La Maison de la Créativité invite les enfants à explorer sans limites

Aux portes de Genève, la Maison de la Créativité accueille les petits et grands, avides de découvertes et de liberté. Un lieu atypique, porté par la ferme conviction que la créativité est une compétence à cultiver. 
C’est une élégante demeure, nichée dans un grand parc à l’entrée de Genève. La maison Calandrini, abrite depuis six ans la Maison de la Créativité, un espace de liberté, ou cadres et contraintes laissent place à l’imaginaire sans limites, si ce n’est celles du vivre ensemble. Ici, nous ne sommes pas dans un univers enfantin. Tout est prétexte à la découverte, pour permettre aux enfants de 0 à 8 ans de créer, de rêver, de construire avec les objets du quotidien et de récupération, sous le regard bienveillant de l’adulte qui les accompagne. La directrice, Maryjan Maitre est une ancienne éducatrice de jeunes enfants. En charge des projets d’éveil dans les structures petite enfance de la ville de Genève pendant cinq ans, elle a imaginé avec son équipe ce lieu fantastique qui incarne sa vision de l’éveil, pour créer plus de lien entre culture et petite-enfance, car « accueillir la créativité des enfants dit-elle, c’est contribuer à l’émergence d’adultes épanouis, libres et responsables. » Ici on accueille les enfants pour les laisser expérimenter leur créativité comme une compétence et non pas comme une activité. 
 
Huit espaces d’exploration créative et un jardin  
La maison de la Créativité est divisée en huit espaces d’exploration autonome. Certains sont des espaces permanents, d’autres sont renouvelés tous les six mois. Dans chaque lieu, une thématique, et une installation dans laquelle les enfants vont évoluer librement, en présence d’un adulte, sans autre règle que celle du savoir-vivre ensemble. Pas de consigne ni de mode d’emploi, à eux d’imaginer ce qu’ils vont pouvoir expérimenter, fabriquer, créer. Il y a le Café royal, un salon très élégant avec de vrais service à thé et à café pour découvrir la fragilité. « Leur permettre de toucher des objets fragiles induit une autre forme de motricité », explique Maryjan Maitre.
Tourn’en rond est un espace rempli d’objets ronds ! Une salle est dédiée au graphisme avec de la peinture, des pastels, de l’argile, sans résultat attendu, seul le plaisir importe ! Une autre est consacrée aux déguisements où adultes et enfants, ensemble, vont se (re)découvrir. Un espace nommé Sous les étoiles, abrite une tente faite avec du bois flotté, des lumières et des objets en bois à manipuler. La salle volcan, née d’un abat-jour géant récupéré du musée d’ethnographie transformé en volcan à escalader, propose l’atelier du vulcanologue et son matériel à manipuler : balances, pinces, anciennes radios… L’espace bivouac suggère une escapade en montagne ou en forêt. Et puis dehors, dans le parc, une cuisine d’antan déborde de vraies casseroles et véritables accessoires de cuisine, bien trop grands et lourds pour les petites mains, mais c’est aussi cela qui leur plait. Un bateau, échoué sur la pelouse, donne envie de jouer aux Robinsons et la bibliothèque déborde de livres multilingues et d’artistes. « Avec chacun de ces espaces, on offre un petit bout de monde », résume Maryjan Maitre. « Les neurosciences insistent sur le fait que l’enfant a besoin d’être rassuré mais il doit aussi rencontrer l’insolite, se familiariser avec l’insolite pour que l’insolite ne lui fasse plus peur ! »

 Une maison accessible et ouverte à tous 
Ce lieu atypique ne prend pas en charge les enfants mais les accueille avec leur famille ou en collectivité.  Un lieu très inclusif où les enfants porteurs de handicap trouvent facilement leur place. Familles et collectivités se relaient selon un planning bien défini. Les mercredis et un samedi par mois, ainsi que certains après-midis pendant les vacances scolaires, ce sont les familles qui viennent arpenter à leur guise les différents espaces. « Il y a des animateurs qui en fait n’animent pas : ils sont là pour soutenir ou contenir la créativité libre, donner confiance aux enfants, c’est leur rôle. Mais il arrive parfois qu’ils se retirent si les choses se passent très bien ! » précise Maryjan Maitre.  Les autres jours de la semaine, les collectivités (professionnels de la petite enfance, écoles, foyers, associations) peuvent réserver un espace à la journée ou à la demi-journée. La Maison de la Créativité est portée par une Fondation de droit privé du même nom.
Elle est financée en partie par la ville de Genève avec laquelle a été conclu un contrat de prestation, dans le cadre de sa politique petite enfance, que la ville considère être l’une de ses priorités depuis plus de vingt ans. Les tarifs proposés sont donc plutôt accessibles à tous. Des financements privés viennent appuyer des projets spécifiques ponctuellement mis en place, comme un festival de film, un ensemble de musique contemporaine etc. 

La créativité, c’est tout le temps !  
Dans cet univers esthétique autant qu’artistique, les adultes aussi trouvent leur place. Auprès des enfants, leur posture est essentielle : ici «chacun apprend à l’autre et chacun apprend de l’autre » souligne la directrice, enfants et adultes avancent ensemble dans l’exploration. La Maison de la Créativité se veut « un pôle de ressourcement, de réflexion critique de recherche et de sensibilisation, un laboratoire permanent où la créativité doit se vivre autant que se penser, s’expérimenter autant que s’observer… » Elle propose donc des conférences et des formations, qui provoquent souvent chez les professionnels de la petite enfance de grands changements de pratiques ! « Ensemble, souligne Maryjan Maitre, on se questionne sur les objets proposés aux enfants, sur la posture de l’adulte : « A quoi sert-on et quel est notre rôle face à un tout-petit avide de découvrir par lui-même le monde qui l’entoure ? » Directrice engagée, elle regrette la pauvreté culturelle des institutions de la petite enfance qui se sont installées dans des pratiques et des univers trop enfantins. Pour elle, il y a mille façons de faire entrer l’art au quotidien et très simplement. « Dès que l’on fait entrer la créativité quelque part ça bouscule tout ! C’est une compétence qui se développe toujours et tout le temps. On ne fait pas de la créativité a un moment donné, de 9h à 10h, la créativité c’est tout le temps ! »  

La Maison de la Créativité - https://maisondelacreativite.ch
 
Article rédigé par : Laurence Yème
Publié le 15 décembre 2021
Mis à jour le 16 décembre 2021