Les kamishibaïs de La Tirelire à Mots : des contes ludiques et éducatifs

Quand Gabrielle Bertel Godard, assistante maternelle, a découvert le kamishibaï, ça a été un vrai coup de cœur. Elle s’est mise à créer ses propres histoires en collaboration avec Suzanne Bertel-Desprein, auteure, avec qui elle a fondé l’association La Tirelire à Mots. Les thèmes choisis par « Nounou Gaby » ne sont pas anodins : chaque conte aborde une situation particulière observée dans son accueil quotidien des enfants.
Assistante maternelle depuis dix-sept ans, aujourd'hui à Chasse-sur-Rhône, Gabrielle alias « Nounou Gaby » aime diversifier son accueil des petits à travers des sorties ludiques et culturelles au relais assistants maternels, à la bibliothèque… C’est là qu’elle y a découvert il y a quelques années le kamishibaï. La bibliothécaire avait présenté des histoires en kamishibaï avec la collection Mirabelle des Editions des Remparts aux assistantes maternelles et professionnelles de crèches de la ville. Et au RAM une illustratrice, Marie Quentrec, était venue également leur montrer cet outil de conte. « J’ai adoré le concept ! raconte Gabrielle. Les enfants étaient captivés, très attentifs aux images, mais aussi aux mots… J’ai eu un déclic. »

Gabrielle se lance alors sans hésiter ! Elle imagine les histoires et dessine les illustrations. Sans formation artistique, armée seulement de sa sensibilité, elle réalise des dessins à la fois très simples et explicites. Pour l’écriture, Gabrielle a choisi de faire appel à la tante de son mari, Suzanne, elle-même auteure - qui s’occupe également de la mise en page et l’édition des histoires. Et face au succès de leur projet, elles fonderont l’association La Tirelire à Mots.

Des histoires rigolotes porteuses de messages
Ensemble elles commencent par créer « Les aventures des trois petites poules » : six épisodes éducatifs qui mettent en scène Coco la rousse, Chacha la noire, Loulou la blanche et leur nounou, une coccinelle. Car si le premier objectif de ces contes originaux est d’éveiller le goût pour la lecture des enfants dès le plus jeune âge, Gabrielle avait aussi envie de faire passer des messages sur la profession d’assistante maternelle. « Les relations entre les enfants et les professionnels ne sont pas beaucoup évoquées dans les livres pour enfants, explique-t-elle. Il y a tant de sujets à aborder et dans une grande diversité car nous rencontrons au quotidien des cas différents en fonction des enfants et de leur évolution, des parents aussi. »

C’est ainsi que naissent « Les trois petites poules qui ne voulaient pas écouter nounou » sur le thème des règles, « L’anniversaire de Coco, la petite poule rousse » sur les émotions, « La petite poule qui ne voulait plus de sa couche » sur l’acquisition de la propreté, « Les trois petites poules à la ferme », inspiré de ses sorties l’été à la ferme pédagogique avec les enfants, ou encore « La petite poule qui ne voulait pas prêter son cadeau de Noël » sur le partage. Des histoires qui comprennent parfois différents niveaux de lectures en fonction de l’âge des enfants accueillis. Tel « La petite poule qui ne voulait pas être blanche » qui aborde une double thématique : les couleurs pour les plus petits, la différence pour les plus grands.

Plus récemment Gabrielle et Suzanne ont imaginé une nouvelle collection « Le kami des tout-petits » avec un premier kamishibaï intitulé « Deux mains… », un conte sur l’angoisse de la séparation qui peut apparaître vers les 8 mois de l’enfant. Cette fois, l’adulte n’est pas cité : il peut s’agir de l’assistante maternelle, le parent, les-grands-parents… On y voit seulement des mains qui s’occupe du tout-petit, s’en vont, reviennent. « Cette histoire vise à dédramatiser les séparations temporaires vécues par l’enfant au cours de la journée », précise Gabrielle.

Des contes qui parlent aussi aux parents
« Les histoires fonctionnent à chaque fois auprès des enfants, ce sont des thèmes qui leur parlent » observe Gabrielle. Mais ils touchent aussi les parents, comme l’hyperémotivité des enfants. Un thème fondamental pour l’assistante maternelle, sur lequel elle réalise actuellement un nouveau kamishibaï. « C’est quelque chose qu’on rencontre toutes tous les jours au moment où les parents reviennent chercher leur enfant ». Ainsi dans cette histoire, une petite poule joue tranquillement avec ses copines chez la coccinelle… jusqu’à l’arrivée de sa maman où elle se transforme en monstre. Pas méchant et repoussant, précise Gabrielle, mais un petit monstre qui fait des bulles. Celles-ci représentent les émotions par lesquelles la petite poule passe : je n’ai pas fini de jouer, je suis trop fatiguée… Elle retrouve finalement son apparence naturelle et va paisiblement retrouver sa maman. « Ces histoires aident les parents à mieux comprendre les réactions de leur enfant et ainsi de les rassurer. Ici, on montre que l’enfant a besoin d’évacuer avant de repartir du lieu d’accueil. »

Gabrielle aime d’ailleurs faire collaborer les parents des enfants qu’elle accueille pour créer les kamishibaï. Ils viennent d'imaginer ensemble une histoire sur la diversité de composition des familles avec "Quelle famille Pour Ti'Coeur ?". Le conte met est scène un petit cœur qui pose des questions aux autres familles au fur et à mesure qu’il grandit. Un cheminement au bout duquel il comprend que tant qu’il y a de l’amour et du respect, il y a du bonheur. Gabrielle permet aussi aux enfants de s’approprier l’histoire : elle imprime ses planches de dessins en noir et blanc et les donne aux enfants qui sont libres de les colorier.

Pour renforcer la qualité de son travail, Gabrielle demande maintenant à Pascal Blanchard, psychanalyste spécialisé dans la petite enfance qui intervient en analyse de pratique au RAM, de lui faire un retour sur les kamishibaïs.  

Des kamishibaïs à partager
Les expériences très positives vécues avec les familles grâce aux kamishibaïs ont donné envie à Gabrielle et Suzanne de les faire partager à tous ceux qui s’intéressent à la petite enfance. D’abord au niveau local en les amenant au RAM, en les mettant à disposition de sa puéricultrice référente, ainsi qu’à la bibliothécaire qui les a présentés à toutes les écoles maternelles de la ville. Puis plus largement lors de présentations des contes sur des salons du livre et d’animations bénévoles.
Aujourd’hui les kamishibaï de La Tirelire à Mots, proposés à la vente sur leur site internet, intéressent des professionnels dans toute la France : assistantes maternelles, RAM, MAM, crèches, associations, écoles maternelles … et même la bibliothèque de Bruxelles !
Article rédigé par : Armelle Bérard Bergery
Publié le 11 décembre 2018
Mis à jour le 09 décembre 2019