La Villa Vauvenargues : un lieu où la mixité sociale prend tout son sens

La première fois que nous avons évoqué la Villa Vauvenargues ce n’était qu’un projet. Un beau projet ambitieux, généreux, en phase avec les valeurs de la Fondation Œuvre Croix Saint Simon qui le portait. Aujourd’hui la Villa Vauvenargues – un multi accueil, une crèche familiale et un accueil de jour- fonctionne. Zoom sur ses principales missions qui en font un lieu où de mixité sociale exemplaire.

 
Un multi-accueil ouvert à tous
Le multi-accueil de la Villa Vauvenargues située dans le dix-huitième arrondissement, aux confins du « bon dix-huitième » (un peu bobo et plutôt riche) et du « mauvais » (le plus pauvre) est ouvert depuis février. 120 enfants : 85 dans la structure, 35 en crèche familiale. Des locaux flambant neufs. Magnifiques, clairs, bien agencés, tout à hauteur d’enfants (même leurs dessins affichés dans le couloir).  Ambiance douce et sereine en ce début d’après-midi où la plupart des tout-petits sont encore à la sieste. Des enfants à l’image du quartier et de sa diversité.  Et Charlotte Chevrier de préciser d’emblée « Pour nous la mixité sociale n’est pas que la mixité liée aux revenus. C’est une mixité totale : des situations et compositions familiales diverses, des familles monoparentales, homoparentales ou classiques, des enfants bien portants, des enfants porteurs de maladies chroniques ou en situation de handicap, des enfants de toutes cultures, des enfants du quartier ou pas …  Des mamans adolescentes ou pas. Cette mixité-là est une richesse et évite de créer des ghettos de pauvreté par exemple ». C’est une des raisons pour laquelle, par exemple le multi- accueil Vauvenargues n’a pas souhaiter recevoir le label AVIP. « A la Fondation Œuvre Croix Saint-Simon, nous ne sommes pas favorables aux quotas » précise Claire Vanier, la directrice du Pôle Petite Enfance de la Fondation.

Un accueil sur mesure pour les plus fragiles
Sa directrice Charlotte Chevrier a conscience d’être à la tête d’un lieu exceptionnel, elle qui dirige aussi l’autre espace de la Villa Vauvenargues consacré à l’accueil de jour : un centre à destination des « populations les plus fragiles, quelles que soient leurs fragilités » proposant à la fois des ateliers et des consultations de santé. Là encore aucune stigmatisation sur le type de fragilités « qui ne dépendent pas forcément des revenus ou du milieu social » insiste Charlotte Chevrier.
La partie « accueil de jour » a à la fois un rôle de prévention, d’éducation et d’accompagnement et de suivi des familles qui en ont le plus besoin. Mais ce lieu-centre de santé n’est pas une PMI. Si toute personne qui en pousse la porte (accompagnée ou non de son enfant) est accueillie et reçue individuellement par la directrice adjointe, une éducatrice spécialisée, certaines activités ou consultations sont réservées aux personnes le plus fragiles, démunies ou précaires. Les autres ? « Dans ce cas nous les orientons vers le centre de PMI par exemple qui lui a vocation à revoir tout le monde » remarque encore Charlotte Chevrier.

Partenariats et équipe pluridisciplinaire
L’accueil de jour affiche une amplitude horaire -8h/19h - importante, condition sine qua non pour remplir sa mission. Il fonctionne avec un personnel fixe mais une large équipe pluridisciplinaire grâce aux partenariats mis en place avec l'hôpital Bichat, le Réseau Santé Prénatal Parisien (RSPP), le Centre d’Action Sociale Protestant (CASP, la mission locale de Paris. « Des partenariats qui permettent à Vauvenargues d’être sur tous les fronts. Du suivi santé-nutrition des femmes enceintes ou jeunes enfants à la réinsertion professionnelle des très jeunes mamans » note Claire Vanier.
 Cela nécessite un vrai travail en réseau avec des réunions générales ou des synthèses sur des cas particuliers, une bonne circulation des informations et une bonne compréhension des différentes pratiques. Un fonctionnement qui s’appuie donc une mutualisation non seulement des compétences mais aussi des moyens humains.  

Des ateliers par petits groupes, des consultations médicales
Cette organisation permet à la Villa Vauvenargues-accueil de jour de proposer aux parents des ateliers ciblés par petits groupes de 6 ou 8 personnes d’accès libre et gratuit.  « Il y a deux types d’ateliers explique Charlotte Chevrier. Ceux de prévention renforcée qui aborde des thèmes comme la diversification alimentaire, les troubles du langage ou la prévention de l’obésité. Et puis il a ceux que nous appelons ateliers d’éducation à la santé qui évoquent les fondamentaux parfois ignorés surtout quand on est une famille issue d'une autre culture : comment réagir à la fièvre d’un petit enfant, comment soigner un rhume, bref qui s’intéressent aux pathologies les plus courante. Par ailleurs nous projetons d’organiser des groupes de paroles ».
Et bien sûr des consultations médicales spécialisées (grossesse, pédiatrie, puériculture, motricité etc.) sont ouverts plusieurs jours par semaine.  
Les thèmes abordés et les pathologies traitées sont larges puisque participent à la vie de cet accueil de jour : une sage-femme, une nutritionniste, un pédiatre, un médecin, une puéricultrice et une auxiliaire de puériculture, un psychologue, une psychomotricienne, une éducatrice de jeunes enfants … Une diversité de professionnels qui permet de répondre à l’ensemble des demandes ou besoins. Et la liste pourrait bien s’allonger en fonction des partenariats noués ou des nouveaux besoins identifiés.

La villa Vauvenargues était un projet. C’est désormais une réalité. Bien ancré dans son quartier, c’est devenu un lieu convivial, aidant et empathique dont on pousse la porte facilement. Sans appréhension. Que ce soit pour amener son enfant au multi accueil ou aller en face pour une visite à l’accueil de jour. Pari réussi. Mission accomplie.
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 20 novembre 2018
Mis à jour le 20 novembre 2018