Autres initiatives

Seine-Maritime : bientôt une association pour fédérer les 100 Maisons d’Assistants Maternels (MAM) du département.


Marie-Ange Marchand est assistante maternelle dans une Maison d’Assistants Maternels (MAM) à Bois -Guillaume près de Rouen en Seine-Maritime. Un département où les MAM sont nombreuses car département et la PMI encouragent leur création.  Avec d’autres assistantes maternelles, elle a décidé de créer une association, Inter mam 76 pour fédérer toutes les MAM du département. Objectif : échanger, s’entraider, se former.


 
Marie-Ange Marchand n’est pas une débutante.  Assistante maternelle depuis plus de 13 ans, elle a exercé à son domicile, en crèche familiale et depuis 3 ans et demi avec deux collègues, elle a créé la MAM « Graine de Malice » à Bois-Guillaume près de Rouen. Elles y  elles accueillent 12 enfants. Aujourd‘hui Marie Ange et quelques collègues sont en train de créer une association destinée à fédérer la centaine de MAM de Seine maritime. Un projet ambitieux et muri dont l’assemblée générale constitutive se tiendra le 18 mars prochain. Le nom est choisi : Intermam 76. L’idée :  apporter une aide juridique et administrative aux assistantes maternelles souhaitant créer ou ayant créé une MAM. Et organiser et des temps d’échanges de dialogues sur leurs pratiques professionnelles. Voir même proposer des formations.

Un projet sérieux et bien préparé
L’idée ne date pas d’hier, et le projet a été mûri et bien préparé. « En fait il y a deux ou trois « Ma maison à moi » une MAM de Rouen avait lancé une première réunion inter MAM pour donner des informations et échanger. » raconte Marie-Ange Marchand.  Cette première rencontre fut suivie d’une deuxième, l’année suivante. Les organisatrices avaient invité l’Ufnafaam pour parler droits et législation. « Passionnant se souvient Marie Ange. On a découvert une mine d’infos. Compris par exemple que nous n’étions pas bien assurées. .Si nous découvrions cela alors que nous n’étions pas des débutantes, il fallait vraiment créer une association et organiser des réunions pas seulement annuelles pour  que tout le monde soit bien informé. ». Cela a été le déclic. Et parmi les 50 assistantes maternelles présentes, un petit noyau a décidé de poursuivre en lui donnant plus d’ampleur l’idée de la MAM de Rouen. C’était décidé, elles allaient créer une association. « Mais nous voulions faire bien les choses. Ne rien improviser et bien ficeler le projet juridiquement.  Et en juin 2016 on s’est attelé à l’écriture des statuts. On a pris notre temps. Et le 18 mars nous serons fin prêtes pour le premier assemblé général constitutive de l’association ». explique fièrement celle qui a tant œuvré pour qu’Intermam 76 voit le jour.

Aider et informer, pas revendiquer
Marie -Ange Marchand tient à le préciser. « Nous ne sommes pas du tout sur la défensive. Le département comme la PMI nous accompagnent, nous soutiennent, sont tous deux très favorables aux MAM. Nous sommes vraiment plus sur une idée d’entraide et d’accompagnement car toutes les questions administratives et juridiques soient un véritable casse-tête. Avec un vocabulaire et des démarches souvent peu accessibles». Cela dit, Marie -Ange Marchand n’exclut pas l’idée que grâce à l’association, les collectivités locales puissent aller plus loin dans leur accompagnement par le biais de d’aides financières pas seulement au moment de la création du ‘une MAM, mais aussi via des subventions de fonctionnement. Ce n’est pas la première fois que des assistants maternels de MAM créent une association.  Il en existe une dans les Pyrénées Orientales, à Nantes et à Metz, mais c’est la première fois qu’une association vise 100 MAM. Un record.

 
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Modifié le 22 janvier 2017