La Passerelle : une micro-crèche engagée dans l’insertion professionnelle et sociale

C’est une structure un peu particulière qui a ouvert ses portes en début d’année au Puy-en-Velay, en Auvergne : une micro-crèche qui accueille exclusivement les enfants des parents en démarche d’insertion professionnelle et sociale. Un projet imaginé par Marie Defay, une EJE qui connaît bien le domaine de l’insertion professionnelle, et porté par la mission locale du Puy-en-Velay. Et ce qui n’était qu’au début une expérimentation pourrait être pérennisé à condition qu’une institution puisse la financer durablement.
Petite enfance et insertion professionnelle : la double casquette de Marie Defay
Marie Defay a un parcours professionnel riche et atypique. Diplômée EJE, elle a exercé plus de dix ans dans le service petite enfance de sa ville, elle a été responsable d’un RPE et a aussi été chargée de recrutement. Lors de ses différentes expériences professionnelles, Marie Defay a été confrontée à des parents en démarche d’insertion qui n’avaient aucun moyen de garde pour leur enfant. Et tout particulièrement quand elle était chargée de recrutement. Elle recevait en effet des personnes pour préparer des entretiens d’embauche et certaines n’avaient d’autres choix que de venir accompagnées de leur enfant. Elle constate donc un réel besoin et un projet germe dans sa tête. Celui d’une structure qui pourrait accueillir les enfants de personnes en démarche d’insertion professionnelle et sociale. Si au début, elle essaie de la monter seule, elle se rend compte que financièrement cela va être compliqué. Et se tourne vers une institution. « J’ai eu beaucoup de chance, confie-t-elle, la directrice de la mission locale du Velay, Marie-Claire Vial, a proposé de m’embaucher. J’ai répondu par l’affirmative mais à condition de pouvoir donner vie à mon projet. Et vu sa pertinence, elle a accepté de le soutenir ».

Les 3 objectifs du projet
« Mon idée, c’était de lever tous les freins, que les parents puissent laisser leur enfant de façon ponctuelle dans un lieu sécurisé, d’écoute et de conseil. Il y a donc aussi un volet accompagnement à la parentalité », souligne Marie Defay. Et le public phare, ce sont des primo-arrivants, des personnes issues des Quartiers Politique de la ville et très majoritairement des femmes. Selon l’EJE, ce dispositif répond à trois objectifs. Le premier, c’est une aide apportée aux parents pour qu’ils puissent faire leurs démarches administratives, leurs entretiens professionnels, se rendre à des formations, des cours de français ou de conduite… sereinement. Et aussi de répondre à toutes leurs questions concernant leur parentalité. Le deuxième objectif concerne les enfants. Il s’agit pour ces tout-petits de les préparer à la vie en collectivité, de leur proposer des jeux en fonction de leurs besoins et de les accompagner dans leur développement. Et le troisième objectif, c'est offrir aux acteurs sociaux et professionnels de l’insertion (Pôle Emploi, Cap Emploi, CIDFF 43...) un « outil facilitant l'accompagnement du ou des parents en démarche d'insertion sociale et professionnelle. »

Une expérimentation pour 6 mois
La micro-crèche La Passerelle ouvre ses portes le 10 janvier 2022, portée par la mission locale du Velay et avec le soutien financier du département de la Haute-Loire et de la Caf. En plus d’être chargée de Relations Entreprises, Conseils et Recrutement à la mission locale, Marie Defay devient Coordinatrice de la structure. Au début, 6 enfants de 3 mois à 3 ans peuvent être accueillis de 8h à 17h30 mais seulement par demi-journée. Depuis septembre, c’est possible à la journée complète pour les parents qui ont trouvé un emploi ou sont en formation. A noter que, même si c’est la mission locale (ndlr : les missions locales accompagnent les jeunes de 16 à 25 ans) qui porte le projet, il n’y a pas de critère d’âge concernant les parents. « Le seul prérequis, c’est que ce soit un professionnel (Pôle Emploi, RPE, CIDFF, PMI…) qui m’oriente les familles. Cela cadre et justifie la demande. C’est vraiment du cas par cas », explique Marie Defay. Pour l’heure, 25% des orientations proviennent du Relais Petite Enfance.

De bons résultats
Le premier bilan est positif. Le turn over est là, comme le souhaitait Marie Defay, car il faut que le plus de personnes en profite et que ce dispositif ait un effet positif sur leurs démarches d’insertion professionnelle. En détail, au 5 octobre 2022, sur les 50 enfants accueillis, il y a eu 26 départs : 17 pour emploi, 4 pour formation et 9 pour arrêt des démarches. Et parmi les tout-petits qui ont quitté La Passerelle, 5 ont rejoint une crèche, 5 sont chez une assistante maternelle, 10 vont à l’école et 4 sont à leur domicile. « J’accompagne aussi les parents dans leurs démarches pour trouver un mode de garde régulier. Je leur précise bien que nous ne faisons que de l’accueil ponctuel. Mais lorsqu’un parent est embauché, et qu’il n’a pas trouvé de place pour son enfant, nous faisons tampon et l’accueillons tous les jours de la semaine si c’est nécessaire. Parfois même, j’appelle son nouvel employeur pour lui demander d’être souple au niveau des horaires », indique Marie Defay.

Une structure à pérenniser
La phase d’expérimentation n’est pas terminée. Elle se poursuit jusqu’en juin 2023 grâce à de nouveaux financements. Mais Marie Defay compte bien pérenniser La Passerelle. Elle est donc à la recherche d’une institution qui voudrait bien s’engager durablement. 
Article rédigé par : Caroline Feufeu
Publié le 18 novembre 2022
Mis à jour le 18 novembre 2022