Education positive : les équipes des crèches de la Matheysine se sont formées

Les structures petite enfance de la Matheysine, en Isère, ont bénéficié d’une journée de formation autour de l’éducation positive, de la communication non violente et des neurosciences pour donner un nouveau souffle à leurs projets pédagogiques et à leurs pratiques professionnelles au quotidien. 
Les équipes des quatre crèches et du Lieu d’Accueil Enfants Parents (LAEP) du territoire de la Matheysine se sont réunies le 12 novembre dernier pour une journée de formation autour de l’éducation positive. Un projet porté par Béatrice Gruber, directrice petite enfance à la communauté de communes et coordinatrice du réseau parentalité Grandir en Matheysine, inspirée par les derniers rapports et travaux menés sur la petite enfance (charte nationale de l'accueil du jeune enfant, les 1000 premiers jours...). 

Une journée pédagogique enrichissante  
L’année passée déjà, deux journées pédagogiques autour de l’éducation positive avaient insufflé une nouvelle dynamique dans le réseau, permettant aux équipes de retravailler leurs projets pédagogiques, de remettre du sens dans les gestes du quotidien, et les activités proposées aux enfants, dans les relations avec les parents. Pour cette nouvelle session, la vingtaine de professionnelles de la petite enfance a souhaité poursuivre la formation par des apports en neurologie en s’appuyant sur les travaux du Dr Catherine Gueguen "Neurosciences et impact sur le développement du cerveau des enfants". Elles ont également bénéficié de l’intervention de Maud Kerboua-de Feber et Nadine Cotton, deux psychologues de la prévention et promotion de la santé, également spécialistes de la communication non violente et de l'éducation positive. Un temps riche en échanges qui a permis à chacune de repartir avec de nouvelles connaissances, des outils et des axes pédagogiques à développer. 

Prendre du recul et partager ses bonnes pratiques 
Pour Béatrice Gruber, cette formation a permis aux professionnelles de « mieux appréhender l'impact de leur posture sur le développement des enfants et du rôle qu'elles ont dans le soutien à la parentalité. » Au fil de la journée, ponctuée de jeux pour favoriser la rencontre, les équipes étaient invitées à partager leurs pratiques, les activités qui leur ont permis de développer les compétences psycho-sociales et d'offrir une éducation dite positive (afin de développer une meilleure connaissance des émotions et des besoins, la gestion des émotions, l'habileté dans les relations, la créativité...). Ici la crèche Les Pitchous a développé la gestion des émotions par le souffle, la micro-crèche Les Marmousets a accueilli une nouvelle mascotte cochon d’inde. Là, la micro-crèche Les Bout’chous a mis en place des plateaux Montessori avec de la vraie vaisselle, la crèche A Vaulx câlins a créé un mur des familles, le LAEP Bonne Mine a présenté les fondements de leur charte d'accueil… 

 

Une gestion coopérative stimulante 

Réunies en Société Coopérative d’intérêt Collective (SCIC) depuis 2019, avec un projet éducatif propre, les structures petite enfance de la Matheysine ont adopté une gestion coopérative qui induit une belle dynamique : la SCIC fonctionne sur un modèle participatif qui permet la mise en réseau des équipes, permettant ainsi d’enrichir les pratiques professionnelles. Une première en Isère dans le secteur de la petite enfance !

Article rédigé par : Laurence Yème
Publié le 23 novembre 2021
Mis à jour le 23 novembre 2021