« La clef des champs » : des multi-accueils plein air à Rennes

Il n’en existait pas encore en France et c’est à Rennes que Benjamine Guelton et Anne-Laure Blot ouvriront le premier multi-accueil plein air, de 24 places, en janvier 2022, suivi en 2023 d’un second de 12 places. Un projet innovant puisque l’accueil des enfants se fera majoritairement en plein air.
La rencontre de deux professionnelles de la petite enfance
A l’origine de « La clef des champs », deux femmes convaincues par les bienfaits de la vie en extérieur pour les tout-petits. Benjamine Guelton, infirmière spécialiséee en pédiatrie, et Anne-Laure Blot, professeur des écoles de formation, qui pendant 11 ans a mis en place des pédagogies actives le plus souvent de plein air avec ses classes de maternelle. Toutes deux aujourd’hui EJE. Elles ne se connaissent pas mais ont chacune à cœur de monter un projet respectueux des besoins fondamentaux du jeune enfant, en particulier celui de motricité globale en plein air. Benjamine Guelton indique : « Dans les pays nordiques, les habitants élèvent leur enfant dehors depuis le XIXe siècle, même la sieste se fait en extérieur car, les intérieurs sont pollués. Et les bénéfices sont probants, les enfants sont en pleine santé. » Et ajoute : « Depuis, ces pratiques se sont développées dans beaucoup de pays européens, mais très peu en France. » On trouve en effet deux haltes-garderies de plein air à Paris, une micro-crèche à Saint-Étienne. La mairie de Rennes, qui soutient activement les crèches associatives et les projets innovants, perçoit le potentiel et la motivation de ces deux professionnelles et c'est la Direction petite enfance de la ville de Rennes qui les met en contact. De suite, le courant passe.
 
Deux multi-accueils plein air à Rennes

Leur projet peaufiné, reste à trouver le terrain où seront implantés les locaux. Et ce n’est pas simple, car il faut un sol non pollué, condition sine qua non pour pouvoir cultiver la terre. Au final, c’est au centre d’un nouveau quartier de Rennes que le multi-accueil de 24 berceaux (ouverture prévue le 10 janvier 2022) prendra place. Cette structure fera 270 m2 et l’extérieur 300 m2 avec un préau de 50 m2. Le jardin sera vaste avec différentes hauteurs, un grand jardin pour observer la biodiversité, comprendra une butte de terre pour grimper, des troncs d’arbres posés au sol et un potager pour voir les plantations de fruits et légumes pousser. Ce multi-accueil à gestion parentale accueillera un groupe de huit bébés qui vivra principalement à l’intérieur en saison fraîche, mais dont les grandes baies vitrées permettront une vue permanente sur l’extérieur. Et un autre groupe, composé de 16 marcheurs, qui vivront principalement en extérieur dans le jardin. 

Des journées entières dehors
Benjamine Guelton explique que « les enfants vivent plus souvent en intérieur dans des petites surfaces et ne profitent de l’extérieur qu’un peu dans la journée. » Elles veulent donc proposer des vraies journées complètes en plein air et en tenues adaptées, repas et sieste compris ! En effet, avec l’aide de la PMI, qui a validé le projet, un protocole température a été établi et indiquera l’équipement adapté pour les professionnels et les enfants, en fonction des conditions météorologiques (polaire, imperméable, salopette de pluie, botte de pluie…). Le projet d’établissement prévoit les tenues en cas de pluie… Puisque c’est là, que les enfants s’amusent le mieux ! Aussi des bottes de pluie seront fournies pour pouvoir sauter dans les flaques d’eau. 

Le plein air, des bienfaits pour les enfants et les professionnels
Depuis la crise sanitaire, les constats vont tous dans le même sens : l’enfermement et les couvre-feux ont été dommageables en termes d’équilibre physique, affectif et psychologique. De plus, vivre en plein air diminue les contagions, donc les épidémies et stimule le système immunitaire. Et les bénéfices ne s’arrêtent pas là, puisque « l’objectif est de répondre au besoin de motricité globale des enfants », explique Anne-Laure Blot. Elle précise : « Les enfants de cet âge ont besoin de bouger, courir, grimper, sauter… Et, le faire en extérieur, leur permet d’exploiter ce besoin de mouvements jusqu’au bout. Ce qui fera certainement des enfants plus enclins à s’installer et à se concentrer lors de leur entrée à l’école. »
L'exploration de la nature leur permet aussi, par tout ce qu'elle offre, de stimuler leur curiosité et par leur propres expérimentations, développer leur motricité fine.

Benjamine Guelton met en avant un milieu qui « favorise le bien-être des professionnels et des enfants, où l’on prend le temps de les accompagner dans leurs découvertes pour qu’ils soient acteurs de leur développement ». Les tout-petits pourront observer la nature au fil des saisons, expérimenter, explorer et jouer librement. Le temps de s’attarder sur une fourmi, un escargot, une fleur...  La nature a un effet protecteur qui apaise et qui procure un sentiment de bien-être, ce qui développe la créativité, mais aussi l’entraide et la coopération entre les enfants.
Les professionnels recrutés suivront une formation d’une semaine à cette pédagogie tournée vers l’extérieur avant l’accueil des familles et des tout-petits, pour se positionner comme des éducateurs nature. Ils bénéficieront aussi de ces bienfaits. Le contact avec la nature permet d’apaiser les enfants et génère donc moins de conflits, de cris et d’agressivité. Ils seront aussi en pleine exploration et solliciteront moins les bras de l’adulte. De plus, en terme acoustique, il n’y aura aucune résonance. Le plafond sera le ciel !

La clef des champs, des projets pour l’avenir
Concernant les multi-accueils de Rennes, plusieurs collaborations avec des partenaires locaux sont prévus notamment pour la préparation et livraison des repas avec des produits bio et locaux et la mise en place d’ateliers de jardinage intergénérationnels en partenariat avec une association de retraités. La mise en place d’atelier Land art (création d’œuvre éphémère avec des éléments de la nature, où en matière recyclé) est aussi évoquée. Par ailleurs, les deux créatrices aspirent à faire de ces multi-accueils précurseurs, des lieux de références pour former et sensibiliser les professionnels extérieurs qui le souhaitent à l’accueil en plein air. Et espèrent étendre leur concept à toute la Bretagne d’abord puis à tout le territoire. 

Si vous voulez participer à ce projet

Les deux fondatrices lancent une campagne de financement participatif jusqu’au 11 juillet, afin de les aider à équiper leur structure.

 

Article rédigé par : Pauline Bersier
Publié le 30 juin 2021
Mis à jour le 04 juillet 2021