires publics, professionnels de l’accueil individuel comme collectif représentés par des syndicats ou des associations, professionnels de terrain, experts, administrations et politiques. Une rentrée autour du thème « Entre pandémie et future COG, l’AN 1 de la réforme des modes d’accueil », qui a pu partiellement se tenir en présentiel et suivie en Visio. Nous reviendrons en détails dans notre Lettre hebdo sur ces échanges, denses, très riches autour de la réforme des modes d’accueil. Mais si nous devions résumer la teneur de la journée ce serait : une réforme des modes d’accueil qui sur nombre de points va dans le bon sens mais qui ne pourra réellement s’appliquer et répondre à ses ambitions que si des moyens lui sont alloués. En bref, il y eut un consensus autour de cette idée qu'il faut investir dans la petite enfance. Les bébés d'aujourd'hui sont les hommes de demain, donc l'avenir. Et certains ont même émis l'idée que le moment était venu de tout remettre à plat et de repenser notamment le modes de financement des modes d'accueil. Voici d’ores et déjà en images les moments forts de la journée. Avec les premiers podcasts des entretiens de la journée.
Ouverture de la journée
Catherine Lelièvre, directrice du site Les Pros de la Petite Enfance a ouvert la journée placée sous le signe de la réforme des modes d'accueil  : L' An 1 de la réforme entre pandémie et future Convention d'Ojectifs et de Gestion (COG). Une année charnière. Mais aussi une année clef. Avec en toile de fond aussi l'échéance électorale d'avril 2022.


La réforme favorise-t-elle la création de solutions d'accueil ?
La réforme, longtemps connue sous le nom de code Norma, a pour objectif de clarifier voire de simplifier (et d'harmoniser) les normes des modes d'accueil du jeune enfant.  Objectif atteint ? Selon les participants à cette table ronde : pas vraiment. Bien sûr cela permettra de gagner du temps et fluidifiera les relations avec les PMI... mais cela n'est pas suffisant. Et cela ne permettra pas d'atteindre les objectifs de la COG-2018-2022 qui déjà ont été revus à la baisse (15 000 places vs 30 000). Les comités départementaux de services aux familles permettront-ils d'être au plus près des besoins des territoires ? Pas sûr non plus. Bref beaucoup de scepticisme du côté des gestionnaires publics, privés ou associatifs mais une même volonté de répondre aux besoins des familles.  Avec ce même constat : personne n'a officiellement la compétence petite enfance en France.

Ecouter le podcast


Entretien avec Sylviane Giampino, présidente du HCFEA
Sylviane Giampino, présidente du HCFEA (HCFEA qui avait emis un avis favorable sur la réforme avec quelques réserves) est revenue sur les ambitions qu'elle porte sur l'avenir de la petite enfance. Inspiratrice, via son rapport de 2016, de la charte d'accueil du jeune enfant, elle s'est aussi interrogée sur les futures poltiques publiques envers la petite enfance et les moyens qui lui seront donnés.  Et a insisté sur la nécessité de former les porfessionnels de la petite enfance.
Des mots toujours justes, une ambition et une vison où le jeune enfant est au coeur, au sommet, de toutes les préoccupations.

«  Il faut d’abord des gens formés pour s’occuper des enfants. (...) .On est vraiment un pays qui n’a pas compris que plus les enfants sont jeunes, plus il faut être formé pour s’en occuper correctement (...). Le travail des professionnels de la petite enfance est un  travail subtil, éminemment intellectuel, éminemment émotionnel et on ne peut pas le faire seul. »

Ecouter le podcast


Entretien avec Vincent Mazauric, directeur général de la Cnaf
Les bugs de monenfant.fr,  les inquiétudes des assistantes maternelles, les expérimentations dont la Cnaf sera responsable (transfert des compétences de la PMI vers la Cnaf, guichet unique etc.), le rôle de la Cnaf dans le fonctionnement et le financement des RPE (ex RAM) etc. Vincent Mazauric a répondu à nos questions sans langue de bois et avec humour parfois. Et bonne nouvelle pour tous les modes d'accueil : les caisses de la Cnaf pour soutenir les financements ne sont pas vides. Vincent Mazauric l'a affirmé par au moins deux fois, voire trois !
« monenfant.fr, c'est d'abord un service »
« Le fonds national d’action sociale ne manque pas de ressources »


