Autres initiatives

Mettre en place le portage  à la crèche ? Facile !

Il a suffit de l’entrain d’une personne passionnée par le portage pour emmener ses collègues avec elle dans l’aventure. La crèche du Carrousel à Saint-Cloud a introduit les écharpes de portage dans sa structure il y a 3 ans sous l’égide de Corinne Hugon, infirmière puéricultrice et directrice de la crèche. Une chouette idée qui a fait des émules !

 
portage à la crèche
Une seule formation, des années de portage
Il y a 3 ans une auxiliaire dénommée Catherine Fontenel arrive à la crèche hospitalière du Carrousel à Saint-Cloud. Passionnée par le portage et formée à cette pratique, elle embarque avec elle ses collègues et les forme à son tour.  « Elle avait amené du matériel, se souvient Corinne Hugon, et nous avions acheté des poupées et des écharpes  pour s’entrainer ». Tout se passe très vite ! Il suffit en effet d’un seul cours de portage pour que les 4 auxiliaires de la crèche soient au point avec leurs écharpes !

Porter pour rassurer
« Le portage est un outil merveilleux », commente Corinne Hugon. Rappelons d’ailleurs que le premier « outil » inventé par les humains aurait été un porte-bébé si l’on en croit Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau dans son livre « Porter bébé : avantages et bienfaits » ! Un morceau de peau animale noué de façon à porter son bébé en bandoulière aurait été mis au point par les femmes avant la plus haute Antiquité ! Autre point important : le contact corporel répond à un besoin archaïque chez le tout petit. Le porter contribue donc à répondre à ce besoin. Corinne Hugon témoigne d’ailleurs qu’ « il est possible d’apaiser des bébés qui en ont besoin grâce au portage ». Le contact privilégié de l’enfant avec l’auxiliaire dans un moment de peur ou d’angoisse lui permet en effet d’être rassuré. La plupart du temps, les enfants sont portés en fin de journée, quand la fatigue se fait sentir et que l’agitation prend place dans l’unité avec les allées et venues de chacun. Le portage intervient alors comme un formidable outil d’apaisement. Les pleurs sont moindres, le volume sonore aussi… Une étude réalisée en 1986* par deux chercheurs canadiens a d’ailleurs montré que les pleurs du soir étaient diminués de moitié pour des bébés portés 1H30 dans la journée !
Le portage vient ainsi rassurer le tout-petit qui traverse de nombreuses émotions en une seule journée. « Quand un enfant a du mal à quitter ses parents le matin, qu’il a du mal à se familiariser avec la crèche ou qu’il peine tout simplement à s’endormir, le portage vient beaucoup nous aider » assure Corinne Hugon. La crèche a bien entendu demandé au préalable l’accord des parents pour porter les enfants de cette façon.

A l’écoute des besoins des bébés
Avec un agrément pour 38 enfants et 4 écharpes en service, les petits peuvent être tour à tour portés. D’abord parce que seuls les bébés et les moyens le sont, ensuite parce que certains enfants n’aiment pas être portés. Alors comment ça marche ? Inutile d’établir un ordre de passage ! Le portage est réalisé selon les besoins des bébés et l’envie (et la possibilité) de porter des auxiliaires. Le portage n’est donc pas systématique. Rien n’est imposé. De la même façon, le temps de portage est lui aussi laissé  à l’appréciation des besoins de l’enfant et de la personne qui le porte. Certains vont être en écharpe pendant 1h quand d’autres y resteront une demi-heure. Et cela n’entrave en rien le quotidien de l’équipe, « et aucun enfant n’est jaloux de celui porté ! » témoigne Corinne Hugon ! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, mettre en place le portage dans une crèche ne bouscule pas les habitudes. Il faut cependant être attentif à une chose : rester en communication avec l’enfant porté. « Avoir un bébé en écharpe et poursuivre ses tâches quotidiennes peut parfois conduire à « oublier » l’enfant, prévient l’infirmière puéricultrice. Il faut donc toujours veiller à communiquer avec lui en posant nos mains sur lui, en lui parlant… » Le portage peut se révéler aussi très utile lors des sorties. « Avec deux poussettes doubles à la crèche, seuls 4 enfants pouvaient sortir. Trois auxiliaires en portent en écharpe, on peut alors en emmener 7 très facilement ! », s’exclame Corinne Hugon.  
A hauteur d’homme, le bébé porté voit tout ce que l’adulte fait et reçoit donc beaucoup plus de stimuli qu’un autre enfant. Voilà pourquoi le portage améliorerait aussi le développement psychomoteur.

Bien former les équipes
Le portage est très facile à mettre en place au sein d’une crèche ou même chez une assistante maternelle. Seul prérequis : la formation. « Je pense que l’essentiel est d’être bien formé, par une personne qui a elle-même suivi une formation spécifique », conseille la directrice de la crèche. Il faut ensuite avoir le bon matériel : « nous avons investi dans 2 écharpes à nouer et 2 slings (ndlr : écharpe avec anneau qui coulisse) », poursuit-elle. Et avoir envie de porter ! Ensuite chacun se familiarise avec le matériel choisi et porte selon ses préférences : sur le côté, sur le dos, sur le ventre… Corinne Hugon souligne à plusieurs reprises les avantages du portage mais elle alerte tout de même sur un point : « le personnel change régulièrement en crèche et celles qui ont été formées n’exercent plus forcément aujourd’hui dans notre structure. Pour poursuivre le portage sur de nombreuses années, il faut donc continuer à former les professionnels régulièrement, ce qui n’est pas forcément facile à mettre en place. » Quoi qu’il en soit, le jeu en vaut la chandelle !


*information tirée du livre « Choisir le maternage » de Catherine Piraud-Rouet

 
Article rédigé par : Laure Marchel
Modifié le 24 mai 2017