A Rueil-Malmaison, on place la musique au cœur de l’éveil des tout-petits !

La commune de Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine a mis en place durant l’année 2019 une initiative originale au succès retentissant : amener le conservatoire de musique dans les crèches. L’occasion pour les tout-petits de se familiariser dès leur plus jeune âge avec la découverte du vaste monde musical.
 
Un projet bien ficelé
Lysiane Douine, cheffe de service Petite Enfance à la Mairie de Rueil-Malmaison, veut que l’art soit au cœur de l’évolution de l’enfant. Elle a alors réfléchi à comment organiser un partenariat adéquat entre les crèches et les services culturelles de la ville. Pour cette lectrice de Sylviane Giampino et Sophie Marinopoulos, il est primordial d’entretenir l’éveil artistique du jeune enfant. Soutenue par les élus de la ville, elle propose au directeur du Conservatoire des interventions en crèche. Le Conservatoire est enthousiaste, d’autant plus que des séances déjà organisées en maternelle avaient séduit les enfants.

C’est Nathalie Bras, professeur flûtiste au Conservatoire, qui est chargée du projet. Habituée à travailler avec des classes de primaires et maternelles, elle a réussi, malgré son appréhension initiale, à transcender son public ! « Tous les acteurs se nourrissent » explique Lysiane Douine, ravie des retours des professionnelsen crèche de la ville.

Des séances réussies à la Crèche l’Orange Bleue
La crèche l’Orange Bleue a été la première à recevoir Nathalie Bras. Chaque jeudi, sur un format de trois fois 30mn, les professionnels ont pu construire avec l’intervenante un projet en lien avec leur façon de travailler : « Toutes les séances de Nathalie sont construites sur la sécurité affective et l’itinérance sensorielle. Les trois premières séances ont dû être identiques en ajoutant un petit élément nouveau à la fin comme une nouvelle comptine par exemple » raconte Marie-Pierre Avril, directrice de l’Orange Bleue.
Pour l’occasion, la salle de motricité a été tapissée de photos des enfants afin que Nathalie puisse les appeler par leurs prénoms et les reconnaître. « Lors de la première séance, nous sommes rentrées dans la salle avec les enfants et nous nous sommes installées sur les tapis. Nathalie a commencé à dire une petite comptine sur les bisous et les bonjours puis a nommé chacun des enfants ».

Nathalie avait réfléchi en amont à plusieurs points pour ces séances : « Je commence d’abord par la chanson d’accueil qui est toujours la même, puis je leur chante d’autres chansons et change de musique chaque semaine. Je pars d’une trame que j’ai imaginée : une journée du lever au coucher. Mais j’essaye surtout de rendre les enfants acteurs de la séance et suis preneuse de tout ce qu’ils proposent. A la fin de la séance, je reprends les chansons déjà chantées même si la musique de fin est toujours la même ». 
A l’Orange Bleue, Nathalie a travaillé avec trois groupes d’âges hétérogènes, de moins d’un an (qui ne marchait pas encore) jusqu’à 3 ans.

Un univers différent pour les enfants : le monde des instruments
Nathalie a présenté aux enfants de nombreux instruments qui ont su attirer leur attention : une flûte traversière tout d’abord, mais aussi des appeaux, des carillons, des boîtes à musique et des instruments à « gratter ». La crèche disposait déjà de quelques instruments qu’elle a pu mettre à disposition des enfants et de Nathalie : des tambourins, castagnettes et clochettes. De quoi solliciter tous les sens des enfants !
« Les petits manipulent les instruments, puis on reprend ensemble une chanson qu’ils ont entendu. Je ne donne pas de consigne précise car je les laisse libres et ça marche ! » raconte Nathalie avec enthousiasme.
Chaque séance était construite autour d’un nouvel instrument, pour offrir à l’enfant une proposition sensorielle différente : souffler, taper, glisser etc. « On a vu apparaître une vraie ronde autour des instruments ! Les enfants vérifient, explorent, jusqu’à devenir acteurs et auteurs de la séance » témoigne Marie-Pierre Avril.
Pour la directrice de l’Orange Bleue, il ne faut surtout pas enfermer les enfants dans des cases, car ils peuvent toujours nous surprendre :« C’est le plus petit de tous, celui qui ne marchait pas encore qui a le plus participé ! On a remarqué que tout passe par le mouvement chez l’enfant, et ça nous a confirmé que des enfants qui ne bougent pas participent très bien. Ils peuvent ne pas chanter mais connaissent les paroles, ils écoutent tout, entendent tout ! ».

Des pros qui s’améliorent en échangeant
Si Nathalie reconnaît avoir énormément appris grâce à ses interventions, elle n’est pas la seule ! Marie-Pierre Avril confie que depuis ces séances, son équipe travaille différemment : « les professionnels vont par exemple sortir un instrument pour les enfants à un autre moment de la journée. Ils ne les laissent plus à disposition le matin car ils veulent être entièrement disponibles pour l’enfant au moment où celui-ci souhaite montrer sa façon de souffler ou de taper. L’adulte doit être vraiment attentif à l’enfant, en favorisant l’interaction, il évite de rater des moments importants parasités par des contraintes de la journée pour choisir des instants entièrement privilégiés ».
 

Les auditeurs sont conquis et les équipes ont pu acquérir de nouvelles méthodes dans leur travailavec les enfants : un beau bilan en somme pour ce projet ambitieux et novateur !
Devant un tel succès, la mairie et les crèches envisagent  pour cette nouvelle année des sorties avec les tout-petits pour tenter cette fois-ci l’inverse : amener les enfants accueillis au Conservatoire ! L’idée serait d’organiser une séance mensuelle avec 8 enfants encadrée par un musicien dans une salle avec un instrument pour découvrir les sons et les lieux. Il est certain que les enfants vont être les premiers ravis de cette nouvelle initiative !
 
Article rédigé par : Nora Bussigny
Publié le 09 janvier 2020
Mis à jour le 09 janvier 2020