Crèche à la demande : un service utile pour parents et pros

Un site internet qui permettrait aux parents de s’informer en temps réel de la disponibilité d’une place en crèche grâce à des notifications régulières ? C’est le pari réussi d’Alban Gamot, fondateur de « Crèche à la demande » créé en septembre 2019 et qui réunit déjà une cinquantaine de crèches ravies de cette solution originale pour l’accueil ponctuel d’enfants.
 
Un manque à gagner qui saute aux yeux
A son retour de Chine, Alban Gamot, ingénieur de formation a eu l’idée de créer « Crèche à la demande » suite aux difficultés de trouver une place en crèche à son fils. Les crèches lui proposaient uniquement de l’occasionnel.

Alban prend alors conscience d’un problème paradoxal : plus de 80 000 places de crèches restent vacantes chaque jour partout en France. En effet, les enfants réguliers qui sont absents laissent disponibles des créneaux de courte durée (matin ou après-midi). Informer les parents en recherche d’accueil occasionneldes places disponibles demande cependant beaucoup de temps aux équipes en crèche qui n’ont pas forcémentles moyens pour assurer un suivi téléphonique et informatique.
C’est face à cette problématique qu’Alban a trouvé la solution : Crèche à la demande.

Une sorte de « doctolib » de la place en crèche
Comment fonctionne Crèche à la demande ? « Les parents qui arrivent sur notre site ne sont réguliers nulle part, ils s’inscrivent pour qu’on leur trouve une crèche qui propose des créneaux occasionnels près de chez eux.Chaque crèche a en effet plusieurs enfants qui ne viennent que ponctuellement. On demande aux parents leurs souhaits en termes d’horaires puis chaque crèche actualise les places disponibles à la journée et le premier parent qui sélectionne le créneau en ligne a la place. Les parents réagissent plus vite ce qui permet à la crèche d’avoir une meilleure visibilité sur l’organisation de son planning » explique Alban.

Cependant, « Crèche à la demande » tient à ce qu’un enfant ne soit affecté qu’à une seule crèche pour respecter ses besoins et qu’il s’ancre dans le projet pédagogique de la crèche. Pour les fratries, les parents peuvent voir sur leur planning en ligne pour l’un des enfants seulement ou pour plusieurs.
Les notifications que reçoivent les parents sur leur téléphone sont régulières et les tiennent informésdes créneaux disponibles pour leur enfant. Les enfants reviennent donc assez régulièrement, quasiment toutes les semaines.

Un site utile pour les professionnels de crèche
« Crèche à la demande » travaille aussi bien avec des crèches municipales, associatives ou privées si elles fonctionnent en PSU. Le site est gratuit pour le parent et propose un abonnement de 60 euros TTC mensuel pour la crèche. Un tarif qui permet, selon les calculs du site, de faire gagner 15mn par jour minimum à la crèche soit 1 mois entier de travail sur l’année à la crèche donc 3000 euros ! Pour le paiement, il est géré directement avec la crèche.

« Les parents questionnent moins la directrice sur l’aspect pratique et les échanges parents / pro se recentrent bien plus sur l’enfant ! » a remarqué Alban.

Tout est fait pour simplifier au maximum l’organisation des parents et des pros : « Crèche à la demande » liste les documents administratifs nécessaires à la venue de l’enfant et questionne sur son rythme. Un débriefing est réalisé à chaque fois que le parent vient chercher l’enfant. Même si l’adaptation reste primordiale pour le bien-être de l’enfant, les parents peuvent être prévenus au dernier moment de la disponibilité d’une place : « On peut les prévenir un mois l’avance quand tous les enfants réguliers annoncent leur congé, après on met en place une autre série de notifications imprévues qui peut se faire jusqu’au jour J. » précise Alban.

Les crèches peuvent arrêter leur engagement avec un mois de préavis, car Alban tient à ce que les équipes souhaitent rester et ne soient pas pieds et poings liées.

Quel avenir pour « Crèche à la demande » ?
Pour Alban, « Crèche à la demande » a encore du chemin à parcourir : « Aujourd’hui on travaille avec une cinquantainede crèches et on a passé la barre des 300 parents utilisateurs. On a démarré dans le nord et ondéveloppe dans d’autres régions là où les parents s’inscrivent. Notre ambition est d’être le leader dans la réservation occasionnelle et d’enfaire profiter un maximum de familles et de pros. »
Alban a d’ailleurs constaté que la plupart des parents utilisateurs ne travaillent pas et profitent de ces créneaux adaptables pour aller déposer des CV et candidater tout en sociabilisant leurs enfants. Il aimerait que Pôle Emploi recommande « Crèche à la demande » pour permettre à beaucoup plus de parents de profiter de ces avantages.

Le but d’Alban ? Travailler avec 3000 crèches d’ici 3 ans. Et vu cette belle lancée, tout porte à croire qu’il y arrivera !
 
Publié le 16 janvier 2020
Mis à jour le 16 janvier 2020