Ecouter le podcast

La réforme favorise-t-elle la qualité des modes d'accueil ?
La qualité a cristallisé tous les espoirs, toutes les tensions, interrogations et revendications lors des concerations sur cette réforme. Les arbitrages notamment sur les surfaces et le taux d'encadrement permettent-ils d'améliorer la qualité d'accueil, risque-t-elle de la compromettre ou bien entérine-t-elle une sorte de statu quo ?  Des échanges et des débats intenses. Pour certains il y a véritablement risque de dégradation tant en EAJE que chez les assistantes maternelles. Pour d'autres au contraire, la simplification des normes va permettre de se concentrer sur l'essentiel : l'accueil des enfants. Et un même constat : il faut des personnels formés et en nombre suffisant... car un accueil de qualité plus que sur des normes repose avant tout sur de "l'humain".

Ecouter le podcast


Entretien avec Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à l'Enfance et aux Familles
Adrien Taquet, en déplacement, nous a fait l'honneur de répondre à nos questions en viso. Il a rappelé toute la confiance qu'il faisait aux professionnels de la petite enfance soumis à rude épreuve durant la pandémie. Conscient du retard de la publication de ceratins textes, il a promis qu'ils le seront au plus vite. Et rappelé que cette réforme était le fruit d'un compromis qu'il assumait complétement. Tout comme il assume le timing de la réforme.

« C’est une réforme de compromis et je l’assume  mais  elle porte sur des convictions fortes »
« Au-delà de clarifier et simplifier, cette réforme améliore la qualité dans le droit (analyse de pratiques…) et dans les faits (référent santé accueil inclusif…)  »


Ecouter le podcast

La réforme profite-t-elle aussi aux assistantes maternelles ?
Les assistantes maternelles se sentent souvent délaissées et dévalorisées. Est-ce que cette réforme va leur offrir de meilleures conditions de travail, est-ce qu'elle va redorer le blason d'une profession  peu attractive. Bref va-t-elle permettre d'enrayer la crise de la profession ? La réforme a des bons côtés, tous les intervenants l'ont dit :  accès à la médecine du travail notamment. Elle va dans lebon sens mais tous ont aussi dit : ce n'est pas assez ! Les assmat sont encore en marge du droit du travail classique. Leur rémunération est souvent en deçà du SMIC (surtout si elles se cantonnaient aux 35h hebdomadaire). Leur professionnalisation est en marche... mais à quand un vrai diplôme ?

Ecouter le podcast

Entretien avec Marine Jeantet, déléguée interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté
Marine Jeantet, vidéos à l'appui, a fait le point de façon extrêmement claire, précise et complète sur le plan de formation des 600 000 professionnels de la petite enfance. Un plan qui a démarré avec retard mais qui se déploie tant au plan national que territorial sur les 7 thématiques annoncées par Emmanuel Macron lors du lancement de la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Et le premier bilan montre que toutes les thématiques sont pertinentes et que les professionnels de l'accueil individuel ne sont pas laissés pour compte. Les formations les concernent autant que les pros de crèche.

« Le plan de formation est en pleine montée en puissance »
A popros de l'AMI Accueil pour tous : « Cela nous a beaucoup rassuré de voir qu’il y avait une réserve d’idées sur le terrain prête à partir dès qu’on donne les moyens à cette innovation d’émerger.  »


Ecouter le podcast

Comment les pros ont-ils vécu la pandémie ?
Cette table ronde était la dernière de la La Rentrée de la Petite Enfance. En marge du thème central de la réforme des modes d'accueil. Mais indispensable. Une façon de rendre hommage à la mobilisation des pros qui, tous les jours, dans leur lieu d'accueil ont fait face. Une façon aussi de mieux comprendre comment la DGCS  préparait les protocoles, comment certaines PMI ont fait leur job d'accompagnement et comment aujourd'hui on se pose les bonnes questions. A savoir l'impact du masque et de toutes les consignes liées à la pandémie sur le développement des jeunes enfants et sur les pratiques professionnelles des personnes les accueillant. Des échanges empreints de beaucoup de sincérité et d'humanité. Mention spéciale pour le témoignage, au moment des questions, de la représentante des crèches hospitalières.

Ecouter le podcast
Article rédigé par : C.L
Publié le 30 septembre 2021
Mis à jour le 03 octobre 2021