Les crèches départementales du Val-de-Marne : un héritage historique et une politique volontariste

Le Val -de -Marne est le département français qui possède et gère le plus grand nombre de crèches : 77 au total offrant plus de 4500 places d’accueil pour les moins enfants de moins de trois ans.  Et ce n’est pas fini. Une situation assez exceptionnelle qui s’ancre dans l'histoire du département mais aussi qui est le fruit d’une volonté politique. Les explications de Magali Tabarin Ferly, directrice adjointe des crèches qui a accompagné le déploiement des structures d’accueil dans son département.
Val de Marne : une politique de création de crèches forte et assumée
En 1967, lors de la création du département du Val-de-Marne, l'essor démographique et le taux d'activité des femmes (40% à l'époque, plus de 80% aujourd’hui) rendent cruciale la question des modes d'accueil de la petite enfance. Le Val-de-Marne hérite de 26 crèches de l'ancien département de la Seine. Le tout jeune conseil général décide alors de maintenir la gestion de ces établissements et d'en construire de nouveaux. Un premier plan d'équipement en crèches est voté en 1969.
Deux écoles de formations de puéricultrices et d'auxiliaires de puériculture sont créées en 1973 et 1975, ainsi qu'un centre professionnel et de pédagogie appliquée (le CPPA).
En 2014, le Val-de-Marne compte 76 crèches. En 2017, le Département vote un plan de construction de 500 places supplémentaires.
Pour accompagner ce déploiement et au regard de l’évolution des connaissances sur la petite enfance, de la recherche de sens dans les pratiques d’accueil et la place des parents dans les établissements, la direction des Crèches a impulsé un travail de réflexion sur les pratiques d’accueil.  L’objectif est de mieux partager le socle commun de valeurs et de pratiques éducatives qui garantissent une qualité d’accueil aux familles.

L’adoption d’une charte départementale de l’accueil du jeune enfant dès 2009
En 2009, le Conseil départemental avait adopté la Charte départementale pour l’accueil du jeune enfant qui formalise les ambitions sociales et éducatives de ses structures d’accueil. En cela, il précédait le décret du 7 juin 2010 qui consacrait la dimension éducative des EAJE (établissements d’accueil du jeune enfant) : « dans le respect du l’autorité parentale, ils contribuent à leur éducation. Ils concourent à l’intégration des enfants présentant un handicap ou atteints d’une maladie chronique qu’ils accueillent. Ils apportent leur aide aux parents pour favoriser la conciliation de leur vie professionnelle et de leur vie familiale. »

La volonté d’avoir un projet éducatif co-construit
À partir du projet politique formulé par la Charte, la direction des Crèches a engagé un travail d’actualisation du projet éducatif pour l’accueil du jeune enfant à décliner dans chacun des projets d’établissement. Projet qui tourne autour de trois enjeux : l’adaptation de la réponse aux besoins des familles, les pratiques et les valeurs des professionnels de proposer des réponses réellement adaptées aux besoins des enfants) et le travail partenarial. L’idée étant d’aboutir à un projet éducatif réellement  co-construit.

Comment s’adapter aux besoins des familles
Ce premier enjeu concerne plus directement les familles. En effet, les besoins des familles évoluent : conciliation des vies familiales et professionnelles, travail des femmes et plus généralement des parents, insertion socio-professionnelle, inclusion des enfants en situation de handicap, socialisation des enfants. La co-éducation parents-professionnels est l’une des valeurs principales du projet éducatif départemental. Les familles doivent donc être parties prenantes de l’élaboration et de la mise en œuvre des références éducatives. Pour cela,  des réunions d’information et des conseils d’établissement ont permis d’établir le dialogue avec les familles, avant qu’un questionnaire  leur soit proposé. 2438 réponses ont été recueillies.

Permettre aux  professionnels de réinterroger leurs pratiques  et de mieux partager leurs valeurs
Le deuxième enjeu  concerne plus particulièrement les professionnels. Il s’agit de partager, avec l’ensemble des professionnels, des références éducatives dans les 3 domaines d’intervention des crèches : l’accueil des enfants et des familles, l’éveil de l’enfant, le soin aux enfants, et d’élaborer les projets d’établissement en équipe sur la base du projet éducatif actualisé. Un travail d’observation réalisé par les équipes de 3 crèches volontaires, avec l’appui de Miriam Rasse, psychologue et directrice de l’association Pikler-Loczy France a été mené entre novembre 2017 et février 2018. Il a permis d’analyser dans quelle mesure les pratiques professionnelles et les propositions faites aux enfants répondent à leurs besoins. Par ailleurs, dans chaque crèche, des réunions d’équipe ont été organisées sur le projet éducatif. Les 76 contributions ont fait l’objet de restitutions plénières. Un questionnaire a permis par ailleurs de recueillir 565 réponses individuelles.

Consolider le travail partenarial
Le troisième et dernier enjeu majeur de cette actualisation est de constituer une base solide sur laquelle les partenariats pourront être développés. Ainsi, le projet éducatif départemental pour l’accueil du jeune enfant constituera un outil d’échange pour consolider des partenariats avec l’ensemble des partenaires du Département sur les modalités d’accueil des jeunes enfants dans les crèches départementales. Les crèches départementales comptent de nombreux partenaires, internes et externes au Conseil départemental, dont l’action concourt au projet éducatif (les communes, la CAF, de nombreuses directions de la collectivité) et qui se sont mobilisés pour participer au projet éducatif des crèches du département.
Par exemple :
-  La direction de la Protection maternelle et infantile (PMI)  et de promotion de la santé pour le contrôle des établissements et les actions de prévention et de soutien à la parentalité.
-  La direction des Ressources humaines : pour le recrutement et le développement des compétences des professionnels en lien avec les besoins requis sur ces postes.
-  La direction de l’Autonomie : pour l’accès et l’adaptation de l’accueil en crèches des enfants ou de leurs parents en situation de handicap et l’orientation à la sortie de la crèche.
-  La direction de la Logistique pour la qualité de la restauration et la mise à niveau des moyens de fonctionnement alloués aux crèches.
-  La direction des Bâtiments pour la construction et l’entretien des bâtiments conformes à la réglementation et favorisant le confort des usagers.

A lire : Val de Marne : un référentiel pour aider les crèches dans l’accueil régulier diversifié


 

Les 5 valeurs du projet éducatif

- Responsabilité
- Solidarité
- Égalité dans le respect des différences
- Créativité
- Co-éducation parents professionnels

Article rédigé par : Magali Tabarin Ferly
Publié le 11 mars 2020
Mis à jour le 12 mars 2020