Psycho-pédagogie

Du Qi Gong à la crèche !

Du Qi Gong pour les tout-petits… Voilà qui est plutôt insolite, voire incongru. Cela pourrait relever du gadget et pourtant, il n’en est rien. Depuis plus deux ans, six crèches de La Maison Bleue, dont Barbotine à Asnières- sur- Seine vivent cette aventure avec les enfants de deux ans accueillis « chez les grands ». Et, de l’avis de tous, l’expérience est plutôt concluante !
François Fournier, praticien psycho-corporel n’est pas un charlatan ! Et il précise d’emblée : « C’est une interprétation du Qi Gong traditionnel, parfaitement adapté aux plus petits. Bien sûr que je ne leur fais pas faire des enchainements sophistiqués. D’ailleurs je préfère parler d’éveil corporel parle le Qi Gong. Cela me parait plus proche et conforme à ce que je fais avec les enfants des crèches ».
C’est le sérieux, et la bonne connaissance des enfants de ce professionnel, qui a aussi décidé le directeur pédagogique de La Maison Bleu Pierre Salesne à se lancer dans l’aventure. « Un des grands axes de notre projet pédagogique c’est l’éveil corporel de l’enfant. Nous souhaitions mettre en place une initiative allant dans ce sens. Il y avait le yoga bien sûr… mais rien ne nous avait convaincus jusqu’à ma rencontre avec François Fournier. Sa démarche m’a paru sérieuse. Par ailleurs ce formateur adhérait à l’association Kids in action, ce qui me semblait être une garantie supplémentaire. »
Pierre Salesne donne donc le feu vert et c’est la crèche Barbotine d’Asnières sur Seine qui se porte volontaire pour tester cette activité. François Fournier précise « il était entendu qu’à tout moment si vous nous rendions compte que cela ne fonctionnait pas, on arrêtait ». Cela a marché. Et aujourd’hui les enfants de 6 crèches pratiquent ce Qi Gong, version bambins.

Le petit train, le poisson, l’ascenseur à doudou : des exercices très imagés
A Barbotine, François Fournier vient le mardi après-midi tous les 15 jours. 18 enfants de 2 à 3 ans font avec lui du Qi Gong, par petits groupes de 6 pendant une vingtaine de minutes. Une professionnelle, souvent la référente des enfants ou bien la directrice, y participent.
Les séances sont très ritualisées, ce qui rassure énormément les petits. Elles commencent toutes par le petit train pour rentrer dans la pièce aménagée à cet effet. Puis on se dit bonjour avec un mouvement de tout le corps : bras et poitrine ouverts. En QI Gong, « ce qui est ressenti est exprimé par le geste » rappelle François Fournier. « Par ailleurs on utilise beaucoup l’imaginaire. Aller chercher le soleil par exemple c’est lever les bras.  Je choisis les exercices en fonction de ce que je perçois et ressens des enfants. Je les connais, j’ai établi un rapport de confiance avec eux. C’est essentiel d’être à leur écoute. Le Qi Gong c’est la capacité d’être en contact avec soi-même et avec l’autre ».
Les exercices les plus populaires auprès des enfants ? Le poisson (un mouvement de mains serrées l’une contre l’autre) mais surtout les clochettes tibétaines et l’ascenseur à doudou.
Les clochettes tibétaines est un exercice très complet qui fait appel à l’attention , à l’écoute, à la coordination, à la concentration et à la patience puisque c’est chacun son tour : il s’agit d’élever et d’abaisser un jeu de clochettes sans les faire tinter.
Et l’ascenseur à doudou est un exercice de relaxation basée sur la respiration abdominale d’où l’idée de placer un petit doudou sur le ventre des enfants allongés pour qu’ils puissent le voir monter et descendre.

Bénéfique pour tous les enfants, surtout les plus introvertis
De l’avis de Nathalie Cuquemy, directrice de la crèche Barbotine, le QI Gong profite à tous les enfants. Si un petit ne veut pas participer, nul ne le force évidemment. Certains viennent, observent et puis un jour s’y mettent. Chacun son rythme.
« En fait, explique-t-elle, on voit au fil des séances la progression des enfants. Sur le plan de la motricité et la concentration notamment. »  « On remarque aussi, poursuit-elle, que les enfants les plus introvertis ou anxieux dans cette ambiance en petits groupes, rassurante et protégée, osent faire les mouvements sans craindre le regard des autres. Cela leur est particulièrement bénéfique. Quant à ceux qui sont pleins d’énergie, cela les aide à la canaliser ». Les parents eux-mêmes remarquent ces progrès et certains souhaitent que leur enfant continue le Qi Gong après avoir quitté la crèche.
François Fournier souligne aussi que par le Qi Gong, les petits découvrent que l’on peut avoir une activité physique amusante, ludique et épanouissante, calme. Alors que souvent c’est associé à bouger courir, sauter. C’est grâce à ces séances aussi que les petits prennent conscience de leur corps. « Moi ce que je leur propose, rappelle l’animateur-formateur, c’est un travail qui relie le corps et l’esprit ».
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Modifié le 01 août 2017