Petits instants parents-enfants : une BD de soutien à la parentalité

La Fondation pour l’enfance, en partenariat avec l’association « Stop VEO », a créé une bande dessinée destinée aux parents de jeunes enfants intitulée « Petits instants parents-enfants ». Téléchargeable gratuitement sur le site de la fondation, cet ouvrage ludique et coloré présente douze moments auxquels peuvent être confrontés les parents. Il s’inscrit dans une volonté de soutien à la parentalité qui peut également profiter aux professionnels de l’enfance. C’est le cas d’Annaëlle Mehr, responsable de l’antenne Île de France de l’association « France Parrainage » qui a choisi avec ses équipes de s’appuyer sur la bande dessinée lors des séances avec les parents.
 
Cette bande-dessinée montre des saynètes du quotidien d’un parent avec un enfant afin de proposer différentes manières de désamorcer ou comprendre des situations courantes mais parfois difficiles à gérer. Les lecteurs découvrent à la fin de chacune des histoires un petit texte qui résume, oriente et conseille selon les cas de figure.

Des thèmes variés et pédagogiques
Chaque instant qu’a choisi de représenter Myriam Bendriss et son équipe peut faire écho aux parents et professionnels. Qu’ils dessinent sur les murs ou se chamaillent avec d’autres enfants au parc, ces instants de vie d’un tout-petit sont illustrés pour proposer une réaction appropriée du parent. Loin de les culpabiliser, ces scénarios tiennent compte de l’épuisement d’une maman face à l’énergie débordante de sa fille ou la tentation que peut avoir un parent de mettre son enfant devant la télé pour le calmer.
L’idée est de donner aux parents les clés pour apaiser l’exaspération ou l’énervement qu’ils peuvent parfois ressentir et éviter les risques de violence en comprenant ce qu’ils traversent.

Un outil efficace pour France parrainage
Annaëlle Mehr est responsable de l’antenne IDF de « France parrainage », une association qui permet aux enfants d’avoir un parrain ou une marraine bénévole et créer un lien affectif entre eux. Avec son équipe d’éducateurs spécialisés, elle a choisi de s’appuyer sur cette bande dessinée pour animer des groupes d’échange avec les parents qu’elle côtoie.
« Dans le cadre du parrainage, on a un volet de soutien à la parentalité » explique Annaëlle « On veut utiliser plusieurs vignettes pour demander aux parents ce qu’ils ressentent après lecture, s’ils se reconnaissent dans certains des cas ».
Grâce à la bande dessinée, il sera plus facile pour les parents de commenter une réaction qu’ils ont pu lire et à partir d’elle de se confier sur leur propre cas. « Les familles nous connaissent, le lien de confiance est créé et ça leur permet d’être honnête sur leurs difficultés parentales » précise Annaëlle.

Des séances rythmées par la bande dessinée
Annaëlle et son équipe y ont bien réfléchi, ils ont sélectionné plusieurs passages de la bande dessinée qui font écho aux questions récurrentes que leur posent les parents : « Celle qui revient le plus est celle des écrans : faut-il ou ne faut-il pas les laisser aux enfants ? Mais on voudrait aussi travailler sur le besoin de bouger chez le tout-petit car on sait que beaucoup de familles en Île de France manquent d’espace et vivent dans des petits appartements ».
Pour elle, cette bande dessinée est « un support ludique, visuel et coloré auquel les familles peuvent s’identifier ». Elle aimerait, lors des séances, creuser derrière les personnages pour amener les parents à trouver des solutions s’ils sont à nouveau confrontés des situations similaires. Grâce aux vignettes, elle peut élargir le questionnement et poser aux parents les bonnes questions : « Comment est-ce que vous réagissez ? Est-ce que vous aimeriez procéder d’une autre manière ? Qu’est-ce qui vous empêche de faire autrement ? On veut échanger comme un partage d’expérience et partir de la situation puis déconstruire ce qu’il y a derrière ».
Le plus de cette BD pour Annaëlle : son aspect déculpabilisant. Car trop de parents doutent de leurs capacités et se demandent même s’ils sont « des bons parents ». Dans « Petits instants parents-enfants », non seulement il n’y a pas de jugement à l’emporte-pièce mais surtout aucun conseil formulé comme une norme à suivre.

Œuvrer avec les professionnels de la petite enfance
La Fondation pour l’enfance souhaiterait financer une version papier de ce livret en 2020. La bande dessinée a déjà été testée dans 3 lieux d’accueil consacrés à la parentalité. Comme Myriam Bendriss l’explique sur le site de la Fondation de l’Enfance : « cela nous a conforté dans l’idée que cet outil de médiation pourrait servir dans le cadre d’ateliers pour libérer la parole des parents ».
La Fondation aimerait par la suite proposer une formation aux professionnels qui pourraient travailler à partir de la bande dessinée avec les parents des enfants accueillis.
Publié le 11 décembre 2019
Mis à jour le 11 décembre 2019