Parentalité

Des petits déjeuners pour les parents, conviviaux et rassurants

A la crèche du Phare à Toulouse, l'équipe organise une fois toutes les six semaines des petits déjeuners avec les parents. On y parle de tout et de rien, de la vie de famille, des enfants... Un accompagement informel et orginal à la parentalité. Le succès est au rendez-vous.
petit-dejeuner-parents-a-la-creche
« Organiser des réunions à thèmes ça ne marche pas vraiment ! Quand c’est plus informel les vraies questions sont abordées, les parents parlent de leur quotidien et osent évoquer ce qui les préoccupe ». Forte de ce constat, Anne-Cécile Barrau, directrice de la crèche du Phare à Toulouse, organise environ toutes les six semaines des petits déjeuners avec les parents qui le souhaitent. Discussions à bâtons rompus. On y parle de tout et de rien. Parfois de choses essentielles : les difficultés de sommeil de son bébé, les galères de repas, les pleurs. Et mine de rien, les parents se sentent moins seuls : les difficultés qu’ils rencontrent, d’autres parents les vivent, et l’équipe de la crèche est là pour écouter, répondre, rassurer. Il y a  aussi parfois un invité comme le psychologue ou le médecin de la crèche par exemple. Tout le monde est gagnant : les bébés bien sûr puisque leur épanouissement est au cœur du projet pédagogique de la crèche (l’autonomie, la bienveillance), les parents qui se sentent moins démunis, et le personnel de la crèche (l’aide à la parentalité est un autre axe du projet pédagogique) qui noue des relations plus profondes et plus fluides avec les parents des enfants qu’il accueille. 

Pas un gadget, une démarche réfléchie
Mais ces cafés-parents sont tout sauf du gadget et d’ailleurs d’une certaine façon ils ont modifié les contacts avec les parents, puisque comme le précise Anne-Cécile Barrau, « nous aménageons les plannings pour que l’on puisse prendre le temps de parler avec un parent si l’on sent que c’est nécessaire ». Dans cet esprit, la crèche travaille aussi cette année sur un projet en collaboration avec la médiathèque José Cabanis. Une médiathèque éphémère sera installée dans l’entrée de la crèche : les animateurs liront des histoires aux enfants, les parents seront les bienvenus et tout se terminera par un grand goûter. 
Anne-Cécile Barrau le confirme : « En fait, notre idée de l’accompagnement  à la parentalité  est assez  souple. Nous ne souhaitons pas créer des événements ad hoc estampillés aide à la parentalité mais plutôt des événements conviviaux qui sont des prétextes à discussions sur ces situations que vivent tous les parents ».  Et jusqu’à présent tout cela fonctionne bien. 

Grande mixité sociale
La crèche du Phare, crèche associative du réseau Auteuil Petite Enfance (la branche petite enfance des Apprentis d’Auteuil)  est  installée dans le quartier Jolimont de Toulouse. Un quartier d’une grande mixité sociale. Elle accueille 20  enfants âgés de 6 mois à 3 ans, voire 6 ans quand les petits sont porteurs de handicaps. Il y a 12 enfants en accueil « régulier » et 8 accueillis occasionnellement. 
Comme le souligne  Anne-Cécile Barrau, ces spécificités ont évidemment influé sur la façon de faire vivre ces actions d’accompagnement à la parentalité. « Nous avons des familles françaises maghrébines, indiennes, allemandes, australiennes, anglaises, espagnoles… Certaines sont plus démunies que d’autres, mais toutes  finalement, rencontrent  les mêmes  difficultés : un bébé qui se réveille trois fois dans la nuit  pose les mêmes problèmes à tous les parents quelle que soit leur situation à un parent qu’il soit aisé ou défavorisé, français, algérien ou indien ! D’où d’ailleurs la richesse des échanges et des différents points de vue. Par ailleurs poursuit-elle, comme nous avons aussi des accueils occasionnels (cela fonctionne comme une halte garderie), nous nous efforçons par exemple de ne pas organiser nos petits déjeuners les mêmes jours de la semaine pour que tous les parents puissent participer ». 
Article rédigé par : C.L
Modifié le 13 novembre 2017